Journée nationale d'action pour sauvegarder la santé publique, le 2 avril

Publié le par dan29000

 

 

POUR SAUVEGARDER ET PROMOUVOIR LA SANTÉ PUBLIQUE
Pour la sé curité so ciale universele et solidaire
JOURNÉE NATIONALE D’ACTION
LE 2 AVRIL 2011
TOUS ENSEMBLE DANS TOUTES LES RÉGIONS
ACCÈS AUX SOINS PARTOUT,
POUR TOUTES ET TOUS :
c’est un DROIT ! DÉFENDONS-LE !

 

La santé de chacune et chacun passe par un service public de santé et des soins de qualité et de proximité avec des personnels en nombre et formés.


Arrêtons la casse de la santé!
Après des années d’une politique de réduction des moyens et de réformes successives, la mise en place par la loi Hôpital Patient Santé Territoire (loi BACHELOT) des Agences Régionales de Santé (ARS) accélère la privatisation de notre système de santé. Pour le service public cela se traduit par des fermetures de services, fusions d’hôpitaux et réductions de personnels...


Cela aboutit à de véritables déserts médicaux, dans les secteurs urbains comme à la campagne. La permanence des soins est menacée. Pour les malades et leurs proches, les distances augmentent, avec tous les risques et les coûts supplémentaires que cela comporte.
Les directeurs des ARS, nommés par le gouvernement, sont des superpréfets sanitaires régionaux. Ils détiennent tous les pouvoirs pour organiser la santé
dans son ensemble, en appliquant les directives gouvernementales. La représentation des usagere-s, des salarié-e-s, des personnels et des élu-e-s est réduite. Planifiant la désorganisation et la réduction des soins publics, les ARS favorisent le transfert vers le privé lucratif des soins les plus rentables pour le plus grand profit des groupes financiers de la santé et de leurs actionnaires.


Le nombre de centres de santé, de services de PMI diminue, la médecine scolaire est en voie de disparition, la médecine du travail risque d’être totalement sous le contrôle du patronat…
Les maternités de proximité ferment les unes après les autres, et sont remplacées par des usines à bébés.
Pour l’IVG, les objectifs sont aussi de concentrer leur pratique dans quelques centres, et le développement abusif de l’IVG médicamenteuse.
La psychiatrie peu à peu privée de ses moyens de soin devient un instrument de contrôle social s’appuyant sur le tout sécuritaire.
La sécurité sociale financée par les cotisations en fonction des revenus doit permettre à chacun de bénéficier des soins selon ses besoins : c’est un principe
solidaire.


Arrêtons la casse de la sécu!


De nombreuses mesures ont fait reculer ce principe solidaire : forfaits, franchises, dépassements d’honoraires, pénalités, déremboursements... Ce qui reste à la charge des foyers ne cesse d’augmenter.
Tout cela pousse vers l’assurance privée individuelle celles et ceux qui en ont encore les moyens et c’est par millions aujourd’hui que des gens diffèrent ou renoncent aux soins.
Le gouvernement veut privatiser la protection sociale en favorisant la création d’un marché pour les assurances privées. Chaque annonce d’exonération de cotisation pour une entreprise ou un emploi, met à mal le financement solidaire de la sécurité sociale.
Le projet sur la dépendance prévoit l’obligation de souscrire une assurance individuelle privée dès l’âge de cinquante ans ce qui remet en cause le principe
fondamental de solidarité.


