Istanbul : Forum Social Européen, un autre monde est possible

Publié le par dan29000

Istanbul 2010: Hoşgeldiniz ! 
Par Emmanuelle Reungoat (Fondation Copernic)

Le Forum Social Européen envahit Istanbul du 30 juin au 4 juillet.
Un autre monde, une autre Europe sont possibles!

… Certes, mais comment?

Le «FSE» c’est la rencontre des mouvements sociaux européens —des altermondialistes, disent certains— qui a lieu tous les deux ans. Crises, droits, débats, manif et loukoums au menu… Une petite mais non moins fine équipe se propose de venir tous les jours sur ce blog réaliser sa chronique stambouliote de l’évènement. Pour respirer l’atmosphère de la Sublime porte et se perdre... ou se retrouver dans les dédales de l’altermondialisme byzantin.

Il s’agira donc d’essayer de vous dévoiler les rouages du Forum, de partager ses enjeux, ses débats et surtout les résultats de ce nouvel opus du FSE qui s’ouvre au milieu d’une Europe en crises multiples…que les «alters» ont à l’œil avec forces propositions dans les valises.

On essaiera aussi de vous faire sentir l’atmosphère si particulière de l’évènement, faite de centaines d’accents, de milliers d’accords et de chocs culturels à la minute, d’ateliers studieux, de mobilisations à venir et de rêves de mondes meilleurs…et possible?
«Nécessaire!» a-t-on pu entendre, de plus en plus souvent, dans les travées des réunions de prépa d’Istanbul 2010. Ambiance.
Le programme est pléthorique et on y croise parfois de vieilles connaissances: démocratie et économie, écologie et services public, capitalisme et marxisme se retrouvent dans les ateliers. Mais ce sont aussi lobbyistes et minorités, Nord et Sud, local et global ou encore les questions des retraites (tiens donc!), de la précarité ou de l’eau qui se déclineront pendant ces quatre jours que nos petits rapporteurs essaieront de vous faire partager, chacun dans ses spécialités.

Enfin, rencontres, balades, Baklava et Kadayif, choses vues dans les ruelles et les mosquées, entre le marché aux fleurs et le Grand Bazar… On ne s’interdira pas quelques sujets de société pour continuer à lever le voile de la Turquie fantasmée et chercher à savoir ce qu’on voit depuis les minarets de Sainte Sophie et les tribunes de Fenerbahçe.



Le Forum social européen au bord du Bosphore

Poser ses guêtres au bord du Bosphore est un nouveau défi pour un Forum social européen, qui travaille à tisser depuis de nombreuses années des discussions et des actions communes entre mouvements des quatre coins de l’Europe, quand les traditions de lutte des organisations, les configurations nationales et les moyens sont souvent pour le moins dissemblables. Après l’incursion au Nord avec Malmö et la Suède en 2008, restait à s’étirer jusqu’aux portes de la Mer noire.

Mais quelle meilleure pierre de touche pour le Forum, carrefour des multiples organisations européennes en mouvement, qu’une cité où les ruelles emmêlent les civilisations, ou le passé s’enlace au futur dans les entrelacs du Bos-phore, dont on a pu croire qu’il signifiait «le passage de la vache». Souvenez-vous, la vache, c’était Zeus, déguisé encore pour parvenir à ses fins, comme lorsque sous la forme d’un Taureau Blanc, il transportait au-delà de ce même Bosphore disent certains, Europe jeune fille vers son avenir…

Alors puisque le processus du Forum social, malgré les forces qu’il réunit et l’extensivité de ses propositions reste peu visible dans les médias, et puisque, comme le dit le sage Orhan Pamuk, «l’amour est le don de faire voir ce qu’on ne voit pas», Hoşgeldiniz! Bienvenidos en Istanbul 2010!

... and Come on inside.


Source : Libération

Publié dans actualités

Commenter cet article