Jurançon (62) : Quand la Croix-Rouge veut expulser le squat du "Nid béarnais"

Publié le par dan29000

Vol au dessus d’un "Nid béarnais"(Jurançon 64)
de : chapi

 

 

mardi 22 janvier 2013

 

 

 

 

Salut !

Peut-être que certains d’entre vous ont déjà entendu parler de notre aventure. Celle d’un ancien hôpital appartenant à la Croix-Rouge française, le Nid Béarnais, dans les coteaux de Jurançon, au pied des pyrénées, tout près de Pau. Une aventure humaine où des gens d’horizons différents apprennent à vivre ensemble au quotidien dans un esprit d’entraide et de tolérance. Une aventure qui, basée sur ces mêmes valeurs, prend peu à peu un essor positif dans la vie de tous ces gens qui se retrouvent autour d’un projet commun : celui de faire bouger les choses à notre échelle.

En effet, en plus d’être le lieu de vie de plus d’une douzaine de personnes et un hébergement d’urgence pour beaucoup d’autres, l’ancien Nid Béarnais est aussi un formidable endroit où nous laissons libre cours à notre créativité et à nos multiples envies. Plusieurs spectacles, concerts, projections, repas collectifs et autres rassemblements ont déjà eu lieu ici. Améliorer notre présent un peu plus chaque jour, c’est vers celà que nous tendons.

Certains dirigeants de la Croix-Rouge ne le voient manifestement pas de cet oeil, puisqu’ils nous ont rapidement assigné au tribunal, qui a tout aussi rapidement ordonné notre expulsion IMMEDIATE + 1000euros de dommage et intêrets, et ce en plein hiver. Au nom de l’Entraide ? de l’Amitié ? de l’Egalité des chances ? Ou bien encore d’un autre des principes fondateurs de la Croix-Rouge française, qui décidément n’a plus d’humanitaire que le nom ?

Que dire ? Que faire ? A part demander le soutien de tous les gens qui sont scandalisés par cette décision des huiles de la Croix-Rouge, qui visiblement ont perdu tout contact avec le terrain. Il est de notre devoir de faire connaître la situation, est de souligner cette incohérence et ce décalage qu’il existe entre le discours (HUMANITE) et les actes (EXPULSION) d’une organisation aussi réputée et respectée que la Croix-Rouge française.

Nous ne pouvons rester les bras croisés à attendre l’arrivée des forces de l’ordre qui viendront nous expulser, alors que la veille même du jour du où le tribunal a prononcé son verdict -le mardi 15 janvier-, la Croix-rouge organisait non pas une mais dix soirées de gala "pour un grand moment de solidarité" !!! En clair, pendant que d’un côté ça se casse le ventre autour d’un repas à 100euros concocté par des grands chefs tout en discutant de la misère qui rend riche, et bien on fout 20 personnes et un collectif d’interventions culturelles à la rue de l’autre ! Sans même chercher à nous rencontrer ! Il faut bien financer le régime d’Adrianna Karembeuh, qui ne doit pas faire ses courses qu’à l’épicerie sociale si on en croît le budget de la Croix Rouge française !


Contactez-nous, Réagissons pour que les dirigeants de la Croix-Rouge se reprennent et ne transforment pas une association humanitaire en une entreprise comme les autres, tout juste bonne à compter ses billets sur le dos des pauvres. Dialoguer, ne pas sombrer dans l’oubli, se rencontrer, se découvrir, s’aider, s’apprendre, s’entraider, se regarder, réfléchir ensemble, s’organiser... C’est tout ça, et certainement plus encore si on nous en laisse le temps, que nous voulons développer à travers l’expérience du squat du nid béarnais !

 

Pour vous faire une idée : nidbiarnes.unblog.fr

 

SOURCE / BC

 

 

 

Publié dans actualités

Commenter cet article