Israël frappe encore et détourne le "Rachel Corrie"

Publié le par dan29000

RachelCorrie_inside.jpgL'armée israélienne s'empare du Rachel Corrie
Par Pierre Haski | Rue89 


Les soldats ont investi sans violence le cargo irlandais, le contraignant à se diriger vers le port israélien d'Ashdod.


L'armée israélienne a investi samedi matin le MV Rachel Corrie, le cargo irlandais chargé d'aide humanitaire pour les Palestiniens, et l'a contraint de se diriger vers le port israélien d'Ashdod. Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou avait ordonné à ses troupes d'empêcher le navire de briser le blocus de Gaza.

L'équipage du navire irlandais a annoncé par avance qu'il n'avait pas l'intention d'opposer une résistance violente en cas d'intervention militaire israélienne, mais il a refusé samedi matin un premier ordre de l'armée israélienne de ne pas se rendre dans la bande de Gaza, soumise par l'Etat hébreu à un blocus aussi bien naval que terrestre.

Les premières informations dae la télévision israélienne ne font pas état de violences dans la prise de contrôle du navire par les commandos israéliens.

Après le tollé mondial et la condamnation du Conseil de sécurité de l'ONU, provoqué par son intervention dans la nuit de dimanche à lundi, faisant neuf morts -huit Turcs et un Américain- et des dizaines de blessés, Israël ne pouvait répéter le même scénario. Surtout après la révélaton, samedi, du rapport d'autopsie par le quotidien britannique The Guardian, montrant que les victimes ont été « criblées de balles » : 30 impacts pour neuf corps, dont cinq touchés mortellement à la tête, quasiment à bout portant.

D'autant qu'il s'agissait cette fois d'un cargo battant pavillon d'un Etat membre de l'Union européenne, dont le Premier ministre a mis en garde Israël contre l'usage de la violence sur un équipage animé par des intentions non violentes. Et, de surcroit, les Etats-Unis ont durci le ton vendredi, estimant que le blocus de Gaza était devenu « intenable ».

A l'opposé, malgré le début de débat qui se déroule en Israël même sur la validité du blocus de Gaza, l'Etat hébreu ne voulait pas permettre qu'une initiative de ce genre défie son autorité et son armée.

Ce n'est pas l'humeur du moment en Israël, ni celle du gouvernement actuel dont le centre de gravité est très à droite.
La deuxième vie du documentaire « Rachel » de Simone Bitton

L'épopée du MV Rachel Corrie, qui est en train d'entrer dans l'œil du cyclone, permet en même temps de redécouvrir l'action de ces humanitaires qui, depuis des années, s'engagent dans ce conflit.

« Rachel Corrie », le nom qui a été donné à ce cargo irlandais, n'est pas inconnu des lecteurs de Rue89 . Il y a sept mois, nous hébergions le blog de Simone Bitton, cinéaste franco-israélienne engagée, qui sortait un documentaire intitulé « Rachel », justement consacré à cette jeune volontaire américaine écrasée par un bulldozer militaire israélien, en 2003 dans la bande de Gaza, alors qu'elle et ses camarades tentaient d'empêcher la destruction de maisons palestiniennes. (Voir la bande annonce)



Simone Bitton nous avait raconté, à travers son blog, la présentation de son film lors d'un festival de cinéma israélien à Haifa, et quelques jours plus tard, à Ramallah, en Cisjordanie.

Elle nous avait parlé des débats qu'il avait suscité, des problèmes pour passer ses bobines d'Israël en Palestine, mais aussi des difficultés de faire vivre un tel documentaire dans le circuit des salles françaises, face aux grosses productions commerciales.
La double peine des Gazaouis sous blocus

Vendredi, Le Monde nous apprenait que le réseau de salles Utopia, qui a des salles à Avignon, Bordeaux, Montpellier ou Toulouse, a décidé de déprogrammer un film israélien, « A cinq heures de Paris », comédie dramatique sans contenu politique, qui devait sortir le 25 juin, et de programmer à la place « Rachel », le film de Simone Bitton. Etrange destin.

Rachel Corrie était assurément une idéaliste, à croire qu'elle et ses amis pouvaient changer le cours de l'histoire en se transformant en « boucliers humains » face aux bulldozers.

Elle en est morte, mais il est fascinant de voir que son souvenir ressurgit sept ans plus tard sous la forme d'un bateau destiné aux mêmes habitants de la bande de Gaza qui subissent la double peine de l'enfermement politique et des conséquences du blocus.
.

► Mis à jour le 05/06/10 à 11h40. Avec la prise de contrôle du navire par l'armée israélienne.



Publié dans Monde arabe - Israël

Commenter cet article