Israël : la guerre honteuse de son armée contre les enfants de Jérusalem

Publié le par dan29000

 

 

 

 

La guerre d’Israël contre les enfants de Jérusalem : une honte ! 

Jonathan Cook révèle la brutalité infligée par la police israélienne à des mineurs palestiniens. 1200 d’entre eux ont été arrêtés en un an, dont certains n’ont que sept ans, ce qui n’empêche ni les interrogatoires hors de la présence d’un avocat ou d’un parent, ni les violences physiques. Récit effrayant.

 




"L’année dernière, des enquêtes pénales ont été ouvertes à Jérusalem-Est contre plus de 1200 mineurs palestiniens accusés de jets de pierres, selon les statistiques réunies par l’Association des Droits Civils en Israël (ACRI). C’était deux fois le nombre d’enfants arrêtés l’an passé dans le territoire palestinien beaucoup plus vaste de la Cisjordanie.

La plupart des arrestations se sont produites dans le quartier de Silwan, proche de la Vieille Ville de Jérusalem, là où 350 colons juifs extrémistes ont installé parmi 50 000 résidents palestiniens plusieurs enclaves lourdement protégées.

A la fin du mois dernier, signe d’une irritation croissante devant les arrestations, on rapporte qu’à Silwan une foule importante a empêché les policiers d’arrêter Adam Rishek, un garçon de sept ans accusé d’avoir lancé des pierres. Ses parents ont ensuite porté plainte en déclarant qu’il avait été frappé par les policiers.

Les tensions entre les résidents et les colons n’ont cessé de croître depuis que la municipalité de Jérusalem a dévoilé en février un programme de démolition de douzaines de maisons palestiniennes dans le secteur de Boustan, afin d’y développer un parc archéologique à thématique biblique, géré par Elad, un organisme de colons.

Le programme est actuellement en suspens, suite à des pressions américaines sur Benyamin Netanyahu, le premier ministre israélien. Fakhri Abou Diab, un responsable local, a averti que les heurts réguliers entre les jeunes de Silwan et les colons pourraient déclencher un soulèvement massif des Palestiniens. « Nos enfants sont sacrifiés à l’objectif des colons d’éliminer notre communauté », a-t-il déclaré.

Dans un rapport récent, intitulé « Espace d’insécurité », l’ACRI concluait que, dans la purge contre les lanceurs de pierres, la police fait peu de cas des droits civiques des enfants, et qu’elle laisse chez de nombreux mineurs de profonds traumatismes émotionnels.

Des témoignages collectés par les groupes de défense des droits de l’homme révèlent un schéma dans lequel les enfants sont arrêtés lors de descentes au petit matin, menottés et interrogés durant des heures sans qu’un parent ou un avocat soit présent. Dans de nombreux cas, les enfants ont fait état de violence physique ou de menaces.

« Particulièrement troublants sont les témoignages d’enfants de moins de douze ans - âge minimal fixé par la loi israélienne pour la responsabilité pénale des Palestiniens– emmenés pour être interrogés, et qui n’ont pas été épargnés par les interrogatoires brutaux et abusifs », indique Yehudit Karpm, ancien avocat général israélien.

A la différence de la Cisjordanie, régie par la loi militaire, les enfants de Jérusalem-Est suspects de jets de pierre sont supposés passibles de la loi pénale israélienne. Israël a annexé Jérusalem-Est en 1967, suite à la guerre des six jours, en violation du droit international, et ses 250 000 habitants palestiniens sont considérés comme résidents permanents d’Israël. Les mineurs, définis comme quiconque est âgé de moins de 18 ans, devraient être interrogés par des agents spécialement formés et uniquement durant la journée. Les enfants doivent avoir la possibilité de consulter un avocat, et un parent devrait être présent.

Ronit Sela, une porte-parole de l’ACRI, a déclaré que son association avait été choquée par le grand nombre d’enfants arrêtés à Jérusalem-Est au cours des derniers mois, souvent par des policiers en civil. « Nous avons reçu de nombreux témoignages d’enfants qui décrivent des expériences de violence terrifiante, aussi bien lors de leur arrestation que durant l’interrogatoire qui a suivi ».

Muslim, dix ans, habite dans le quartier de Boustan une maison dont les autorités israéliennes ont ordonné la démolition. Son cas est mentionné dans le rapport de l’ACRI. Lors d’une interview, il a dit avoir été arrêté à quatre reprises cette année, bien qu’il soit en dessous de l’âge de responsabilité pénale. La dernière fois, en octobre, il a été arraché de la rue par trois policiers en civil qui avaient sauté d’une camionnette.

