Koch industries : qui financent les climatosceptiques ?

Publié le par dan29000

KOCH INDUSTRIES
Ou les rouages occultes de la machine climatosceptique
Résumé exécutif Mars 2010
______________________________________________________
La plupart d’entre nous n’ont certainement jamais entendu parler de Koch Industries.
Pourtant, cette compagnie est l’une des plus grandes multinationales privées
américaines, avec des filiales opérant dans plus de 60 pays. Mais elle ne vend aucun
produit en nom propre, n’est pas cotée en bourse et ne répond pas aux mêmes
obligations de publication que les entreprises cotées. Bien que Koch Industries
s’efforce de rester discrète, elle joue un rôle primordial dans le débat politique très
médiatisé sur les changements climatiques qui agite actuellement les États-Unis.
Koch Industries est devenue la véritable cheville ouvrière du déni climatique et de
l’opposition aux énergies vertes. Elle s’est notamment associée au groupe ExxonMobil,
à l’American Petroleum Institute (organisme représentant les compagnies pétrolières
américaines) ainsi qu’à d’autres bailleurs de fonds pour soutenir des organismes
« écrans » qui, outre-Atlantique, s’opposent à l’adoption d’une politique progressiste
sur les énergies vertes et les changements climatiques. Entre 2005 et 2009, les fonds
attribués par Koch à ces groupes qui huilent la « machine à nier le dérèglement
climatique » ont même dépassé ceux versés par ExxonMobil : 9,1 millions de dollars
pour Exxon, contre 24,9 millions de dollars pour les fondations subventionnées par
Koch.
Qui est Koch Industries ?
Koch Industries, dont le siège social est situé au Kansas, est un vaste conglomérat
d’entreprises opérant principalement dans le secteur de la pétrochimie. Avec des
revenus annuels estimés à 100 milliards de dollars, Koch Industries est présente dans
près de 60 pays et emploie 70 000 salariés environ. La plupart des activités de cette
multinationale sont méconnues du grand public, à l’exception de quelques produits tels
que les cotons DemakUP® ou encore le papier-toilette Lotus®, appartenant à sa filiale
Georgia-Pacific Corporation. Ces dernières années, Koch Industries a occupé les deux
premières places du classement Forbes des plus grosses sociétés non cotées. Elle se
positionne actuellement en deuxième place, derrière Cargill.
Les deux frères Charles et David Koch détiennent chacun 42 % des parts de la
société. Une partie des revenus de la multinationale est reversée dans trois fondations
américaines, également contrôlées par les frères Koch. Une partie des revenus de la
multinationale est reversée dans trois fondations américaines, également contrôlées
par les frères Koch.
Le réseau dense et bien structuré de Koch Industries se compose de lobbyistes,
d’anciens dirigeants d’entreprises et d’organismes divers. Son but : développer un
véritable flux de désinformation destiné à être répandu par les diverses entités
financées par Koch. Cette campagne de propagande est donc ensuite reprise,
reformulée et diffusée à travers la toile de groupes politiques et de think tanks
subventionnés par Koch. À plusieurs reprises – sur lesquelles le rapport de
Greenpeace revient en détail – les organisations financées par les fondations de Koch
ont été les premières à donner l’assaut contre la science du climat, les climatologues,
les emplois verts et les énergies renouvelables, et s’efforcent de freiner les progrès de la
législation sur le climat aux États-Unis.
Le rapport de Greenpeace plonge dans l’univers de Koch Industries, de ses filiales ainsi que
des fondations sous contrôle de la compagnie ou de la famille Koch qui financent des
organismes diffusant des informations inexactes et mensongères sur la science du climat et
les politiques de développement des énergies renouvelables. Les recherches menées par
Greenpeace portent notamment sur les frères Koch, personnalités qui figurent sur la liste les
dix plus grosses fortunes américaines et contrôlent les dépenses du groupe dans le domaine
politique. Le rapport se penche également sur les liens financiers entre les fondations du
groupe Koch et de nombreuses organisations et « sociétés-écrans » conservatrices et
libérales. Les activités financées par les groupes contrôlés par Koch sont passées au crible,
ainsi que l’impact du combat mené par la multinationale pour nier le dérèglement climatique
et saper la politique environnementale aux États-Unis. L’étude de Greenpeace comporte en
outre des études de cas sur les affaires suivantes :
• Le scandale du « Climat gate » : au moins 20 organismes financés par le groupe Koch
se sont fait les porte-paroles du « Climat gate », scandale déclenché par le piratage et la
diffusion d’une partie de la correspondance des climatologues de l’université britannique
d’East Anglia, en novembre 2009. Ces organismes ont affirmé que les mails dérobés
révélaient une véritable « conspiration » des climatologues, remettant en question le
consensus scientifique sur le dérèglement climatique.
• Article pseudo-scientifique sur l’ours polaire : l’auteur de l’article a reconnu avoir
bénéficié du soutien financier d’Exxon Mobil, de l’American Petroleum Institute et de la
fondation de Charles G. Koch. Cet article, publié dans le Journal of Ecological
Complexity et censé examiner les impacts du dérèglement climatique sur l’Arctique et les
ours polaires, était présenté comme un « point de vue », et non comme une nouvelle
recherche scientifique. En effet, il n’avait été soumis à aucune évaluation par les pairs.
Des glaciologues et des spécialistes de l’ours polaire ont critiqué cette publication qui,
selon eux, ne contient « aucune donnée scientifique nouvelle » et tire des « conclusions
sans fondement ». Toutefois, de nombreux groupes financés par Koch et Exxon ont
rediffusé en boucle les conclusions de l’article à travers leurs sites internet et d’autres
supports média, soutenant que les ours polaires ne sont pas menacés par les
changements climatiques. D’autres organismes financés par Koch ont annoncé qu’ils
poursuivraient en justice le gouvernement américain s’il décidait de protéger l’ours
polaire en le classant dans la liste des espèces en voie de disparition.