Action Consommation, ACT UP, AIDES, AMI, ANCIC, ANECR, ANESF, ANSFT, APF, Appel des Appels, ATTAC, ,CADAC, CASSF, CIANE,
Coordination des Élèves Infirmiers, CNAFAL, CNCF, Collectif des Déchaînée, Collectif Hypertension, CNDF,CNCDHMP, CNCDPSP, CNSF, Collège des sages femmes, Collectif des 39, Convergence services publics, EGSP, Ensemble pour une Santé Solidaire, Femmes Égalité, Femmes libres radio libertaire, Femmes Solidaires, LSPM, Le Planning Familial, LDH, Mais c’est un Homme, Manifeste des Médecins Solidaires, MIFT,MFSO, Ni Pauvre Ni Soumis, Résistance sociale, SF Formation, ONSSF, UFAL, UNGMS, UNRPA UNSSF, AMUF, confédération CGT, CGT Santé Action Sociale,
CGT FNPOS, CFTC, CPH, FSU, SMG, SNASS-CGT, SNPHAR-E, SNPST, SUD Santé Sociaux, SUD Union Fédérale Protection Sociale, UCMSF,
UFMICT-CGT, USP, Solidaires, EELV, FASE, GU, JRG, Les Alternatifs, M’PEP, MRC, NPA, PCF, PRG, PCOF, PG, Parti Occitan, PS, République et Socialisme, UDB, Et 97 comités, collectifs et syndicats locaux ou d’entreprise.


Notre santé en danger


Usager es, pro fesionel le S de la santé , élu Es,
il est temps de réagir ensemble !

===========================================

 

 samedi 2 avril 2011 à 14h30

    

Lieu :Place de la Bastille

Place de la Bastille
Métro Bastille

carte

6 parties : 1 2 3 4 5 6

Rassemblement-manifestation "Notre santé en danger"

à partir de 14h30, Place de la Bastille

Rendez-vous particuliers:

  • 13h - Départ commun depuis le 20e : place Gambetta (voir ci-dessous)
  • 14h - Départ commun depuis le 11e : place Voltaire / Mairie (voir ci-dessous)

Notre santé en danger :

le 2 avril 2011, tous dans l'action !

Rassemblement-manifestation à partir de 14H30, Place de la Bastille

Avec la mise en oeuvre par le gouvernement de la loi HPST-Bachelot-Sarkozy, c'est tout notre service public de santé qui se détériore, tant pour ceux qui en ont besoin que pour ceux qui y travaillent.

Un an après l'installation des Agences Régionales de Santé et de leurs directeurs, véritables préfets sanitaires qui ont des pouvoirs exorbitants, les annonces de fermetures, fusions, restructurations d'hôpitaux, de maternités et d'établissements médico-sociaux se multiplient dans toutes les régions.

La mise place de partenariats public/ privé transfère au secteur commercial toutes les activités rentables et aggrave les déficits de l'hôpital public. Pour les personnels, les conséquences sont désastreuses : suppressions d'emplois, mutations autoritaires, précarité accrue.

Il faut toujours faire plus avec moins ;

  • les plannings de travail sont de moins en moins respectés,
  • les horaires chamboulés,
  • les rappels à domicile monnaie courante,
  • les mobilités imposées.

La notion de production de soins impose des conditions qui font perdre le sens du travail, en particulier pour les soignants.

Les directions remettent en cause les accords RTT, imposent des organisations de travail plus " performantes " à flux tendu où les remplacements d'absences ne sont plus assurés,l'auto-remplacement devenant la règle.

Tous les établissements sont touchés, CHU, CHS, hôpitaux généraux ou locaux, maternités, centres de lutte contre le cancer, EHPAD et maisons de retraites, mais aussi les établissements médico-sociaux .

Les Agences Régionales de Santé imposent à tous des plans d'économie drastiques.

L'offre de soins se réduit car chaque restructuration est l'occasion de supprimer des lits, des activités. Cet hiver les urgences ont été souvent débordées car elles deviennent le seul recours d'accès aux soins de la population.

Les statuts et conventions collectives sont menacés : Dans le public, l'emploi statutaire se réduit et l'utilisation abusive de contractuels se multiplie en lieu et place de personnels titulaires.

Les infirmières subissent un odieux chantage : la perte de la catégorie active contre une revalorisation salariale très en-deça de celle espérée.

Dans le secteur privé, les organisations patronales remettent en cause les conventions collectives, réduisant les déroulements de carrières, les congés, et introduisent des individualisations de salaires.

Personnels, usagers & élus… il est temps de réagir ensemble !

