Japon : alerte nucléaire de niveau 4, deux centrales nucléaires touchées

Publié le par dan29000

 

 

plogoff_ac_36-2-41817.jpgCommuniqué de presse du Réseau "Sortir du nucléaire" du 11 mars


Alerte nucléaire au Japon : 2 centrales nucléaires en situation d’urgence au Japon, la population évacuée autour de la centrale de Fukushima Daiishi.


Il y a actuellement au Japon 2 centrales nucléaires en situation d’urgence et l’usine de retraitement de Rokkasho fonctionne sur des générateurs de secours :

- La centrale de Fukushima n°1 connaît un problème d’ordre mécanique du système de refroidissement du coeur nucléaire (1). Près de 2000 personnes habitant dans les environs, dans un rayon de trois kilomètres, doivent être évacuées (2). Les autorités ont renforcé l’état d’urgence nucléaire, et les médias japonais font état d’une fuite radioactive.

- La centrale d’Onagawa, où le processus de refroidissement du coeur nucléaire ne se déroule pas comme prévu (3)

11 réacteurs nucléaires ont été arrêtés en urgence pendant le séisme. On ignore comment sont actuellement refroidis ces 11 réacteurs arrêtés en urgence, dont il faut absolument refroidir le combustible sous peine d’une fusion nucléaire du coeur.

Plusieurs questions demeurent sans réponse :
- Les réacteurs sont-ils toujours alimentés en électricité par des sources d’énergie extérieures ou bien sont-ils alimentés par des groupes électrogènes ?
- Combien de temps peuvent-ils tenir, sans source électrique externe, pour refroidir les coeurs nucléaires sans risquer la fusion nucléaire ?
- Les 5 centrales nucléaires japonaises de la côte Pacifique ont-elles été inondées par le tsunami ?

Ce séisme dévastateur montre que le nucléaire est un colosse aux pieds d’argile. Le Réseau "Sortir du nucléaire" rappelle que les tremblements de terre n’arrivent pas qu’en extrême-orient. Nous avions révélé en juillet 2007 que les centrales nucléaires françaises n’étaient pas aux normes sismiques et qu’EDF avait falsifié les données sismiques de ses centrales nucléaires pour ne pas supporter des travaux de mise aux normes trop onéreux (4). Cette situation perdure aujourd’hui. Notons que les autorités ont rejeté mercredi dernier la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Alsace), pourtant située dans une zone qui a connu des secousses sismiques de magnitude importante par le passé (5). Les centrales nucléaires de bord de mer de la France ne sont pas non plus protégées des tsunamis et tout particulièrement la centrale nucléaire du Blayais qui a connu une inondation dramatique en décembre 1999.

Par ailleurs, le Réseau "Sortir du nucléaire" a rédigé une note sur les dégâts occasionnées par un séisme sur la plus grande centrale nucléaire au monde à Kashiwazaki-Kariwa au Japon en juillet 2007 (6).

Il est plus qu’urgent de sortir du nucléaire.

Contacts presse :
Jean-Pierre Minne : 06 71 07 24 47
Charlotte Mijeon : 06 75 36 20 20
François Mativet : 06 03 92 20 13

Notes :

(1) "Chief Cabinet Secretary Yukio Edano says the nuclear power plant in Fukushima developed a mechanical failure in the system needed to cool the reactor after it was shut down after the earthquake." http://today.msnbc.msn.com/id/42025882/ns/world_news-asiapacific/ (2) Dépêche Reuters http://www.reuters.com/article/2011/03/11/us-japan-quake-idUSTRE72A0SS20110311 (3) "Meanwhile, an administrator at the Tohoku Electric Power Co’s Onagawa facility said the process for the cooling reactor is "not going as planned," adding that "nuclear emergency situation" has been declared. " http://today.msnbc.msn.com/id/42025882/ns/world_news-asiapacific/ (4) http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=sinformer&sousmenu=themas&soussousmenu=seismes2&page=2 (5) http://vorort.bund.net/suedlicher-oberrhein/risque-sismique.html (6) Séisme atomique au Japon. Le nucléaire civil ébranlé dans le monde. http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=sinformer&sousmenu=themas&soussousmenu=seismes2&page=japon

 

 



================================================

 

Japon : évacuation autour de centrales nucléaires


Fukushima Daïchi  L'agence de presse Kyodo a annoncé que les autorités ont commencé à évacuer environ 20.000 personnes des environs de la centrale de Fukushima-Daini. Le Premier ministre Naoto Kan, qui a survolé la zone en hélicoptère, a ordonné une évacuation dans un rayon de 10 km de l'autre centrale proche Fukushima-Daiichi (photo).