« Un des hommes m’a attrapé par derrière et a commencé à m’étouffer. Le second a saisi ma chemise et l’a déchirée dans le dos et le troisième m’a attaché les mains derrière le dos, liées par des cordes en plastique. ‘Qui a lancé des pierres ?’ m’a demandé un des hommes. J’ai dit que je n’en savais rien. Il a commencé à me taper sur la tête et je criais tant j’avais mal »

Muslim a été jeté en prison, et libéré six heures plus tard. Un médecin du quartier a relaté que le garçon avait des plaies sanguinolentes aux genoux, et des ecchymoses en plusieurs endroits du corps. Le père de Muslim, dont deux fils sont en prison, a dit que l’enfant était réveillé par des cauchemars et ne pouvait plus se concentrer sur son travail scolaire. « Cette affaire l’a dévasté ».

Selon Mme Sela, les arrestations ont notoirement augmenté à Silwan depuis septembre, quand on a vu sur écran David Beeri, directeur de l’organisme de colons Elad, foncer au volant sur deux garçons qui lançaient des pierres sur sa voiture. L’un d’eux, Amran Mansour, 12 ans, qui avait été précipité sur le capot, a été arrêté peu après lors d’un raid du petit matin dans la maison de sa famille.

C’est aussi en octobre que neuf députés israéliens de droite se sont plaints du lancement de pierres contre leur minibus, alors qu’ils faisaient une "visite de solidarité" à Beit-Yonatan, une grande maison de Silwan contrôlée par les colons. Les tribunaux israéliens avaient ordonné la démolition de la maison, mais le maire de Jérusalem, Nir Barkat, avait refusé d’exécuter l’ordre. A la suite de cette attaque, Yizhak Aharonovitch, ministre de la sécurité publique, avait averti : « Nous mettrons fin aux jets de pierres par le moyen de forces en uniformes et en civil, et nous ramènerons le calme ». Le mois dernier, la police a annoncé que les arrestations à domicile seraient utilisées plus systématiquement contre des enfants, et que des pénalités financières allant jusqu’à 1 400 dollars US seraient infligées aux parents.

B’Tselem, une association humanitaire israélienne, a relaté le cas de A.S., 12 ans, emmené pour interrogatoire à la suite d’une arrestation à trois heures du matin. « J’étais agenouillé en face d’un mur. Chaque fois que je bougeais, un homme en civil me frappait la nuque de sa main… L’homme m’a demandé de me prosterner sur le sol et de lui demander pardon, mais j’ai refusé et je lui ai dit que je ne me prosterne devant personne d’autre qu’Allah. Pendant tout ce temps, je sentais une douleur intense aux pieds et aux jambes, j’avais très peur et j’ai commencé à trembler ». Dans une déclaration, B’Tselem a remarqué : « On a peine à croire que les forces de sécurité auraient agi de même envers des mineurs juifs ».

Micky Rosenfeld, porte-parole de la police, a nié que la police ait violé les droits des enfants. « Il est de la responsabilité des parents de mettre un terme à la conduite criminelle de leurs enfants », a-t-il ajouté.

Selon Jawad Siyam, un militant local à Silwan, le but des arrestations et l’activité accrue des colons est de « nous rendre la vie insupportable, et de nous expulser de la zone ».

Les 80 experts qui ont écrit à M.Netanyahu avertissent que la maltraitance des enfants conduit à des désordres post-traumatiques de stress tels que cauchemars, insomnie, énurésie et peur constante des policiers et des soldats ». Ils ont aussi souligné que le droit à la scolarisation était dénié aux enfants sous arrestation prolongée.

L’an passé, le Comité des Nations Unies contre la torture a exprimé sa « profonde préoccupation » devant le traitement infligé par Israël aux mineurs palestiniens, Israël violant ainsi la Convention sur les Droits de l’Enfant dont il est signataire. Au cours des 12 derniers mois, l’organisme Defence for Children International a fourni aux Nations Unies les détails relatifs à plus de 100 enfants qui déclarent avoir été physiquement ou psychologiquement maltraités dans des prisons militaires."

Par Jonathan COOK

Source : http://www.redress.cc/palestine/jcook20101214

Traduit de l’anglais par Anne-Marie PERRIN pour CAPJPO-EuroPalestine)

CAPJPO-EuroPalestine



Publié dans Monde arabe - Israël

Commenter cet article