  • Pour stopper cette spirale infernale de dégradation des conditions de travail et d'emplois dans les établissements sanitaires et médico-sociaux qu'ils soient publics ou privés,
  • pour défendre, promouvoir et construire démocratiquement un système de santé public, solidaire, pour toutes et tous, 24H sur 24, sur tout le territoire.

Face à la gravité de la situation, pour la première fois, plusieurs dizaines d'organisations syndicales, associatives, politiques, collectifs de défense se sont rassemblées pour lancer un appel à la population et aux professionnels pour se mobiliser contre la politique sanitaire du gouvernement mise en place par le biais des agences régionales de santé (ARS).

Elles appellent dés maintenant à :

une journée nationale d'action unitaire touchant toutes les régions le samedi 2 avril 2011 pour le droit à la santé en direction des Agences Régionales de Santé.

Usagers, salariés tous unis !

Cette initiative est le résultat d'un long travail en commun de toutes celles et ceux qui considèrent que la défense de la santé n'est pas le seul apanage des professionnels du soin mais qu'au contraire cette question concerne toute la population.

La loi Bachelot destructrice de notre système de santé !

Public, privé, les luttes se multiplient dans la santé et le social pour les salaires, les conditions de travail, contre les restructurations, les regroupements, les fusions, les fermetures de service, pour la défense des conventions collectives et du statut, contre l'existence des ordres professionnels !

Il est temps de regrouper les luttes éparses, d'agir tous ensemble plutôt que chacun dans son coin, d'agir unis plutôt que divisé, SUD le propose à toutes et tous, ce n'est que du bon sens. LE 2 AVRIL 2011 en est l'occasion pour démarrer une campagne nationale de défense et de reconquête de nos droits.

En Ile de France

Samedi 2 avril 2011
Rassemblement-manifestation
à partir de 14H30
Place de la Bastille Paris 12ème

Source : http://www.demosphere.eu/node/22566
Source : http://solidairesparis.org/spip.php?article34...

Source : http://www.convergence-sp.org/spip.php?articl...
Source : message reçu le 21 mars 00h


1 2 3 4 5 6

Défendons l'hôpital public !

Tract de l'URIF-CGT

En Île-de-France, tous les Hôpitaux Publics ou Privés Associatifs, les Structures médico-sociales et sociales sont au cœur de la tourmente. Menaces et injonctions de restructurations, de disparitions d'activités médicales, voire de fermetures se multiplient toujours accompagnées de diminution d'emplois et de moyens financiers.
Aucun des huit départements de l'Ile de France n'échappe aux attaques incessantes et aux injonctions de fermetures de l'Agence Régionale de Santé.

Claude Evin, directeur de l'ARS, applique avec zèle la loi Hôpital Patient Santé Territoire voulue par le gouvernement. Il organise la casse des hôpitaux publics et de toutes les structures qui répondent aux missions de service public.
Créée en Avril 2010 l'Agence Régionale de Santé travaille à plein régime. Les décisions arbitraires fusent de toutes parts obéissant à une seule logique celle de la rentabilité finacière par la maîtrise médicalisée des dépenses de Santé :

  • Fermetures de blocs opératoires la nuit et les week-ends dans les hôpitaux des 8 départements avec ouverture d'un seul hôpital 24h/24h par département.
  • Fermetures de Services de Radiothérapie, de service de Chirurgie Cardiaque, de service d'Urgence Chirurgicale, de Maternités, d'Hospitalisation de longs séjour, de service de Gériatrie...

Elles sont annoncées au détour d'une Conférence de Territoire ou de communiqués de presse.

L'Assistance Publique/Hôpitaux de Paris véritable rempart contre les affairistes de la Santé est une des cibles privilégiée de l'ARS et du gouvernement. Sous prétexte de modernisation le patrimoine est bradé et livré au x groupes privés, c'est le cas de Clemenceau (91), Albert Chenevier (94), Hôtel Dieu (75) ou Saint Vincent de Paul (75).
Des réseaux entiers de soins sont remis en cause, des territoires entiers sont délaissés, la permanence des soins n'est plus assurée et les malades sont livrés pieds et poings liés au secteur privé lucratif.

