L'égalité c'est la santé, un livre de Richard Wilkinson

Publié le par dan29000

gen-thumbail2Avant la crise actuelle, les inégalités s'accroissaient, aujourd'hui cela se poursuit. Il existe bien entendu de très nombreux livres traitant du sujet sous diverses formes. Pourtant le livre de Wilkinson est particulièrement utile car il traite une des formes de ces inégalités, la santé. Dans nos pays riches du nord, les pauvres  vivent dix ans de moins que les riches. Pire, cet écart ne cesse de croître !

 

L'auteur, célèbre dans le monde anglo-saxon, est un épidémiologiste anglais. Il suit depuis longtemps les études internationales qui prouvent que ces inégalités en matière de santé et de longévité proviennent surtout des inégalités sociales.

 

Par exemple, chômeurs et travailleurs manuels sont en moins bonne santé, parce qu'ils sont en bas de l'échelle sociale. C'est souvent la vie en société qui détermine notre vécu : stress, anxiété ou encore dépression.

 

Ce livre édifiant est préfacé par André Grimaldi, chef de service de diabétologie à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. A juste titre, il contextualise cet essai, rappelant qu'un peu partout l'égalité d'accès aux soins conquise après la seconde guerre mondiale est remise en cause. Progressivement les soins deviennent un marché. On change le vocabulaire. On ne dit plus patient mais client, hôpital public mais établissement de santé, on ne dit plus réduire les gaspillages mais augmenter la productivité. On réduit aussi le financement de la collectivité et donc augmente les restes à charge pour les patients.

 

Et ainsi de suite.

 

Dans un premier temps, Wilkinson brosse un tableau des pays riches et nous rappelle que son livre n'est pas un manuel de vie saine. D'ailleurs il ne servirait à rien vu le nombre impressionnant de titres traitant du sujet dans les librairies. Il s'agit donc, en utilisant les recherches menées en matière de santé, d'examiner les impacts socio-économiques sur les individus et les sociétés.

Ces inégalités sont aussi à l'origine de sociétés hostiles où les liens sociaux se dégradent assez vite générant une perte de confiance en l'autre. Une violence qui peut aller jusqu'à l'homicide. Une cinquante d'études montrent que la violence est plus répandue dans les sociétés avec des écarts de revenus importants.

Tout au long du livre, des schémas très lisibles viennent étayer les affirmations de l'auteur, nous permettant de visualiser plus facilement ses propos. Par exemple celui sur le taux d'homicides dans les 50 Etats américains et les 10 provinces canadiennes, variant de un à dix, en rapport avec les écarts de revenus.

 

Très parlant.

 

Un long chapitre est consacré à l'action de la société sur notre santé. La position sociale, l'importance des liens affectifs et sociaux, le besoin de reconnaissance, tout cela a une répercussion sur notre santé. Tout ceci pouvant d'ailleurs être mesuré et bien entendu influant sur la mortalité.

Les inégalités, si elles catalysent la violence, catalysent aussi le racisme, avec pour illustrer ce constat un très instructif contre-exemple, celui du Kerala, province du sud de l'Inde qui compte 32 millions d'habitants. Ses écarts de revenus sont très limités, réduisant les fortes tensions habituelles entre confessions, castes et ethnies. A quatre reprises des dirigeants communistes furent élus à la fin du siècle dernier, les coopératives sont nombreuses et l'Etat a mis en oeuvre un vaste programme de redistribution des terres aux paysans, subventionne le riz pour les pauvres et garantit un salaire minimum élevé. Résultat, une forte vie associative, une population en bonne santé, un statut des femmes plus favorable et une espérance de vie plus forte.

Enfin dans la dernière partie du livre, l'auteur revient sur le passé de l'humanité, en examinant l'égalité à l'époque des chasseurs-cueilleurs et comment les inégalités sont arrivées avec l'agriculture. Le dernier chapitre étant réservé aux solutions politiques  réalisables, et notamment changer les mentalités et entendre la démocratie aux entreprises.

 

 

A signaler aussi que ce livre est imprimé sur papier ESC pour la protection des forêts d'origine, et Imprim'vert, imprimeur labellisé créé en partenariat avec l'agence de l'eau.

Cela ne change rien au contenu du livre, mais cela nous semble important à savoir car c'est encore hélas une initiative de peu d'éditeurs.

 

Dan29000 

 

L'EGALITE C'EST LA SANTE

Richard Wilkinson

Préface du professeur André Grimaldi

Editions Demopolis 

2010 / 256 p / 21 euros 

 

Publié dans lectures

Commenter cet article