Ces deux centrales sont situées sur la côte Pacifique du Japon et ont été impactées par le séisme et surtout par le tsunami qui a suivi. Informations en continue ici sur le site de Libération sur cette catastrophe. {Ajout à 9h55 : une information d'une télévision japonaise confirmée par la préfecture locale indique qu'un toit d'un des bâtiments réacteurs de Daïchi serait détruit par une explosion. Mais, il n'est pas possible d'évaluer sur cette seule base le niveau de risque, car dans ces centrales, le bâtiment réacteur contient la véritable enceinte de confinement en béton très solide qui entoure le réacteur. C'est cette enceinte de confinement qui constitue la véritable barrière entre l'environnement et la radioactivité, et pour l'instant on ne dispose pas d'information sur ce point.}

{Ajout à 10h30 : des informations contradictoires sont données sur l'état du réacteur. L'autorité de sûreté japonaise estime que certaines parties du coeur, hors d'eau, pourraient avoir commencé à fondre, la TEPCO affirme le contraire.}

D'après l'exploitant, la TEPCO, tous ses réacteurs en fonctionnement lors du séisme ont été arrêtés par les systèmes automatiques lors du séisme. Comme les 11 réacteurs de la région en fonctionnement.  Mais, après cet arrêt, il faut continuer à refroidir le coeur du réacteur. Si ce refroidissement n'est pas assuré durant plusieurs heures, les structures du coeur peuvent commencer à fondre, comme ce fut le Irsn_three-mile-island_coupe-de-la-cuve cas dans la centrale américaine de Three Miles Island en 1979.(graphique de droite montrant l'état du réacteur de TMI après l'accident).

Un tel accident détruit irrémédiablement le réacteur, mais ne donne pas lieu à une explosion nucléaire, comme celle qui a détruit l'un des réacteurs de la centrale de Tchernobyl (Ukraine) en 1986. Il ne s'agit pas non plus d'une "fusion nucléaire" comme l'écrivent certains journaux et sites web, ce terme désigne la fusion de noyaux d'atomes (l'inverse de la fission), comme au coeur du Soleil ou dans une bombe nucléaire à hydrogène, qui se transforment en atomes plus lourds, une réaction nucléaire qui provoque une énorme émission d'énergie.

En revanche, un accident de ce type peut provoquer le relâchement de vapeur d'eau contaminée, soit dans les manoeuvres tentées pour contrôler le niveau de pression dans les circuits de circulation et le bâtiment réacteur, soit sous la forme de fuite incontrôlée. Lors de l'accident de Three Miles Island, la radioactivité est restée confinée à l'intérieur du bâtiment réacteur, et seules des faibles rejets dans l’environnement ont été causés par le maintien en service d’un système de pompage des effluents du circuit primaire. Il n'y a pas eu de danger radiologique pour la population.

Les dernières informations données par la TEPCO sur la situation des réacteurs de Daini montrent une insertion correcte des barres de contrôle, une alimentation électrique en provenance du réseau, et un apport d'eau au circuit primaire. Mais le niveau de pression encore trop élevé conduit la TEPCO a annoncer qu'elle a relâché de la vapeur d'eau contaminée dans l'environnement. Mais en quantité faible puisqu'elle annonce des mesures de radioactivité ambiante normales.

Pour la centrale de Daïchi, les dernières informations de la TEPCO ne font pas mention de la situation de l'alimentation électrique alors que des informations antérieures faisaient état de la mise hors servide des générateurs diésel par le tsunami mais l'AIEA a indiqué hier soir que des générateurs de secours mobiles étaient arrivés sur le site. Le communiqué indique qu'il y a eu un relâchement de vapeur d'eau contaminée, avec des niveaux radiologiques "supérieurs à la normale" enregistrés par les balises de surveillance. Toutefois, il n'y a pas d'indication précise de ces niveaux. La population est en cours d'évacuation sur un rayon de 10 kilomètres (la centrale, comme celle de Daini, est au bord de la mer).

 



Par Sylvestre Huet, le 12 mars 2011
Source : Libération, sciences2

 

Publié dans actualités

Commenter cet article

Mitsuko 13/03/2011 06:25



Bonjour Dan,


Il fallait bien que ça arrive un jour ou l'autre et voilà c'est fait ... ça fait peur, enfin ça me fait peur ... Les japanais ont donné rapidement l'information au monde entier et c'est
vraiment honnête de leur part ...


En espérant maintenant que ça ne fera pas trop de dégâts mais que le pire reste à venir car nous ne saurons pas grand chose avant au moins 10 ans ...


Bon dimanche à toi, Dan. A bientôt. Bises.


Mitsuko



dan29000 13/03/2011 09:47



Il semble ce matin que la fusion est commencée sur un des deux réacteurs endommagés. Dans tous les cas de figure, cela confirme par les faits ce que nous disons depuis plusieurs décennies sur le
nécessaire abandon de cette filière couteuse, dangereuse, dont en plus on ne sait que faire des déchets pour des milliers d'années !!! Tchernobyl et ses milliers de morts n'ont visiblement pas
suffi...Bon dimanche à toi...