C'est chaque semaine de nouvelles attaques et une véritable hémorragie de l'offre de soins publique : C'est le démantèlement de structures d'accueil pour personnes âgées (hôpitaux de longs et moyens séjours) au profit du Privé ou le coût d'hébergement est de 2500 à 4000 euros par mois, ce sont les restructurations et fermetures des hôpitaux psychiatriques, des structures d'accueil spécialisées dans le handicap et la prévention.
Au même moment, 25% des franciliens déclarent en 2010 avoir renoncé à des soins pour des raisons financières et le nombre de jeunes en situation précaire, de familles monoparentales ou de personnes âgées vivant en dessous du seuil de pauvreté explose.

Quand les riches actionnaires se partagent les dividendes des grandes entreprises du CAC 40, 280 milliards de profit en 2010, le MEDEF voudrait nous faire croire que dans notre pays, les entreprises sont étranglées financièrement par les « charges » sociales (30 milliards d'exonérations) et que le déficit de la sécu (10 milliards en 2010) est abyssal.
L'argent existe et d'autres choix sont possibles pour prendre en compte les besoins de santé de la population sur l'ensemble du territoire. Il faut un financement de la sécurité sociale et de l'assurance maladie à la hauteur de cet enjeu !

Exigeons le droit aux soins pour toutes et tous
Samedi 2 avril 14h30
Rassemblement Régional
Place de la Bastille à Paris
Journée d'action nationale unitaire

document au format PDF:



En Île-de-France, les actions se multiplient, les salariés des hôpitaux se mobilisent.

Le matin : dans chaque département des initiatives auront lieu devant les hôpitaux.

Les usagers, la population, les associations et des élus s'engagent avec les personnels dans l'action, ensemble ils agissent contre le démantèlement de l'hôpital public, contre les décisions de l'ARS et obtiennent de premiers succès.

93

Les Lilas : Maternité et Centre d'IVG menacés
Montreuil : Centres de santé menacés
Bondy : hôpital Jean Verdier chirurgie adulte et cancérologie fermés.
Initiative le 1er Avril à 12H00 Devant l'Agence Régionale de Santé, Immeuble Le Millénaire Aubervilliers

75

Saint-Antoine : maternité et Centre d'IVG menacés
Trousseau : pédiatrie spécialisée menacée
Saint Vincent de Paul : fermeture
Hôtel Dieu : menacé
Centres de santé du Chemin vert et des Ternes : menacés
Fusion annoncée des hôpitaux psychiatriques.

77

Melun : partenariat public-privé imposé par l'ARS.
Lagny : menace sur la radiothérapie.
Meaux : partenariat public-privé envisagé.

78

Mantes : cardiologie interventionnelle fermée.
Sartrouville : fermeture du centre de santé.
Poissy Saint Germain : hôpital, maternité et CIVG menacés.
Hôpital gérontologique et médicosocial Plaisir Grignon : 70 postes supprimés.

91

Hôpital Georges Clémenceau : Fermeture annoncée.
Juvisy : fermeture maternité, CIVG et chirurgie
Sud Francilien : partenariat public-privé = un hôpital à 1 milliard d'euro
Hôpitaux Dourdan-Etampes : fusion.
Orsay-longjumeau : fusion.
Arpajon : Fermeture.
Joffre-Dupuytren : 240 lits menacés.

92

Beaujon : fermeture des urgences la nuit, hôpital menacé.
Ambroise Paré : fermeture de la chirurgie.
Clamart Béclère : pneumologie, médecine interne et cardiologie menacées.
Hôpital Max Fourestier : menacé de fusion avec Louis Mourier.

94

Henri Mondor : Chirurgie cardiaque menacée
Hôpital A. Chennevier : menacé
Charles Foix : 40% des lits en cours de fermeture.
Jean Rostand : hôpital, maternité et CIVG fermés.
Emile Roux : menacé
Hôpital Sainte-Camille : fermeture de la néonatologie et chirurgie menacée, au profit de l'hôpital privé de Marne la Vallée.

