Irlande, Belfast : un système de santé dramatique dans les six comtés

Publié le par dan29000

 

Un exemple dramatique du système de santé dans les 6 comtés

Source : BBC


Une femme, atteinte d’une tumeur au cerveau bénigne, a expliqué qu’on l’avait « laissée pourrir sur place » suite à l’annulation de toute une série de rendez-vous hospitaliers. Samantha McKee, qui est inscrite en tant que patiente au département de neurologie du Royal Victoria Hospital de Belfast, n’a pas pu voir son médecin en 14 mois. Plus de 9.000 patients en Irlande du Nord sont ainsi en attente de soins dans ce département de neurologie, et Mme McKee est l’une de ces milliers de personnes qui ont reçu un avis d’annulation de la part de du Belfast Health Trust, qui les informait que leur rendez-vous avec le neurologue avait été annulé.

Depuis son domicile de Loughbrickland, elle a dit à la BBC qu’elle pensait qu’on l’avait laissée tomber. « Je pense que certains ont laissé tomber l’idée de m’aider. Il ne s’agit pas des médecins traitants, qui sont excellents, quand vous pouvez mettre la main dessus. Le problème est que je ne peux pas voir mon docteur. J’ai l’impression qu’on me laisse pourrir ici », explique t-elle.

Samantha a 36 ans et a commencé à avoir des problèmes neurologiques à l’âge de 15 ans. Les médecins ont diagnostiqué une tumeur au cerveau. Ce mal est certes non cancéreux, mais il n’est pas non plus opérable à cause de son emplacement, et sa taille qui augmente détermine la détérioration générale de son état de santé. Lors des deux dernières années, sa vision a été affectée, certains jours elle n’arrive pas à marcher et elle ne peut que vivre au jour le jour. « Lorsque je me réveille le matin, je ne sais jamais dans quel état je vais être », affirme-t-elle. « Il y a les bons et les mauvais jours, mais quel que soit mon état de santé, je me sans frustrée par le système et par la façon dont les services de santé pensent pouvoir traiter les gens.

Samantha est une artiste professionnelle, mais aujourd’hui elle doit faire une croix sur sa carrière. Tout en acceptant la perspective que son état de santé ne s’améliore pas, elle affirme néanmoins que les soins médicaux peuvent lui donner une meilleurs qualité de vie. Cependant, dans l’année écoulée, le Belfast Health Trust lui a envoyé deux avis d’annulation de rendez-vous médicaux. Dans une de ces lettres, il est affirmé que le personnel soignant et l’équipe administrative trouvent la situation « navrante et préoccupante ». La lettre reconnaît qu’il s’agit d’une « situation inacceptable ». Annita, sa soeur, est celle qui s’occupe d’elle et la prend en charge. Elle explique ainsi sa frustration devant toutes ces annulations : « Ce sont des rendez-vous que le médecin exige parce qu’elle en a besoin, ça me désole l’âme de la voir s’abîmer ainsi ».

Sa famille considère qu’un rendez-vous annulé a conduit Samantha à prendre le mauvais médicament. Elle s’est effondrée en janvier 2011 et fut envoyée à l’hôpital. A ce moment, le Belfast Health Trust dit à sa famille que pour une consultation neurologique d’urgence, il fallait parfois attendre trois mois. Au lieu de cela, la famille dépensa 140£ et put prendre trois jours après rendez-vous avec son médecin, mais dans son cabinet privé. « Evidemment, ce n’est pas d’avoir dépensé cet argent qui me gêne, c’est autre chose. Il y a franchement quelque chose de mauvais dans le système et il n’y a pas vraiment de preuve que les institutions de santé cherchent à traiter le problème », dit Annita.

Lors du rendez-vous au cabinet privé de son neurologue, le traitement de Samantha a été modifié. On nous a alors dit qu’il fallait revenir en avril, mais ce rendez-vous a lui aussi été annulé. « Et ce n’est pas tout, la situation est horrible. Vous écrivez une lettre, plusieurs lettres pour vous plaindre, et le mieux que vous pouvez espérer est d’avoir finalement un rendez-vous. Mais cela n’arrive pas. Pendant ce temps, son état de santé se dégrade, c’est du délaissement caractérisé. » (…)

source : http://www.bbc.co.uk/news/uk-northern-ireland-12554823

Publié dans actualités

Commenter cet article