Pendant des années, ouvertement ou de façon dissimulée, le groupe ExxonMobil s’est fait
l’ambassadeur des climato-sceptiques au sein du débat sur les changements climatiques
outre-Atlantique. Toutefois, après avoir publié des informations erronées, jeté le discrédit sur
les climatologues et fait pression sur les actionnaires, les sénateurs et les organisations
scientifiques pendant plus de dix ans, le nouveau PDG d’ExxonMobil a décidé de mettre en
oeuvre une nouvelle stratégie de relations publiques et de modérer les déclarations du
groupe sur le dérèglement du climat : « Nous avons cessé de financer plusieurs groupes de
recherche dont la position vis-à-vis des changements climatiques contribue à détourner
l’attention d’un débat important : comment le monde parviendra-t-il à garantir
l’approvisionnement énergétique nécessaire à sa croissance, tout en adoptant une
démarche responsable du point de vue environnemental1 ? »
En dépit de cette déclaration, ExxonMobil continue de soutenir des dizaines d’organismes
évoluant dans la sphère du déni climatique, à coup de millions de dollars de subventions
annuelles2. Toutefois, au cours des dernières années, le groupe a appris à ménager l’opinion
publique et a diminué, quoique modérément, le montant des contributions qu’il verse à un
certain nombre d’organisations « sceptiques » de premier plan. Ainsi, bien que Koch
Industries continue de jouer profil bas vis-à-vis du grand public, les subventions qu’elle
accorde à ces organismes dépassent désormais celles d’Exxon.
D’après le rapport de Greenpeace, entre 2005 et 2008, Koch Industries a accordé des
subventions à pas moins de 40 organismes alimentant le climato-scepticisme, dont :
• plus de cinq millions de dollars à la fondation Americans for Prosperity (AFP) pour sa
campagne « Hot Air Tour », au cours de laquelle une montgolfière a sillonné tous les
États-Unis, avec pour objectif de répandre des informations erronées sur la science
climatique et s’opposer à l’adoption d’une législation qui instaurerait un système de
plafonnement et d’échange des émissions et favoriserait les énergies vertes ;
• plus d’un million de dollars à la Heritage Foundation, pilier de la désinformation sur les
problématiques climatiques et environnementales ;
• plus d’un million de dollars au Cato Institute, fondation libérale qui remet en question les
preuves scientifiques du dérèglement climatique et conteste l’opportunité de mesures
visant à remédier aux changements climatiques ; cet institut a également participé à la
montée en épingle de l’affaire du « Climate gate » ;
• 800 000 dollars au Manhattan Institute. Ces deux dernières années, ce laboratoire du
néo-conservatisme a invité à plusieurs reprises Bjorn Lomborg à s’exprimer lors
d’événements organisés par l’institut. Ce climato-sceptique s’oppose à la prise de
mesures politiques pour lutter contre le dérèglement climatique.
• 365 000 dollars à la Foundation for Research on Economics and the Environment
(FREE), qui prône la passivité face au dérèglement du climat, puisqu’il s’agit d’un
phénomène « inévitable » et que toute initiative s’avérerait « extrêmement coûteuse ».
• 360 000 dollars au Pacific Research Institute for Public Policy (PRIPP), groupe de
réflexion qui a soutenu et financé le film « An Inconvenient Truth…or Convenient
Fiction3 » (Une vérité qui dérange… Ou une fiction qui accommode), en réponse au
documentaire du vice-président Al Gore. Le PRIPP a également menacé de poursuivre
en justice le gouvernement américain s’il décidait d’inclure l’ours polaire à la liste des
espèces en voie de disparition.
• 325 000 dollars à la Tax Foundation, qui a publié une étude comportant des données
mensongères sur les coûts de la législation climatique actuellement étudiée par le
Congrès américain.
Et cette liste n’est pas exhaustive. Les subventions directement accordées aux diverses
organisations ne sont pas publiées, que ce soit par les membres de la famille Koch ou par
les dirigeants des sociétés du groupe.
En revanche, les contributions versées par le biais du Comité d’action poiltique (PAC) de
Kochsont obligatoirement rendues publiques. Depuis le début du cycle électoral américain
en 2006, les fonds attribués par la PAC de Koch aux candidats à la présidentielle dépassent
ceux de toutes les autres compagnies pétrolières4. Au cours de cette période, Koch
Industries et ses dirigeants ont ainsi versé 2,51 millions de dollars aux candidats, contre
1,71 million pour Exxon, 1,68 million pour Valero et 1,22 million pour Chevron.
Les dirigeants de Koch et leurs familles ont également d’autres cordes à leur arc pour
influencer la vie politique américaine, notamment en pratiquant un lobbying directement à
l’échelon fédéral et en subventionnant certaines campagnes. Au cours des dernières
années, le groupe, ses employés et les membres de la famille Koch ont ainsi « investi » :
• 37,9 millions de dollars, entre 2006 et 2009, dans le lobbying direct sur des questions
énergétiques et pétrolières ; dans ce domaine, le groupe est surclassé uniquement par
ExxonMobil (87,8 millions de dollars) et Chevron (50 millions de dollars) ;
• 5,74 millions à travers son PAC en faveur des candidats, des comités et des dépenses
liées à la campagne électorale, depuis le début du cycle électoral en 2006 ;
• 270 800 dollars en faveur des différents comités du parti politique républicain depuis le
début du cycle électoral américain, en 2006.
Les frères Koch, magnats du pétrole et du gaz, ont en effet tout intérêt à empêcher
l’adoption d’une législation favorisant les énergies renouvelables, et au contraire à
pérenniser la dépendance de nos économies envers les combustibles fossiles...
1 Site Internet d’ExxonMobil, Energy & Environment: Our Views on Climate.
http://www.exxonmobil.com/Corporate/energy_climate_views.aspx
2 Site Internet ExxonSecrets : www.exxonsecrets.org
3 An Inconvenient Truth… or Convenient Fiction? http://www.aconvenientfiction.com/
4 Principales contributions des compagnies pétrolières et gazières en faveur des candidats et des partis
politiques : http://www.opensecrets.org/pacs/industry.php?txt=E01&cycle=2010

