Indépendance algérienne, mars 1962 : entretien avec Houria Bouteldja

Publié le par dan29000

 

Interview de Houria Bouteldja



par Politis





Nous publions l’interview de notre porte-parole Houria Bouteldja parue dans le dernier numéro du journal Politis consacrée à l’anniversaire de l’indépendance algérienne.

Bonne lecture

 

 

 

 

1/ L’anniversaire des accords d’Evian, du 19 mars 1962, a-t-il encore une signification pour les jeunes, enfants, ou petits enfants d’immigrés algériens ?


Je ne crois pas que les deuxième et troisième générations connaissent précisément l’histoire algérienne et en particulier celle de la guerre et de l’indépendance. Moi même, je ne la connais pas vraiment. Et à vrai dire, mes parents non plus. En fait ce dont nous héritons, ce n’est pas tellement des faits d’histoire tels qu’ils ont eu lieu (nos parents ne sont pas des profs d’histoire !) mais d’une mémoire sensible faite d’humiliation, de souffrances terribles, de vagues souvenirs et d’anecdotes transmises au fil des générations, et surtout, de la fierté incommensurable d’avoir obtenu l’indépendance. Oui, de ce point de vue, les accords d’Evian ont une signification. La plupart d’entre nous, nous situons politiquement du côté de l’anticolonialisme. Et la question que nous posons et qui relève du défi est "notre victoire contre l’Etat colonial français, est-elle partagée par nos concitoyens français "de souche" ? "Une partie, hélas majoritaire, des Francais répond "non" lorsqu’elle approuve la loi du 23 février 2005 ou qu’elle continue de considérer le FLN de l’époque comme un mouvement terroriste, une autre dit "oui" lorsqu’elle dénonce ces attitudes. C’est avec cette partie que se situe la possibilité de construire une société égalitaire. La question est : que représente-telle dans l’échiquier français ? Si les forces nostalgiques du colonialisme prennent le dessus en France, il ne faudra pas s’étonner de voir les descendants de colonisés siffler la Marseillaise.

 

2/ Quel regard portez-vous d’ici sur l’Algérie d’aujourd’hui, exception au milieu des révolutions arabes ?

Les Algériens n’ont pas pour l’instant emboité le pas des Tunisiens et des autres peuples arabes. On peut aisément le comprendre. Malgré les conditions sociales et politiques très dures qu’ils vivent aujourd’hui, ils ont en mémoire l’échec de la révolte de 1988 puis le coup d’Etat qui a suivi les élections de 1991 qui a entraîné une guerre civile implacable au cours de laquelle ont péri ou disparu entre 100 000 et 200 000 Algériens. L’ampleur du traumatisme est telle qu’il est raisonnable de penser que c’est là que se situe le blocage. Les plaies sont encore béantes mais je suis convaincue que le feu couve et que le peuple algérien comme n’importe quel peuple au monde aspire à sa libération, une libération dont il a été privé très rapidement après l’indépendance.

 

3/ Ressentez-vous toujours profondément les traces de la colonisation dans la société française d’aujourd’hui ?

Oui, mais à vrai dire tout citoyen français ou même simple observateur devrait ressentir ces traces. En effet, tous les jours l’actualité française nous offre le spectacle ahurissant d’un revanchardisme colonial : la dernière sortie de Guéant sur les civilisations qui ne se valent pas par exemple. Ceci n’est en rien un accident rhétorique car il s’inscrit dans la droite ligne du discours de Dakar prononcé par le chef de l’Etat, la loi du 23 férvier 2005 qui voulait réhabiliter l’ « oeuvre coloniale ». Mais, au-delà des discours, nous sommes convaincus au Parti des indigènes de la république et, désormais, de plus en plus dans les espaces de lutte des populations issues de l’immigration et des quartiers, que le racisme institutionnel que nous subissons reconduit, sous de nouvelles formes, une racialisation des rapports sociaux, caractéristique du colonialisme. Pour citer des exemples d’une grande actualité aujourd’hui, la criminalisation des habitants des quartiers qui débouche sur la multiplication de brutalités policières très rarement sanctionnées, les lois d’exception contre les musulmans comme la loi de 2004 interdisant le voile à l’école et, tout récemment, le projet de loi interdisant le voile aux assistantes maternelles, ne peuvent être compris ni combattus si l’on occulte leur dimension coloniale. Sur cette question, le débat français a évolué positivement. La prise en compte de la continuité coloniale des rapports sociaux en France dont l’Appel des indigènes soulevait déjà la nécessité en 2005, provoquant alors un tollé général à gauche, pénètre les organisations politiques, le monde académique mais aussi, et c’est l’une de nos principales raisons de fierté, les organisations de l’immigration et des quartiers. Il nous appartient désormais de dépasser le stade du constat et des revendications immédiates pour définir les modalités d’une stratégie antiraciste et décoloniale au cœur de la politique.

 

Houria Bouteldja, porte-parole du PIR (Parti des Indigènes de la République)

 

http://www.politis.fr/

 

 

Source : Indigènes de la république

Publié dans actualités

Commenter cet article