95

Argenteuil : radiothérapie et rythmologie cardiaque menacées.
Beaumont sur Oise : fermeture du bloc opératoire de 18h00 à 8h00.
Gonesse : menaces sur la Coronarographie.

Source : http://cgteduc93.free.fr/?Samedi-2-avril-2011...


1 2 3 4 5 6

Journée nationale de mobilisation pour

Sauvegarder et promouvoir la santé publique

La santé de chacune et chacun passe par un service public de santé et des soins de qualité et de proximité avec des personnels en nombre et formés.

Arrêtons la casse de la santé !

Après des années d'une politique de réduction des moyens et de réformes successives, la mise en place par la loi Hôpital Patient Santé Territoire (loi BACHELOT) des Agences Régionales de Santé (ARS) accélère la privatisation de notre système de santé. Pour le service public cela se traduit par des fermetures de services, fusions d'hôpitaux et réductions de personnels...

Cela aboutit à de véritables déserts médicaux, dans les secteurs urbains comme à la campagne. La permanence des soins est menacée. Pour les malades et leurs proches, les distances augmentent, avec tous les risques et les coûts supplémentaires que cela comporte.

Les directeurs des ARS, nommés par le gouvernement, sont des superpréfets sanitaires régionaux. Ils détiennent tous les pouvoirs pour organiser la santé dans son ensemble, en appliquant les directives gouvernementales. La représentation des usagere- s, des salarié-e-s, des personnels et des élu-e-s est réduite. Planifiant la désorganisation et la réduction des soins publics, les ARS favorisent le transfert vers le privé lucratif des soins les plus rentables pour le plus grand profit des groupes financiers de la santé et de leurs actionnaires.

Le nombre de centres de santé, de services de PMI diminue, la médecine scolaire est en voie de disparition, la médecine du travail risque d'être totalement sous le contrôle du patronat…

Les maternités de proximité ferment les unes après les autres, et sont remplacées par des usines à bébés.

Pour l'IVG, les objectifs sont aussi de concentrer leur pratique dans quelques centres, et le développement abusif de l'IVG médicamenteuse.

La psychiatrie peu à peu privée de ses moyens de soin devient un instrument de contrôle social s'appuyant sur le tout sécuritaire.

La sécurité sociale financée par les cotisations en fonction des revenus doit permettre à chacun de bénéficier des soins selon ses besoins : c'est un principe solidaire.

Arrêtons la casse de la sécu !

De nombreuses mesures ont fait reculer ce principe solidaire : forfaits, franchises, dépassements d'honoraires, pénalités, déremboursements... Ce qui reste à la charge des foyers ne cesse d'augmenter.

Tout cela pousse vers l'assurance privée individuelle celles et ceux qui en ont encore les moyens et c'est par millions aujourd'hui que des gens diffèrent ou renoncent aux soins.

Le gouvernement veut privatiser la protection sociale en favorisant la création d'un marché pour les assurances privées. Chaque annonce d'exonération de cotisation pour une entreprise ou un emploi, met à mal le financement solidaire de la sécurité sociale.

Le projet sur la dépendance prévoit l'obligation de souscrire une assurance individuelle privée dès l'âge de cinquante ans ce qui remet en cause le principe fondamental de solidarité.

  • Pour sauvegarder et promouvoir la santé publique
  • Pour la sécurité sociale universelle et solidaire

Journée nationale d'action le 2 avril 2011

Tous ensemble dans toutes les régions

Accès aux soins partout,
Pour toutes et tous :
C'est un droit ! défendons-le !

