La mer engloutie, un essai de Taras Grescoe, aux éditions Noir sur blanc

Publié le par dan29000

 

 

 

 

mer-engloutie.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

Après l'échec du sommet de Copenhague et après la souris accouchée le week-end dernier à Cancun, il est intéressant d'approfondir certains sujets spécifiques concernant l'état de notre planète. La mer nous semble un de ces sujets, c'est pourquoi nous avons choisi le livre de Taras Grescoe, l'auteur du "Pique-nique du diable, un tour du monde des fruits défendus", en 2008.

 

 

 

 

 

L'auteur, qui habite Montréal,  écrit très régulièrement dans les plus prestigieux journaux, du New York Times au Guardian,  en passant par le National Geographic.

 

Au-delà de l'alerte écologique qu'est son livre, l'auteur nous permet un long et édifiant voyage dans le monde, plus précisément sur les mers du monde, de port en port. Tous les moyens sont bons, de l'hydravion à la barque, du chalut au navire-usine. Son voyage-enquête fut long mais fructueux. Un an.

Au fil des pages, notre enquêteur international, de New York à Marseille, de Lisbonne à Tokyo, constate comment s'amplifie le pillage, et aussi l'empoisonnement des ressources marines.

il nous permet une belle mise en perspective des méfaits causés par le contenu de nos assiettes, quand nous mangeons des poissons. Nous savions déjà depuis longtemps que nos consommations excessives de viande rouge était un terrible danger pour nos organismes, mais aussi pour la planète. Dans ce livre très documenté, l'auteur, qui paie de sa personne, nous met en garde.

Il se pourrait bien que les poissons de nos assiettes contribuent fortement à la dégradation de la mer, et donc de la planète.

Si ses propos sont souvent inquiétants, son périple, et donc son livre, est une belle suite de rencontres avec des gens très divers, de toutes cultures. Après une longue introduction, le voyage commence par New York et la lotte grillée, se poursuit en Bretagne avec des huîtres, en Angleterre, pays friand, trop friand de "Fish and chips". Puis Marseille et sa fameuse, trop fameuse bouillabaisse, le Portugal et ses sardines, l'Inde et son délicieux Curry de crevettes ou encore la Chine, et la triste soupe aux ailerons de requin.

Sans oublier, bien entendu, le Japon qui est en train d'anéantir, doucement mais surement le thon rouge, avec le sashimi. Le thon c'est bon, mais pas pour le thon.

A chaque page, des informations. Nous apprenons par exemple qu'il existe une Charte de la bouillabaisse, que les modes culinaires internationales ont le terrible pouvoir de stimuler l'exploitation commerciale d'un poisson, jusqu'à son extinction...

Et ainsi de suite.

Non dénué d'humour, Taras Grescoe ne se contente pas de dénoncer. Attitude certes indispensable, mais il propose aussi que nous changions d'attitude, ici et maintenant. Et pour cela, en fin de volume, il regroupe les poissons et fruits de mer en trois catégories, celle dont les produits ne doivent plus être consommés, celle où nous pouvons sans problème continuer, et une intermédiaire, en fonction des cas. Ajoutons aussi des sites internet utiles, les bonnes questions à poser à son poissonnier, si vous en avez un,  et puis aussi, le mercure, les antibiotiques, la surpêche et les espèces menacées.

 

Tout ceci nous donnant un essai particulièrement complet, vivant, attrayant, entre livre d'écologiste, traité de bien vivre et récit de voyage.

Protéger la mer, et se protéger, un bon programme. Un bon repas, de poissons ou  de fruits de mer, chez soi ou au restaurant, mais pas à n'importe quel prix !

 

Dan29000

 

=========================

 

On peut aussi lire (en anglais) le site de l'auteur ICI 

Et si avant de l'acheter, vous avez envie de lire quelques pages, c'est  ICI

 

La mer engloutie

Taras Grescoe

traduit de l'anglais (Canada) par Bruno Boudard

Les éditions Noir sur blanc

2010 / 458 p / 24 euros

www. libella.fr 

 

 

 

Publié dans lectures

Commenter cet article