Islande, le pays qui aime sa littérature

Publié le par dan29000

 

 

Le mystère de l'Islande, terre qui chérit sa littérature

Polaroïd d'une librairie à Reykjavik, en octobre 2008 (Loranger/Flickr/CC).

En partenariat avec Nabbu

L'Islande, c'est avant tout un certain goût de l'absolu, quelque chose du bout du monde qui ne fait rien à demi-mots. Pour son lancement, la librairie en ligne Nabbu a préparé un dossier complet pour sonder les mystères de cette patrie des lettres.

L'Islande, c'est cette langue millénaire et solide comme la roche, qui est à la Scandinavie ce que le latin est à l'Europe.

Ce sont ces hommes aux yeux flottants de vieux pêcheurs, le visage rongé par les matins trop froids. Ce sont nos rêves de vide et de silence accrochés aux paysages de lave et de pierres volcaniques, au cœur des sources chaudes et des plages basaltiques.

C'est, enfin, au-delà de la puissance des images qu'elle suscite et peut-être grâce à cet incroyable potentiel romanesque, la place inouïe qu'elle accorde à la littérature. Car pour l'auteur Jón Kalman Stefánsson :

« Certains mots sont probablement aptes à changer le monde, ils ont le pouvoir de nous consoler et de sécher nos larmes. »

Pas de plus justes termes, au lancement de la librairie en ligne Nabbu, pour désigner les armes que nous avons choisi de prendre.

Un pays qui soigne ses sagas comme nous nos cathédrales

On nous avait parlé des trop faibles lumières, des âmes en berne, de l'inertie de Reykjavik – une ville en faillite qui ne retentit que du bruit de ses déboires. A la lire, pourtant, l'Islande est la promesse d'une littérature fidèle à sa dualité : quelque part entre le faste de la tradition narrative et la frugalité des romans noirs, il y avait un mystère à percer.

Les yeux troués par nos propres clichés, alors même que nous pensions y trouver des auteurs ascétiques, monstres glacés veillant sur des acquis caducs, nous avons découvert des écrivains épanouis, héritiers digestes d'une langue moyenâgeuse, et précieux décodeurs des doutes dont ils témoignent.

Janvier battait son plein, l'Europe crevait de neige, et nous marchions illuminés dans une Reykjavik printanière, nourris au naturel de ces gens pleins de génie et dont la modestie n'enlève rien à la grandeur du talent.

En faisant de l'Islande notre premier dossier, nous mettons en avant un pays qui soigne ses sagas comme nous aimons nos cathédrales.

« Celui qui ne vit pas en poésie ne saurait survivre ici-bas »

Nous mettons en avant un pays longtemps connu pour ses excès – la violence de ses crises économiques et climatiques –, mais qui camoufle ses trésors : la plus grosse production éditoriale au monde, le plus grand nombre de lecteurs.

Nabbu vient de Nabû, dieu babylonien de l'écriture et du savoir. En faisant de l'Islande notre premier dossier, nous faisons le pèlerinage vers des terres sacrées, où naquit Halldor Laxness, prix Nobel de littérature, pour qui « celui qui ne vit pas en poésie ne saurait survivre ici-bas ». Dont acte.

Régis Boyer, professeur de langues, littératures et civilisation scandinaves à la Sorbonne, est aussi traducteur de l'islandais en français. Il dresse un portrait de l'Islande et des Islandais tout en littérature :  

« L'Islande est le pays le plus cultivé d'Europe : un pays où il n'existe aucun analphabétisme. Un pays qui bat les records de publication de livres, journaux et revues, et de fréquentation des bibliothèques. Il s'agit du pays le plus lettré du monde !

[Les Islandais] partagent aussi le respect et l'attention à autrui, un sens du passé et de l'histoire, qui les a fortement marqués, et surtout, surtout, le talent de conter et de raconter : ce sont des conteurs. » (Voir la vidéo)

La transcription est sur Nabbu.com, ainsi que les articles et interviews du dossier sur l'Islande.

Photo : Polaroïd d'une librairie à Reykjavik, en octobre 2008 (Loranger/Flickr/CC).

En partenariat avec Nabbu
En partenariat avec Nabbu

Publié dans lectures

Commenter cet article

Eric 26/12/2011 17:52


"Le pays le plus lettré au monde", certes, dans l'absolu, mais gardons-nous d'en faire un modèle : C'est assez facile pour un pays qui compte dans son ensemble autant d'habitants que Bethune et
dans lequel les disparités sociales sont bien moindres que dans des pays plus grands et plus peuplés.

dan29000 26/12/2011 18:41



Certes, ce n'est pas faux, mais quand même un bon exemple...