Irlande, Castlebar : résistance au gazoduc Shell

Publié le par dan29000

Des opposants au gazoduc de Shell font irruption au conseil général du comté de Mayo

Les courageux opposants au gazoduc de Shell font entendre leur voix dans les repères du Free State, Maura Harrington en tête!


Le lundi 25 juin dans la ville de Castlebar, un groupe de protestataires originaires du nord du comté a perturbé la tenue de la réunion annuelle générale du Conseil du comté de Mayo. Ils ont fait irruption dans la salle, alors que des hommages étaient en train d’être rendus au conseiller général sortant, Austin Francis O’Malley. Ce groupe formé d’une quinzaine de protestataires, du groupe Shell To Sea pour la plupart, est entré dans la Chambre du conseil général vers 11h30, tout en faisant retentir un bruit assourdissant au moyen d’un iPod, pendant une vingtaine de minutes. Les protestataires ont expliqué qu’il s’agissait d’un enregistrement récent du bruit provoqué par les tests hydrauliques de Shell dans la localité de Glengad, et qu’ils manifestaient contre ces tests menés par Shell.

Des banderoles furent déployées, disant entre autres “Conseil du comté de Mayo, vous nous entendez maintenant?”, et Maura Harrington, une des dirigeantes de Shell To Sea, a dit que les gens de Glengad “devenaient marteau” à force d’entendre ce bruit, qui dit-elle, a duré pendant 4 jours pendant le mois de juin. Les protestataires affirment que ce bruit suraigü a duré pendant 12 heures de suite. Ces tests hydrauliques ont été autorisés par le Conseil du comté de Mayo, qui affirmait que les niveaux de bruit se tenaient “dans les limites fixées”. La réunion du conseil de comté fut suspendue quand la manifestation commença. Les Gardaí [policiers] étaient là, mais ne sont pas entrés en action.

La plupart des élus ont quitté la chambre du conseil, à l’exception de la conseillère d’Erris Rose Conway-Walsh (Sinn Fein) et du conseiller indépendant de Ballina Gerry Ginty. D’ailleurs ce dernier a serré la main à tous les protestataires et a dit à Mme Harrington : “Je suis davantage anti-Shell que pro-vous”. Le meeting a été suspendu pendant 37 minutes, alors que la majorité des conseillers et des officiels, ainsi que les familles et amis du président entrant, Cyril Burke, attendaient à-côté dans le couloir. Lorsque la réunion reprit, à nouveau le bruit assourdissant et suraigü du iPod recommença et quelques protestataires se sont juchés sur la table des débats au moment où le président sortant Auston Francis O’Malley et les autres conseillers allaient reprendre leurs sièges.

A ce moment, le secrétaire du conseil John London s’est adressé à l’assemblée, demandant aux protestataires de “se comporter comme des gens civilisés” et expliquant que les membres du public avaient le droit de participer au conseil, mais ne pouvaient pas y prendre la parole ni le perturber. Il fut interpellé à l’emporte-pièce par Maura Harrington et lui répondit que si le dérangement de la séance continuait, il allait être obligé de faire évacuer la salle. “Eh bien, ce ne sera pas la première fois que nous sommes exclus du processus démocratique” a répondu Mme Harrington.

La séance s’est poursuivie avec l’élection de Cyril Burke au poste de président du conseil, et les applaudissements et les vivats saluant son élection ont presque couvert le bruit insupportable des tests hydrauliques de l’iPod. Cet engin ne fut éteint que lorsque commença le discours d’investiture du conseiller Burke. Malgré tout, Mme Harrington l’a interrompu deux fois pendant son discours, puis les protestataires sont partis peu de temps après.

Après la séance, le conseiller Gerry Coyle a expliqué que les gens jouissaient de multiples recours dans le processus démocratique pour faire entendre leur voix. “Les gens ont le droit de venir dans cette Chambre, ils ont le droit de s’adresser à nous ici à la Chambre s’ils le demandent, et s’ils en font la demande, elle est accordée. Le Conseil est très obligeant en ces matières. Loin de moi l’idée de devoir faire taire nos concitoyens, ce n’est pas dans nos moeurs. Les gens ont le droit de concourir aux élections, le peuple décidera. D’ailleurs il est très facile de venir se faire entendre ici et de faire des remarques” a-t-il dit.

Cependant, M. Ginty a dit que s’il n’était pas entièrement d’accord avec les protestataires, il pouvait les comprendre. “Je n’approuve pas ce qu’ils ont fait, mais je peux comprendre pourquoi ils l’ont fait. Cela vient de la frustration et je ne les en blâme pas, je blâme Shell pour la façon dont ils sont venus dans ce pays et ont foulé aux pieds le peuple. Je ferai cette requête aux gens qui sont impliqués la-dedans : protestez tant que vous pouvez, mais évitez la confrontation avec les Gardaí et avec d’autres Irlandais. La dernière chose que je souhaiterais à ce pays, c’est de voir des Irlandais montés les uns contre les autres à cause d’une compagnie étrangère qui prend ce qu’elle veut chez nous et qui nous quittera quand elle aura eu sa part. Je pense qu’il n’y aurait pas eu de manifestation aujourd’hui si nos ressources et nos droits n’avaient pas été abandonnés” a dit le conseiller Ginty.

Quant à Peter Hynes, préfet du comté, il a affirmé que suite à cette manifestation, il faudrait envisager des contrôles plus stricts lors de la tenue des réunions de Conseil. “La démocratie est une chose très importante mais très fragile, qu’on doit protéger et qu’on ne peut considérer comme acquise. Le droit de manifester est un aspect très important de la démocratie, mais il y a une différence énorme entre manifester et semer le désordre. Notre attitude est très ouverte quant au fonctionnement de ce Conseil, car tel est le souhait de ses conseillers, mais après un jour comme aujourd’hui je suis au regret de dire que nous allons devoir devenir plus stricts à l’avenir, pour des raisons d’hygiène et de sécurité. Oui, c’est ce qu’il va falloir l’envisager” a-t-il dit.

Source : ici.

 

Source / LIBERATION IRLANDE

Publié dans actualités

Commenter cet article