L'entraide, un facteur de l'évolution, de Pierre Kropotkine, chez Ecosociété

Publié le par dan29000

 

 

 

  entraide 2

 

 

 

 

 

 

 

A l'origine ce texte fut publié à Londres en 1902, donc dans la dernière partie de la vie de Pierre Kropotkine (1842-1921) théoricien russe qui était à la recherche des fondements d'une éthique libertaire. Kropotkine fut fonctionnaire, explorateur, géographe, mais aussi militant et journaliste et devint l'un des théoriciens de l'histoire du mouvement ouvrier.

 

 D'abord publié en anglais sous le titre "Mutual aid, a factor of evolution" c'était un ensemble d'articles publiés dans une revue entre 1890 et 1896, avant qu'Hachette ne publie une traduction en français en 1906. Le texte fut ensuite publié de nouveau à la fin des seventies par la maison d'édition L'entraide. Les éditions Ecosociété présente ici la version française originale.

 

 Le schéma proposé par Kropotkine dans son essai est particulièrement clair, divisé en cinq parties distinctes. Dans un premier temps, il s'attache  à nous expliquer la notion d'entraide parmi les animaux. Puis il enchaîne sur les hommes, en l'occurrence l'entraide parmi les sauvages, et les barbares. S'ensuit sans doute le chapitre le plus passionnant sur l'entraide dans les cités libres durant le Moyen-Âge. Enfin, selon une suite chronologique cohérente, il examine cette notion fondamentale à son époque la fin du 19e siècle.

 

 Il faut bien entendu contextualiser ses écrits. A  cette époque, presque tous les scientifiques présentaient la nature et la société comme une jungle où les gladiateurs s'affrontaient sans cesse et où le plus fort, seul, survivait...Chacun agissant en fonction de son propre intérêt, ce qui était censé faire avancer le progrès. Belle justification du capitalisme qui tentait ainsi de se parer d'un aspect scientifique.

 

 On peut d'ailleurs noter depuis quelques années un retour en force de cette doctrine, mit en pratique, par exemple par le MEDEF, faisant l'éloge des "battants", de la compétition, ou de la précarité du travail, quand Parisot nous explique que partout la précarité existe dans le monde, donc le travail précaire est normal.

 On ne peut donc que se féliciter de cette nouvelle publication préfacé par le sociologue Mark Fortier.

 

  Dès le départ Kropotkine dissèque les pratiques d'entraide des animaux comme étant une loi de la nature et facteur de l'évolution progressive, s'appuyant sur des exemples précis, comme les fourmis, les abeilles, les grues, les perroquets. L'entraide est indispensable aux migrations, à la nidification pour les oiseaux, ou pour la chasse chez les loups ou les lions. S'attardant sur la nécessité de l'entraide dans la lutte pour la vie, il développe dans le même temps la notion de sociabilité qui est la règle, et qui se développe d'autant plus chez les vertébrés les plus élevés.

 

 Même si quelques passages peuvent sembler arides par moment, cet essai qui date de plus d'un siècle, garde toute sa modernité. Bien utile à lire ou relire en ce moment de crise du capitalisme.

 

 

 

Dan29000

 

 

L'entraide

Un facteur de l'évolution

Pierre Kropotkine

Préface de Mark Fortier

Collection Retrouvailles

2011 / 400 p / 22 euros

Editions Ecosociété Montréal


 

Voir le site de l'éditeur, ICI

 


 

« Les enseignements de haine réciproque et de lutte sans pitié n'ont pu détruire le sentiment de solidarité humaine, profondément enraciné dans l'intelligence et le cœur de l'homme. »

 

 


Publié dans lectures

Commenter cet article