Jean Genet (1910-1986), écrivain-résistant, les hommages se multiplient

Publié le par dan29000

 

 

 

 

genet.jpg

 

Né le 19 décembre 1910, Jean Genet aurait cent ans cette année. Asocial mythique, il fut solitaire même dans la mort qui l’emporta le 15 avril 1986. Endeuillé par le suicide de son dernier compagnon Abdallah, il passa la dernière année de sa vie à corriger les épreuves du Captif amoureux qu'il devait livrer à Gallimard. Il est enterré dans le vieux cimetière espagnol de la ville marocaine de Larache.

 

Près de 25 ans plus tard, le ministère de la culture a souhaité inscrire cet anniversaire Genet parmi les célébrations nationales. Un hommage accompagné d’un flot de publications, de colloques et de nombreuses représentations. Un «tourniquet» de festivités aurait peut-être dit Sartre, lequel a beaucoup œuvré pour bâtir la légende Genet…
Les éditions Gallimard lui consacrent de nombreuses et précieuses éditions ou rééditions :



• Le Funambule, texte poétique, rendant hommage à Abdallah reparaît le 7 octobre pour la première fois en un volume seul, dans la collection «L’Arbalète» dans laquelle ses premières œuvres furent publiées.

• Les Lettres à Ibis, inédite correspondance de Genet avant ses premières publications, seront disponibles début novembre dans la même collection.

• Aux Cahiers de la NRF paraîtra, le 7 octobre, une biographie de l’écrivain sous le titre Jean Genet matricule 192.102 (Les années 1940-1944), par Pascal Fouché et Albert Dichy dont le travail renseignera, de manière inédite, notamment sur les engagements militaires de Genet ainsi que sur son enfance d'orphelin.

• Le sait-on ? Genet fut ami avec Tahar Ben Jelloun. L’écrivain marocain qui le fait fictivement rencontrer l’auteur d’En attendant Godot, pour un hommage en théâtre avec Beckett et Genet, un thé à Tanger (dont le texte paraît chez Gallimard), livre aussi un récit revenant sur ses engagements politiques : Jean Genet, menteur sublime (le 7 octobre également).

• Le Saint Genet comédien et martyr de Sartre, paru pour la première fois en 1952, reparaîtra dans la collection «Tel» ainsi que Querelle de Brest à «L’Imaginaire» , accompagné du DVD du film que le texte a inspiré à Fassbinder, présenté à la Mostra de Venise peu de temps après la mort du réalisateur allemand en 1982.

• Le catalogue de la collection Folio se complètera des textes de Splendid’s, suivi de Elle (en librairie depuis le 16 septembre) ainsi que de L’Ennemi déclaré, que l’on attend pour le 21 octobre.

D’autres éditeurs célèbrent également la mémoire de l’écrivain :

• le Diable Vauvert lui consacre un volume dans sa collection «À 20 ans» sous la plume du directeur de collection Louis-Paul Astraud.

• L’essai Le dernier Genet d’Hadrien Laroche est réédité chez Flammarion dans la collection «Champs» le 27 octobre.

• Domodossola, Le suicide de Jean Genet, de Gilles Sebhan, qui revient sur la tentative de suicide de l'écrivain en 1967, paraîtra chez Denoël le 28 octobre.

• Jean Genet, une passion méditerranéenne de Caroline Daviron paraît le 21 octobre aux éditions Encre d'Orient.

Un documentaire inédit sur Arte
Jean Genet, Le Contre-Exemplaire
un film de Gilles Blanchard
Lundi 13 décembre 2010 à 00h05

Mais que serait un centenaire Genet sans une grande fête sur les planches ?

• Le théâtre Mouffetard reprend l’abyme du Balcon du 9 au 25 septembre.

• Le théâtre de l’Odéon lui rendra hommage en lectures et représentations du 22 au 28 novembre.

Plusieurs colloques reviendront sur l’œuvre et la vie de l’écrivain, notamment dans le Morvan, région qui l’a vu naître :

• «Jean Genet et les arts» les 3 et 4 novembre à l’ENS rue d’Ulm et à l’Institut du Monde arabe.

• «Jean Genet politique, une éthique de l’imposture», les 23 et 24 novembre, et «Jean Genet, la censure dans le travail littéraire», le 25 novembre au théâtre de l’Odéon.

• «Lire Jean Genet, devoir entendre les voies de l’abjection. Délinquance et homoérotisme», les 2, 3 et 4 décembre à Saint-Brisson (58230).

• «L’héritage de Genet», les 9 et 11 décembre à l’Université de Pau.

• «Jean Genet und Deutschland», les 10 et 12 décembre à la Freie Universitat.

• «Les guerres de Jean Genet» les 16 et 17 décembre à Paris IV et à l’ENS.

Enfin, de la musique pour compléter la liste :

• Le condamné à mort, long poème de 1942, sort en disque le 2 novembre chez Naïve. Avec les voix de Jeanne Moreau et d’Étienne Daho.

Sans oublier le numéro du mois de décembre du Magazine Littéraire dont le dossier sera consacré à celui qui, dans Pompes funèbres écrivait: «C'est en haussant à hauteur de vertu pour mon propre usage l'envers des vertus communes que j'ai cru pouvoir obtenir une solitude morale où je ne serai pas rejoint».


Source : Le magazine littéraire

Publié dans lectures

Commenter cet article