L'autoproduction accompagnée, un levier de changement, un essai signé Cérézuelle et Roustang

Publié le par dan29000

 

autoproduction.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis plusieurs années, la crise frappe. Elle frappe d'autant plus les personnes défavorisées car la faiblesse extrême des minima sociaux ne permet qu'une difficile survie au jour le jour. Dans ce pays riche qu'est la France, les pauvres se dénombrent par millions, qu'ils soient chômeurs ou travailleurs.


 

Alors des pratiques, plus ou moins nouvelles, se développent, l'autoproduction en est une. Il s'agit de mettre en œuvre pour soi-même des pratiques dans notre vie quotidienne, comme créer un potager dans son jardin, ou même sur son balcon.

 

Mais qu'est-ce que l'autoproduction accompagnée ?

 

Face à la montée de la pauvreté et de l'exclusion, l'autoproduction accompagnée est d'abord un outil ayant fait ses preuves, mais qui est sous-utilisé, nous expliquent les deux auteurs.

Daniel Cérézuelle est philosophe et sociologue, directeur du PADES (Programme autoproduction et développement social). Guy Roustang étant directeur de recherche honoraire au CNRS, cofondateur du PADES.

Les premiers chapitres sont consacrés à l'autoréhabilitation (se reconstruire en améliorant son logement), aux jardins familiaux de développement social ou encore aux ateliers de cuisine afin de faire face à la malnutrition, avec en exemple les cuisines collectives du Québec. On peut aussi ajouter les ateliers mécanique, les ateliers couture ou bricolage (Réseau 32).

Tout  ceci étant dans une logique de travail productif, un vrai travail pour soi, non rémunéré, dans lequel chacun s'engage volontairement, favorisant les échanges et permettant de restaurer un lien social souvent affaibli ou parfois même disparu. Ces pratiques étant accompagnées sur le plan technique et social.

Une des réussites de cet essai est que les auteurs n'ignorent pas les limites de ces pratiques. Deux chapitres passent donc en revue les objections qui peuvent se faire jour (bricolage, dissuader de revenir vers l'emploi, procédures parfois inadaptées ou modèles de consultation participative inadaptés...).

 

Au-delà de ce salutaire coup de projecteur sur cet outil encore assez peu connu et qui pourrait être développé, les auteurs, à juste titre, nous permettent de réfléchir à une autre articulation entre l'économique et le social, une articulation qui nous permettrait d'envisager un changement de nos propres modes de production et aussi de consommation.

 

Dan29000

 

L'autoproduction accompagnée, un levier de changement

Daniel Cérézuelle, Guy Roustang

Collection "Sociologie économique"

Editions érès

2010 / 208 p / 23 euros

 

Pour voir le site de l'éditeur, c'est ICI

 


Publié dans lectures

Commenter cet article