L'agroterrorisme dans nos assiettes, de Michel Tarrier, chez LME

Publié le par dan29000

 

 

Agroterrorisme2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il existe en France plus de deux millions de végétariens, et le mouvement semble se fortifier d'années en années. Il est vrai que les bonnes raisons sont multiples face à ce que l'industrie agro-alimentaire déverse dans nos assiettes. Si le constat est déjà bien connu, il n'est pas inutile de le détailler un peu.


 

Ce livre en forme de pamphlet nous y aide bien. Michel Tarrier, naturaliste-écologue, est l'auteur de plusieurs essais, de "Dictature verte" à "Les orphelins de Gaïa". Il dresse dans ce nouvel essai un portrait assez apocalyptique de la situation agricole dans notre hexagone. Une terrible mise en accusation du monde paysan, avec, il faut le dire, des arguments qui font souvent mouche. En effet sur bien des plans, notre alimentation depuis déjà pas mal d'années, est catastrophique. L'auteur est manifestement bien informé et les exemples illustrant son propos, sont avérés. Les firmes transnationales de la chimie règnent en maître dans nos assiettes et cela est plus qu'insupportable.

 

Hélas dès les premières pages, son propos est freiné par le choix du pamphlet, choix littéraire restrictif s'il en est. Ses dénonciations, que nous ne pouvons que partager, se heurtent aux affirmations à l'emporte-pièce telle que celle-ci :

 

"Les agriculteurs souffrent de la propension à être des bioagresseurs nés."

 

Sans le moindre besoin d'OGM, l'agriculteur aurait donc une sorte de gène le prédisposant à ce statut de bioagresseur ! Truffant ses propos de maintes et maintes citations, afin de montrer qu'il n'est pas seul sur sa ligne, dite radicale, Tarrier nous rappelle, à juste titre, qu'en Bretagne il y a trois cochons pour un seul Breton, que les antibiotiques, si pour les hommes, ce n'est pas automatique, pour les animaux destinés à notre alimentation, cela le demeure. Ajoutons à cela les OGM, les pesticides, les "conditions de vie", si on peut encore employer ce terme, dans les abattoirs. Là encore, la comparaison avec les camps de la mort nazis trouble un peu le lecteur...


Pas vraiment la peine d'asséner pour faire comprendre...


Utile aussi le rappel des ravages de la prolifération des algues vertes en Bretagne, des tempêtes de poussière des grandes plaines céréalières surexploitées aux USA, des malformations et cancers qui se multiplient un peu partout...On ne manquera pas aussi de l'approuver sur l'impuissance de l'ONU, sur la dénonciation du chantage, famine ou agrochimie, sur l'hécatombe des abeilles. Vous l'avez compris, il a raison de nous avertir sur la logique mortifère actuelle de l'agriculture.


Mais une fois le constat établi, le pamphlet pêche par une absence politique. Car le problème est bien politique. Et il sera, en partie, résolu, si les populations interviennent en masse, faisant pression sur les politiques, et donc sur les partis et syndicats agricoles.


Alors quand dans un article en date du 30 juillet sur Agora vox, l'auteur termine son propos par un consternant :


"FNSEA ou Confédération paysanne, dans le même sac"


On ne peut alors que penser que son constat pourtant juste demeurera au stade du coup de gueule, posture certes salutaire, mais assez vaine.

 

Un tel sujet politique sensible mérite mieux qu'un "Tous pourris" dénué de sens... Surtout pour ceux qui connaissent les pratiques de la FNSEA et celles diamétralement opposées de la Confédération paysanne.


 

 

Dan29000

 

 

 

 

L'agroterrorisme dans nos assiettes

Michel Tarrier

Collection : connaissance de causes

LME, La maison d'éditions

 

Voir le site de l'éditeur, ICI

 

Et pour lire quelques pages, LA

Publié dans lectures

Commenter cet article