Action Consommation, ANCIC, ANECR, Appel des Appels, ATTAC, CADAC, CNAFAL, Collectif contre les franchises, CNDF, Coordination des Hôpitaux et maternités de proximité, Convergence services publics, Coordination des Élèves Infirmiers, Femmes Égalité, EGSP, Ensemble pour une Santé Solidaire, La Santé n'est pas une marchandise, Le Planning Familial, Mais c'est un Homme, Manifeste des Médecins Solidaires, UFAL, UNRPAAMUF, confédération CGT, CGT Santé Action Sociale, FSU, SMG, SNASS-CGT, SNPST, SUD Santé Sociaux, SUD Union Fédérale Protection Sociale, UCMSF, USP, Solidaires, -EELV, FASE, GU, Les Alternatifs, M'PEP, NPA, PC, PCOF, PG, PS, Résistance sociale, République et Socialisme, - et plus d'une centaine de comités, collectifs et syndicats locaux ou d'entreprise.

document au format PDF:

Source : message reçu le 23 février 14h
Source : http://www.solidaires.org/article35275.html


1 2 3 4 5 6

Manifestation du 20ème et du 11ème dans le cadre du

rassemblement pour la défense de la Santé

Manifestation du 20ème et du 11ème dans le cadre du rassemblement pour la défense de la Santé

Les Collectifs Unitaires Paris 11ème et 20ème* vous invitent à vous rendre au rassemblement sur la défense de la Santé qui aura lieu le samedi 2 avril 2011 à 14H30 à l'appel de la Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité (plus de 60 associations nationales, syndicats, et partis politiques et plus de 92 comités locaux et régionaux).

Pour plus d'information : http://www.coordination-nationale.org/

Les habitants du 20ème partiront de la place Gambetta à 13 heures

et retrouveront les habitants du 11ème devant leur mairie d'arrondissement, place Voltaire

pour rejoindre ensemble le rassemblement.

C'est par la mobilisation que le 20ème vient de connaître deux superbes victoires pour la défense de la Santé autour de l'hôpital Tenon avec la réouverture du centre IVG et l'embauche d'une soixantaine d'infirmier(e)s et une trentaine d'aides soignant(e)s.

Source : message reçu le 28 mars 22h


1 2 3 4 5 6

Notre santé en danger

le 2 avril 2011, tous dans l'action !

La mise en œuvre par le gouvernement de la loi HPST-Bachelot-Sarkozy frappe de plein fouet nos hôpitaux, nos maternités, nos centres d'IVG... C'est tout notre service public de santé qui se détériore, tant pour celles et ceux qui en ont besoin que pour celles et ceux qui y travaillent.

Les franchises médicales, les déremboursements, les dépassements d'honoraires, les restructurations hospitalières, les privatisations, le démantèlement de la sécurité sociale, la réforme de la dépendance, la mise à mal de la psychiatrie publique… remettent en cause l'accès aux soins pour des millions de nos concitoyens.

Usagers, personnels & élus… il est temps de réagir ensemble !

Les organisations associatives, syndicales et politiques représentant usagers, personnels et élus, réunies le 22 janvier 2011 à Paris

Action Consommation, Act-Up Sud-Ouest, ANCIC -Association Nationale des Centres d'Interruption de grossesse et de Contraception, ANECR -Association Nationale des Elus Communistes et Républicains, ATTAC -Association pour la Taxation des Transactions Financières et pour l'Action Citoyenne, CADAC - Coordination des Associations pour le Droit à la Contraception et à l'Avortement, Collectif national contre les franchises, pour l'accès aux soins partout et pour tous et pour une sécurité sociale solidaire, Collectif COSS 33 -Coordination Santé Solidarité Gironde, Collectif « 20è/Tenon pour la réouverture du CIVG », Comité Albi, Comité Brive, Comité Creil, Comité de vigilance pour le maintien des services publics (Haute-Saône 70), Comité Ivry, Comité Lagny, Comité Paris Bellan, Comité Paris-Bluets, Comité 65 - Hautes-Pyrénées, Comité Thouars, Comité Toulouse, Convergence nationale des collectifs pour la défense et la promotion des Services Publics, Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité, Coordination des Élèves Infirmiers, EELV-Europe Écologie Les Verts Commission Santé, Femmes Égalité, FSU -Fédération Syndicale Unitaire, EGSP-États Généraux du Service Public, Ensemble pour une santé solidaire, FASE -Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique, La santé n'est pas une marchandise, Les Alternatifs, Mais c'est un Homme, Manifeste des Médecins Solidaires, NPA -Nouveau Parti Anticapitaliste, PC -Parti Communiste - commission Santé, PCOF-Parti Communiste des ouvriers de France, PG -Parti de Gauche, PS -Parti Socialiste - commission Santé, Résistance sociale, République et Socialisme, Santé Droit pour Tous- Bordeaux, SMG -Syndicat de la Médecine Générale, SUD Santé Sociaux, SUD Santé AP-HP, UCMSF -Union Confédérale des Médecins Salariés de France, UFAL -Union des Familles Laïques , UNRPA -Union Nationale des Retraités et Personnes Agées, USP- Union Syndicale de la Psychiatrie, Union Syndicale Solidaires

