J'ai vu des hommes tomber, Arthur Frayer, éditions Don Quichotte

Publié le par dan29000

j-ai-vu-des-hommes.jpg

 

 

 

 

 

 

 

  Depuis déjà plus de quatre ans l'Europe s'enfonce dans la crise. Une crise économique encore accrue par les politiques d'austérité voulues par les gouvernements de droite et de gauche appliquant les théories mortifères des experts de la BCE et du FMI. Les livres relatant cette longue chute ne manquent pas, mais qu'en est-il des hommes et des femmes qui, à la base, subissent ?


  Une question que se posait au sujet des Grecs, l'excellent documentaire d'Anna Dumitrescu, Khaos. C'est aussi cette démarche que nous propose Arthur Frayer, l'auteur de "Dans la peau d'un maton".


  Durant sept mois il a parcouru l'hexagone à la rencontre de ceux que Pierre Sansot nommait "Les gens de peu", les oubliés, ceux que l'on ne voit jamais dans les médias dominants, ceux qui ont juste le droit de voter et de fermer leur gueule durant les années suivantes. J'ai vu des hommes tomber est le récit de cette chute qui touche aussi la France.


  Employés, commerçants, agriculteurs, artisans, étudiants, les hommes et les femmes tombent, des "Louise Wimmer" dormant dans leur voiture apparaissent sur les parkings, tout en étant salariées en CDI. Des petits commerces ferment étranglés par leurs banques. Une terrible succession de portraits dans une succession de lieux, de l'université à Pôle emploi, d'une association à une PME. Souvent des points communs entre tous, précarité et incertitude durable et aussi plus vraiment d'illusion sur les réponses des politiciens de tous bords.


  De février à juillet, en pleines campagnes électorales, Arthur Frayer a rencontré et écouté Mireille, Laurent, Fred, Odile et les autres. Et aussi les ouvrières de Lejaby, et les salariés de Fralib en lutte. A ce moment l'on savait déjà que Sarkozy et les siens avaient demandé aux grandes entreprises de différer les futurs plans sociaux, même si certains licenciements commençaient déjà. En cet automne 2012, les plans se multiplient et les salariés tombent un peu plus. La chute, sous la gauche, est aussi difficile et dramatique, que la chute sous la droite.


  Alors il faut lire cette enquête, ce témoignage. Un témoignage précis, sobre, qui n'en rajoute pas. Des visages, des paroles, des faits, des combats perdus, des syndicats impuissants et une liste toujours plus longue de vies broyées par le capitalisme. Des vies saccagées par une finance incontrôlable où les politiques n'ont plus la main.


  De Caen à Clichy-la-garenne où Khaled vit dans un local à poubelle, du 18e à Paris avec le Secours populaire à Niort avec la Camif, du Neuhof à Strasbourg au centre commercial de Fleury-Mérogis... Et ainsi de suite, ainsi va la vie ou plutôt la survie de ceux qui tombent, pendant que chaque année la France du haut est toujours plus riche.


  Est-ce ainsi que les hommes vivent, dans un des pays les plus riches du monde ?

 

  Un livre nécessaire, un livre juste, pas juste un livre de plus.

 

 

 

Dan29000 

 

 

J'ai vu des hommes tomber

Arthur Frayer

Editions Don Quichotte

2012 / 252 p / 16 euros

 

Voir le site de l'éditeur

 

==============================


Extrait :page 15

 

"Mais les ravages de la crise se voient toujours bien après. Une fois les combats perdus, les caméras remballées, la lassitude et l'amertume installées. Il fallait donc  raconter les conséquences invisibles de la crise. Exposer le lent processus de renoncement et de désillusion de ceux qui, depuis des années, n'envisagent leurs lendemains que dans le brouilllard et la peine. Ceux qui ne peuvent enrayer la chute de leurs revenus, ceux dont les conditions de vie se détériorent insensiblement mais inexorablement. Ceux qui, au fil des jours, à leur insu, s'habituent, nous habituent, à vivre au gré du sous-emploi et de la précarité."

Publié dans lectures

Commenter cet article