Iles Andaman : attaque brutale contre la tribu jarawa

Publié le par dan29000

 

 

Attaque brutale d’une tribu en danger 6 Mai

 

 


La route illégale qui traverse la réserve des Jarawa favorise l'invasion des braconniers et des touristes.
La route illégale qui traverse la réserve des Jarawa favorise l'invasion des braconniers et des touristes.
© Survival

Des braconniers ont agressé et blessé grièvement un membre d’une tribu andamane qui tentait de les empêcher de chasser dans sa réserve. La police, qui a qualifié cette attaque de tentative de meurtre, a appréhendé trois individus.

La victime, un Jarawa du nom d’Alomole, a reçu de nombreuses blessures au cou. Il est parvenu à donner l’alarme et a été transporté à l’hôpital où il a subi une intervention chirurgicale. Il est maintenant hors de danger. La tribu jarawa compte environ 365 membres et n’est en contact pacifique avec le monde extérieur que depuis 1998.

Deux jeunes filles jarawa portant des habits que leur ont donné des étrangers. L'invasion de leur réserve expose les Jarawa à des maladies contre lesquelles ils n'ont pas d'immunité.
Deux jeunes filles jarawa portant des habits que leur ont donné des étrangers. L'invasion de leur réserve expose les Jarawa à des maladies contre lesquelles ils n'ont pas d'immunité.
© Survival

 

 

 

 

Les agresseurs sont des braconniers établis dans un campement voisin. Ils pénètrent régulièrement dans la réserve en empruntant la route illégale qui la traverse pour chasser le gibier dont dépendent les Jarawa. Ces derniers disent que la présence incessante des braconniers rend la chasse au sanglier de plus en plus difficile.

L’invasion des braconniers expose par ailleurs les Jarawa à de nombreux dangers : violence, abus sexuels et maladies ainsi qu’addiction à l’alcool et à la drogue qui risque de provoquer une dépendance catastrophique vis-à-vis du monde extérieur. Sans la ressource essentielle que constitue pour eux le gibier, les Jarawa ne peuvent pas maintenir leur mode de vie autosuffisant. De plus, les braconniers, comme les touristes, exposent les Jarawa à des maladies contre lesquelles ils n’ont aucune immunité.


On estime que les Jarawa vivent sur les îles Andaman depuis environ 55 000 ans.
On estime que les Jarawa vivent sur les îles Andaman depuis environ 55 000 ans.
© Salomé/Survival

En 2008, un précédent affrontement dans la réserve avait fait deux morts, un Jarawa et un braconnier. Survival International appelle depuis plusieurs années le gouvernement indien à fermer la route et à prendre les mesures nécessaires pour empêcher l’invasion de la réserve jarawa.

Braconniers

Un Jarawa dénonce l’invasion des braconniers sur leur terre. Ce groupe a été filmé après être volontairement sorti de la forêt pour protester auprès des autorités locales contre la présence de braconniers dans leur réserve

Sophie Grig, chargée du secteur Asie à Survival International, avait interviewé Alomole en 2008, après qu’il soit volontairement sorti de la forêt avec d’autres membres de sa tribu pour protester auprès des autorités locales contre la présence de braconniers dans leur réserve. Elle a déclaré aujourd’hui : ‘Les Jarawa sont révoltés par l’invasion constante de braconniers qui volent leur gibier. Ces individus sans scrupule mettent la vie des Jarawa en danger. Il est à espérer que cette dernière agression poussera les autorités à agir d’urgence pour stopper l’invasion de la réserve des Jarawa et la spoliation de leurs ressources alimentaires’.

Publié dans environnement

Commenter cet article

Mitsuko 19/05/2011 14:35



Bonjour Dan,


C'est tout à fait scandaleux ce qui ce passe aux iles Adaman ...


Les braconniers pénètrent régulièrement dan la réserve et chassent  le gibier des Jarawa.  Alos que les Jaraxa sont en
danger en permanence ...


Pourquoi ne pas les laisser en paix dans leur réserve et qu'ils continuent à vivre comme ils le veulent ... c'est quand même ça le plus important ...
d'autant qu'ils ne font de mal à personne.


Bon jeudi à toi, Dan. A bientôt. Bises.


Mitsuko



dan29000 19/05/2011 16:47



Cela illustre bien le fait que les profits des compagnies passent toujours bien avant les ddroits et la vie des hommes, citadins ou tribus éloignées...