Et celles et ceux apportant leur soutien à l'initiative

AMUF-Association des médecins Urgentistes de France, Comité Aubagne, Comité Aubenas, Comité Briançon, Comité Carhaix, Comité Clamecy, Comité Cognac, Comité Douarnenez, Comité Gap, Comité GERS, Comité Haute Garonne, Comité Pontoise-Argenteuil-Bezons, Comité Luçon, Comité Manosque, Comité Mantes Cœur Hôpital, Comité Millau, Comité Montaigu, Comité Montluçon, Comité Niort - GARD-HP, Comité Valréas, Comité Vouziers, CNDF-Comité National pour les Droits des Femmes, GU- Gauche Unitaire, SNPST -Syndicat National des Professionnels de Santé au Travail,

& David Béliard-Alix Béranger auteurs «Pas coupables d'être malades», Jacques Cotta auteur de «Qui veut la peau des services publics», Jean Michel Drevon (FSU et EGSP), Alain Fauconnier (PS -Maire de ST AFFRIQUE et Sénateur de l'Aveyron), Jacqueline Fraysse (députée de Nanterre-Suresnes), Jean-Luc Gibelin (PC), Elizabeth Labaye (FSU), Jean-Claude Laumonier (NPA), Frédéric Pain (AMUF et PS), Christian Paul (PS - député), Marisol Touraine (PS- députée), Michel Vergnier (Député-Maire de Guéret), Jean-Michel Villaumé (PS-député Haute Saône)…,

se mobilisent pour défendre, promouvoir et construire démocratiquement un système de santé public, solidaire, pour toutes et tous, partout sur le territoire.

appellent la population et les professionnels à se mobiliser contre la politique gouvernementale mise en place par les agences régionales de santé

(ARS).

Appellent dés maintenant à

une journée nationale d'action unitaire touchant toutes les régions

le samedi 2 avril 2011 en direction des ARS (Agences Régionales de Santé).

document au format PDF:

Source : message reçu le 23 février 14h
Source : http://www.ldh-paris-14-6.org/spip.php?articl...
Source : message reçu le 31 janvier 14h


1 2 3 4 5 6

Manifestation du 20ème et du 11ème dans le cadre du

rassemblement pour la défense de la Santé

Manifestation du 20ème et du 11ème dans le cadre du rassemblement pour la défense de la Santé

Les Collectifs Unitaires Paris 11ème et 20ème* vous invitent à vous rendre au rassemblement sur la défense de la Santé qui aura lieu le samedi 2 avril 2011 à 14H30 à l'appel de la Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité (plus de 60 associations nationales, syndicats, et partis politiques et plus de 92 comités locaux et régionaux).

Pour plus d'information : http://www.coordination-nationale.org/

Les habitants du 20ème partiront de la place Gambetta à 13 heures

et retrouveront les habitants du 11ème devant leur mairie d'arrondissement, place Voltaire

pour rejoindre ensemble le rassemblement.

C'est par la mobilisation que le 20ème vient de connaître deux superbes victoires pour la défense de la Santé autour de l'hôpital Tenon avec la réouverture du centre IVG et l'embauche d'une soixantaine d'infirmier(e)s et une trentaine d'aides soignant(e)s.

Source : Demosphère

 

 

 

Publié dans actualités

Commenter cet article