 

Source : Greenpeace 

 

Publié dans environnement

Commenter cet article

guy walter 09/05/2010 14:14



les convictions et le militantisme passionné n'ont jamais eu raison des analyses honnêtes et patientes et du calme de la réflexion pour déterminer des avancées vers une forme de vérité
scientifique.Un professeur des écoles qui existe à travers sa passion de l'endoctrinement ne me semble pas faire le poids face à un Allègre peut-être aussi passionné, mais sûrement plus compétent
et surtout capable de pondérer ses affirmations au tamis de la pratique des ordres de grandeur et des tolérances de mesure que ses adversaires ne connaissent même pas. Quant aux financements, qui
donc finance Greenpeace? Tiens donc...qu'on arrête svp d'enfumer le citoyen avec des arguments spécieux qui ne servent qu'à attiser une haine d'un capitalisme dont les tenants souhaitent le
dialogue constructif pour un avenir construit ensemble, ce dont ne veulent absolument pas ceux qui ont besoin d'agiter un épouvantail comme les pb de climat pour asseoir leur soif de pouvoir.
Mais il se trouve qu'une majorité d'hommes et de femmes raisonnables font confiance à des gens moins prétentieux, qui ne pensent pas que "Mère Nature" soit très influençable (ni en bien ni en
mal) par l'Homme, et que si une conduite écologique est recommandable, c'est plus par solidarité et devoir moral que par conviction politique. Alors merci de rester honnête et d'appeler un chat
un chat: votre "combat" politique n'est absolument pas désintéressé. Pour ma part,je le considère comme intellectuellement malhonnête. 



dan29000 09/05/2010 15:12



c'est quoi être honnête intellectuellement ?


A notre connaissance Greenpeace est financé par ses adhérents, sans avoir recours aux diverses malversations, genre RPR, voir les procés Pasqua...


Quant à attiser la haine du capitalisme, nul besoin le capitalisme prédateur se détruit bien tout seul des subprimes à Goldman Sachs, la seule vraie inconnue, c'est, sera-t-il enfin détruit avant
qu'il ne détruise la planète, mais bien entendu c'est une problèmatique que vous devez avoir du mal à comprendre.


Venez lire un peu ce site, votre compréhension du monde capitaliste s'en trouvera sans nul doute améliorer...