Israël : des détenus Palestiniens en danger, dont Samer Al-Assawi

Publié le par dan29000

"Ma vie tient à un fil" Prisonnier en Israël illégalement, Samer Al-Assawi

 


"Ma santé s’est détériorée à un point extrême et ma vie tient à un fil. Mon corps est dans un grand état de faiblesse mais je reste patient et je continue mon combat. Mon message est le suivant : je lutterai jusqu’à la fin, jusqu’à la dernière goutte d’eau dans mon corps, jusqu’au martyre. Dans cette bataille devenir un martyr pour moi est un honneur. Mon martyre est une réelle bombe dans la confrontation avec les tyrans et les geôliers, face à la politique raciste d’occupation qui vise à humilier notre peuple et qui emploie contre nous tous les moyens d’oppression et de répression.

Je dis à mon peuple : je suis plus fort que l’armée d’occupation et que ses lois racistes. Moi, Samer Al-Assawi, enfant de Jérusalem, je vous dicte mes dernières volontés au cas où je tomberai comme un martyr : vous porterez mon âme comme un cri pour tous les prisonniers, femmes et hommes, un cri pour la liberté, pour l’émancipation et le salut de ceux qui ont connu le cauchemar des prisons et leur terrible noirceur.

Ma bataille ne concerne pas seulement la liberté individuelle. La bataille que j’ai menée avec mes héroïques camarades, Tariq, Ayman et Ja’affar, c’est la bataille de tout un chacun, la bataille du peuple palestinien contre l’occupation et contre ses prisons. Notre but est d’atteindre la liberté et la souveraineté dans notre pays libéré et notre bien aimée Jérusalem.

Les faibles forts battements de mon cœur je les dois à votre grande persévérance. Merci à vous mon peuple ! Mes yeux, qui perdent peu à peu la vue, tirent leur lumière de votre solidarité et de votre soutien. Ma voix, à peine audible, tire sa force de votre voix, qui est plus forte que la voix du gardien et plus haute que les murs.

Je suis l’un de vos enfants parmi les milliers de vos enfants qui sont prisonniers et qui languissent en jeûnant dans les prisons, en attendant la fin de leur calvaire, de leurs douleurs et de la souffrance de leurs familles. Les docteurs m’ont dit que je risquais une attaque à cause des battements désordonnés de mon cœur, du manque de sucre et de ma tension très basse. Mon corps est très froid et la douleur qui n’a de cesse m’empêche de dormir. Mais malgré l’extrême fatigue et les maux de tête chroniques, quand je bouge dans ma chaise j’essaye de réunir tout mon courage pour faire la route jusqu’au bout.

Il n’y a pas de retour possible, seulement ma victoire qui est fondée sur le Droit alors que ma détention n’a pas de validité et est illégale.

Je tire toute ma force de mon peuple, de tous les gens à l’esprit libre dans le monde, ainsi que des familles de prisonniers qui continuent à clamer jour et nuit pour la liberté et la fin de l’occupation.

N’ayez pas peur pour mon cœur s’il se met à s’arrêter, n’ayez pas peur pour mes mains si elles se paralysent. Je suis toujours en vie maintenant et demain et après ma mort parce que Jérusalem coule dans mon sang, ma dévotion et ma foi.


Palestine, 16/02/3013.

 

 

 

Cette lettre a été publiée par Free Haifa, à la fois en arabe et en hébreu.

(Traduit par Annie et Pedro)

 

 

Il est l’un des 178 Palestiniens actuellement détenus en « détention administrative » par Israël, c’est-à-dire en détention sans inculpation ni procès. Plusieurs autres prisonniers sont également en grève de la faim, dont certains ont également été ré-emprisonnés après l’échange de prisonniers de décembre 2011.

Israël refuse d’indiquer à Samer Issawi, comme à son avocat, les allégations sur lesquelles repose actuellement sa détention, affirmant qu’elles seraient fondées sur des informations secrètes liées à la façon dont il aurait « violé » les conditions de sa libération.

Samer a perdu la moitié de son poids corporel, ses organes internes commencent à défaillir, il perd aussi sa vision et sa capacité de parler, et vomit du sang. Ce sont tous là des signes qu’il est à l’article de la mort.


Nous signalons que 4 autres Palestiniens emprisonnés sont en grève de la faim :


- AYMAN SHARAWNA, 36 ans, habitant d’Hébron libéré comme Samer Issawi dans le cadre de l’accord Shalit, en octobre 2011, et réincarcéré 3 mois après sa libération. Il est détenu dans la prison de Ramleh, en toute illégalité, et ne s’alimente plus depuis près de 240 jours (avec quelques interruptions) Il a perdu la vue, souffre de graves problèmes rénaux, du foie et des jambes.


- JAFAR AZZEDINE, 41 ans, originaire de Jénine, il est incarcéré à la prison de Megiddo depuis le 22 novembre dernier, sans inculpation ni procès. Il est en détention "administrative". Il ne s’alimente plus depuis 84 jours, n’absorbant que de l’eau sans additifs.

- TAREK QA’ADAN, 40 ans est également originaire de Jénine et en détention "administrative" à la prison de Megiddo depuis la même date que Jafar Azzedine. Il est en grève de la faim depuis 83 jours.

- FADI WASSHA est en grève de la faim depuis 18 jours.

 

EXIGEONS LEUR LIBERATION !


- MARDI SOIR A PARIS : RASSEMBLEMENT A PARTIR DE 18 H A LA SORTIE DU METRO SOLFERINO (LIGNE 12) (EN FACE DU SIEGE DU PS, A PROXIMITE DE L’ASSEMBLEE NATIONALE ET DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES

 

- MARDI SOIR A LILLE : RASSEMBLEMENT A 18 H SUR LA GRAND PLACE

- ORGANISEZ DES PROTESTATIONS DANS D’AUTRES VILLES !

- INTERPELEZ LE MINISTRE FRANÇAIS DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES : secretariat.cm2@diplomatie.gouv.fr

et LA PRESIDENTE DE LA COMMISSION DES AFFAIRES ETRANGERES A L’ASSEMBLÉE NATIONALE, ELISABETH GUIGOU : eguigou@assemblee-nationale.fr

CAPJPO-EuroPalestine

http://www.europalestine.com/spip.php?article8078

Plus de détail sur le parcours et la détention de Samer Al-Assawi ici :

http://www.europalestine.com/spip.php?article8073

 

 

 

 

SOURCE / MEDIAPART

Publié dans Monde arabe - Israël

Commenter cet article

lejournaldepersonne 12/04/2013 21:51

Grève de la fin
http://www.lejournaldepersonne.com/2013/04/greve-de-la-fin/
Nausées nauséabondes, j'ai envie de vomir tout ce qui me reste d'amour de l'être humain !