Japon : Greenpeace fait le point sur l'urgence nucléaire de Fukushima

Publié le par dan29000

 

 

arton42Tremblement de terre au Japon : Greenpeace fait le point sur la situation nucléaire


Paris, le 12 mars 2011 à 05h50 – La catastrophe naturelle qui a frappé le Japon hier, a causé la défaillance de plusieurs réacteurs nucléaires de deux centrales situées dans la région de Fukushima, à environ 250 km au nord de Tokyo.


L’incident principal


Le refroidissement d’au moins un des réacteurs de Fukushima Daiichi n’a pas été assuré pendant plusieurs heures.


Quel est le risque ?
Le cœur du réacteur peut entrer en fusion. Si tel était le cas, cela signifie que la température à l’intérieur du réacteur est si élevée que la réaction nucléaire est incontrôlable. On ne peut pas prévoir quelles seront les conséquences.


Est-ce que cela s’est déjà produit ?


Il y a eu deux précédents de fusion : en 1979 à Three Miles Island (Etats-Unis) et en 1986 à Tchernobyl (Ukraine).
Aux Etats-Unis, la fusion du cœur du réacteur a entrainé la fonte des matériaux métalliques se trouvant autour. Par chance, cela a permis de contenir en partie la radioactivité, des gaz radioactifs ont tout de même été rejetés dans l’environnement. En Ukraine, l’accident a déclenché une explosion dû à la présence d’hydrogène. Cette explosion a été suivie de la contamination que l’on connait.

Que font les autorités japonaises ?


Comme à Three Miles Island, pour tenter de faire baisser la pression à l’intérieur du réacteur des vannes d’évacuation ont d’or et déjà été ouvertes. Du gaz radioactif s’est donc déjà répandu dans l’atmosphère.


Comment les populations sont-elles protégées ?


Un périmètre de sécurité de 10 kilomètres est mis en place autour de la centrale. Il n’y a plus de moyens de communications et les populations sont alertées via du porte à porte.


D’autres réacteurs en péril


Selon les informations publiées par le fournisseur d’électricité japonais Tokyo Electric Power Company (propriétaire des centrales), plusieurs réacteurs connaissent d’inquiétantes hausses de températures et de pressions. Un réacteur de la centrale de Fukushima Daini (qui se trouve à 12 km de la centrale de Fukushima Daiichi) est plus particulièrement touché par de graves problèmes de refroidissement.

« Ces données font craindre un autre accident. Nous serions là dans une situation totalement inédite avec plusieurs réacteurs touchés dans une même région. Nous ne pouvons absolument pas savoir quelles seraient les conséquences », conclut Sophia Majnoni d’Intignano.

 

 

Publié dans environnement

Commenter cet article

Mitsuko 13/03/2011 06:36



Nous ne sommes pas au bout de nos surprises ... L'avantage que ce soit au Japon est qu'ils sont vraissemblablement honnêtes et diffusent les communiqués au fur et à mesure ... mais il
n'empêche que la radioactivité est dans l'atmosphère et que cela va encore être une source de maladie et certainement de morts à plus ou moins long terme ... et ça c'est insupportable
...


Bon dimanche à toi, Dan. Bises.


Mitsuko



dan29000 13/03/2011 09:44



on ne peut douter de l'honneteté des japonais, mais un peu quand meme du gouvernement et de l'autorité de sureté nucléaire, comme d'hab, à Tchernobyl cela ne fut les Russes qui truquèrent les
infos durant des années, mais le gouvernement et les autorités de sureté, idem pour la France où le service concerné tenta de nous faire croire que le nuage radioactif s'était arrêté à nos
frontières ! derrière tout cela les énormes enjeux financiers de la filière nucléaire...Hélas encore soutenu par toute la droite et une partie de la gauche (PCF, et parfois PS, sans oublier la
CGT défendant les emplois dans la filière) ...