Israël : campagne "Not ready to die in your war", Ronny Edry, citoyen israélien

Publié le par dan29000

« Not ready to die in your war »


La paix entre Iraniens et Israéliens de Ronny Edry rassemble des milliers de personnes

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]


 

 


Avec surprise, le citoyen israélien a expliqué comment son message a débarqué de façon presque instantanée à la télévision et dans les quotidiens. Il demande de l’aide et il va de l’avant.

 

 

 

 

Une image mise sur le réseau social Facebook et sur le web « Israel loves Iran » par Ronny Edry , dessinateur graphique, instituteur et citoyen Israélien, est devenue une mobilisation cybernéticienne, avec des soutiens partout dans le monde, image qui exprime l’amour entre israéliens et iraniens et sa recherche de paix. Avec plus de 700 000 reprises dans sa version originale et près d’un million de visite pour la version sous-titrée en espagnol, la vidéo « maison » qui résume la campagne montre la progression d’un mouvement qui cherche à sortir d’Internet et à tapisser les rues de la ville de Tel Aviv.

Il y a cinq mois, dans une vidéo mise sur YouTube, le dessinateur graphique de 41 ans a résumé son idée en moins de deux minutes. « C’est un message des gens et pour des gens », a-t-il prévenu. « Dernièrement, les nouvelles parlent de guerre. Une Grande. Ils ont l’habitude de parler de destruction, d’ auto-défense, comme si ce n’était pas notre sujet. Il y a trois jours j’ai publié une image sur Facebook avec un message simple : Iraniens, nous n’allons pas vous bombarder. Nous vous aimons », a déclaré Edry. « Aux gens d’Iran : à tout père, mère, fils, frère et sœur, pour qu’il y ait une guerre entre nous, d’abord nous devons avoir peur l’un de l’autre. Nous haïr. Je n’ai pas peur et je ne vous déteste pas. Je ne vous connais même pas. Jamais un iranien ne m’a fait de mal », a-t-il ajouté. Dans la vidéo « maison » Ronny a révélé qu’il a connu une fois un iranien dans un musée à Paris ce qu’il se rappelle comme « un grand sujet ». Il a aussi raconté que parfois il voit un iranien à la télévision et qui parle de guerre. « Mais je suis sûr qu’il ne représente pas tous les gens d’Iran. Si vous voyez quelqu’un à la télévision parlant de vous bombarder je vous assure qu’ils ne représentent pas tous les gens d’Israël », avertit t-il . Par la force de son idée, il a expliqué la vitesse et la répercussion surprenante du message. « En à peine 24 heures les gens ont commencé à partager l’image sur Facebook. En 48 heures, les gens d’Iran ont commencé à répondre à l’image et à partager leur amour avec nous. Des centaines de messages sont arrivés depuis l’Iran, disant aux gens d’Israël : nous vous aimons aussi », a-t-il précisé.


Avec surprise, le citoyen israélien a détaillé comment son message a débarqué de façon presque instantanée à la télévision et dans quotidiens et a demandé qu’ils les aident à propager l’idée pour qu’elle arrive par tous les côtés. Et voilà qu’il y est pervenu. La vidéo originale a près de 789 287 reprises [actuellement] et dispose, même, d’une version sous-titrée en espagnol qui a plus d’un million de visites. De plus, les images dessinées par Edry se multiplient sur le réseau social Facebook jusqu’à aujourd’hui. Chacune fait le portrait d’une personne, d’un couple ou d’un groupe de nationalités distinctes transmettant son message : «  Not ready to die in your war  » (Pas prêts à mourir dans ta guerre). Avec l’envie de transformer cette campagne en quelque chose de réel, Edry s’est remis au travail afin que les visages des citoyens soient vus par toute la communauté, dans les rues de Tel Aviv. Son idée « Israel loves Iran » (Israël aime l’Iran) a plus de 79 947 soutiens et sa contrepartie « Iran-Loves-Israel » (l’Iran aime Israël) compte 23 455 soutien. Les adeptes de la campagne partagent l’information la plus récente et collaborent avec la demande d’Edry pour que cette proposition arrive à tous les coins. L’un des milliers de soutiens de ce mouvement est Fabiana Ezcurra, une argentine de 48 ans qui vit à Barcelone. « A propos d’ « Israel-Loves-Iran », ce qui m’a étonné c’est que l’initiative soit partie des gens communs, les gens qui n’ont pas des intérêt créés et qui vivent au milieu d’un conflit qui ne les représente pas. Le lien qui les unit est la recherche de paix. Nous vivons déjà cela avec l’Association Mutual Israelita l’Argentine (AMIA). Le message qu’il propose, et qui est révélateur par la réponse qu’il a eu, c’est que les israéliens ne haïssent pas les iraniens. Au contraire, ils les aiment, je crois que parce qu’ils souffrent des mêmes douleurs et de la même terreur », a expliqué cette femme. « Je ne connais pas Ronny personnellement, mais il est mon ami dans Facebook et nous sommes mutuellement souscrits, ce qui est un honneur pour moi. J’ai appris la proposition parce que m’est arrivée la vidéo et elle a attiré mon attention réellement », a expliqué l’argentine.

D’autres pays ont aussi rejoint l’idée et, ainsi, des gens de différentes parties du monde ont exprimé l’amour du reste des nations vers les deux pays. De cette façon, des endroits comme l’Inde, l’Autriche, la Suède, le Pérou, la France, le Brésil, l’Espagne et les États-Unis, entre autres, ont créé leurs propres pages pour diffuser le message d’amour d’Israël et d’Iran. Facebook, le réseau social qui a vu naître et a permis de reproduire l’idée, a été le lieu élu pour qu’un groupe de personnes demandent qu’Edry, sa compagne Michal Tamir et son idée soient nommés pour le prix Nobel de la Paix. Sa campagne, diffusée avec beaucoup de force par ce réseau, est aussi arrivée sur Twitter.




Romina Lascano. Página12, Buenos Aires, le 1er septembre 2012.

Traduit de l’espagnol pour El Correo par : Estelle et Carlos Debiasi

El Correo. Paris, le 1er septembre 2012.


Contrat Creative Commons
Cette création par http://www.elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported
.

Publié dans Monde arabe - Israël

Commenter cet article