Irlande : témoignage sur la brutalisation des prisonniers républicains irlandais

Publié le par dan29000

La brutalisation des prisonniers républicains irlandais
 

Sandy Boyer, sympathisante de longue date des prisonniers politiques irlandais, explique à un site étatsunien la situation des prisonniers de Maghaberry, brutalement maltraités en détention. A noter que cet article publié en juin 2010 ne fait pas encore mention du lancement de la grève de l’hygiène (« dirty protest »).

Les prisonniers politiques en Irlande du Nord subissent une série d’attaques soutenues et prolongées. Ils sont tabassés, subissent des fouilles corporelles et sont envoyés au mitard. La plupart des gardiens de prison à Maghaberry sont des sectaires qui voient les républicains et les catholiques de la même façon que les membres du Ku Klux Klan voient les Afro-américains.

La compagne de Harry Fitzsimmons a décrit en ces termes certains mauvais traitements qu’il a subi en détention :

« Harry a été tiré de sa cellule, tabassé, démoli, frappé à coups de pieds et plusieurs matons lui ont marché dessus. Ils ont dansé sur sa poitrine… Il a pu parler un peu plus tard à sa fille de 16 ans. Il avait le souffle court et pouvait à peine parler ou respirer. Après ce passage à tabac, il n’a pas pu consulter le médecin, ni boire un verre d’eau. On l’a envoyé au mitard (en isolement) après lui avoir arraché ses vêtements. Il a été menotté et enchaîné à un lit. Depuis, nous n’avons aucune nouvelle de lui. »

Les prisonniers dont cloîtrés dans leurs cellules 23 heures par jour. Dans la cellule, il n’y a rien, à part un matelas. On ne donne aux prisonniers que 15 minutes pour manger. Parfois on ne leur sert rien. Il y a eu des périodes où on a laissé les prisonniers 36 heures sans manger. (…)

Les prisonniers sont forcés d’uriner et de déféquer dans des petits cartons. Pour s’en débarrasser, il ne reste que la fenêtre ou par-dessous les portes des cellules. Les gardiens passent souvent la serpillière pour ramener les déchets dans les cellules, causant par là une grand risque de maladie et d’infection.

Les prisonniers sont sujets à des fouilles corporelles humiliantes et répétées. Un homme a ainsi été fouillé 31 fois en six mois. Les prisonniers expliquent qu’ils sont fouillés avant les visites des familles ou des avocats et même lorsqu’ils n’ont aucun contact avec qui que ce soit. On les fouille aussi lorsqu’ils passent d’une partie de la prison à une autre, alors qu’ils sont sous vidéo-surveillance constante.

Les membres des familles des prisonniers subissent également les fouilles corporelles lorsqu’elles viennent en visite. Si quelqu’un refuse la fouille, on peut l’emmener au commissariat pour la faire.

Le mouvement de soutien aux prisonniers se construit en Irlande du Nord. Des centaines de personnes ont défilé près des murs de la prison et dans les rues des villes et des villages. Récemment, le groupe Concerned Families and Friends of the Maghaberry Prisoners a tenu un rassemblement à Belfast pour lancer la campagne en faveur des prisonniers.

A cette occasion, Gerard Hodgins, ancien gréviste de la faim, a déclaré :

« Nous avons, en tant que groupe, fait le serment de descendre dans les rues, de faire de l’agitation et de mener campagne jusqu’à ce que les prisonniers de Maghaberry obtiennent un régime convenable et humain. Nous sommes de toutes couleurs politiques et en même temps d’aucune couleur politique, nous sommes là, unanimement et à parts égales, notre choix mûrement réfléchi est de soutenir les prisonniers de Maghaberry dans leur défi et de mettre à bas les conditions de détention inhumaines et dégradantes qui leur sont imposées. »

Les prisonniers et ceux qui les soutiennent exigent la fin des passages à tabac et des fouilles corporelles, le droit de libre association dans la prison et le droit d’organiser leurs propres cours et récréations, et aussi, c’est peut-être le plus important, la reconnaissance de leur statut de prisonnier politique.

Ces prisonniers sont considérés comme des « républicains dissidents », qui continuent la lutte contre la domination britannique en Irlande. Les socialistes ne doivent pas attendre d’être d’accord avec leur politique ou leurs actions pour soutenir leur droit à un traitement digne et humain.

source : http://socialistworker.org/2010/06/15/political-prisoners-brutalized
Posted by Adminus, in Prisonniers politiques

 

Source : Libération Irlande 

Publié dans actualités

Commenter cet article