La mort en ce jardin, un film de Luis Bunuel, en DVD

Publié le par dan29000

bunuel.jpgCe film d'aventures nous transporte en Amérique latine aux côtés de chercheurs de diamants, dans une mine plongée dans une épaisse forêt vierge dangereuse. Une révolte, un des thèmes chers à Bunuel, éclate qui se transforme assez vite en émeute quand la terrible répression de l'armée s'abat sur les insoumis.

Un petit groupe de personnes se trouve mêlé par erreur aux troubles. Un prêtre, une prostituée, un aventurier, un vagabond et un mineur avec sa fille sourde-muette. Ils décident de fuir la répression et vont pénétrer la forêt vierge peut-être aussi dangereuse que les militaires.

 

La distribution du film est magnifique : Signoret, Vanel, Marchal, Piccoli, sans oublier la musique excellente de Paul Misraki...et des dialogues de Queneau ! 

 

Ce film tourné et sorti en France en 1956 a été assez peu vu, d'où l'intérêt de la publication de ce DVD. Il fait partie de la période mexicaine de LUIS BUNUEL.

 

Luis Bunuel est né en Espagne en 1900, puis sera naturalisé Mexicain avant de mourir en 1983. Ses études chez les jésuites et une formation sévère le marquent, lui donnant très jeune une profonde conscience de la mort et de l'érotisme qui imprégnera l'ensemble de son oeuvre qui demeure aujourd'hui une des plus grandes de l'histoire du cinéma. Après avoir soutenu le mouvement dadaïste, rencontré Dali et Lorca, il vient à Paris et travaille avec Jean Epstein (La chute de la maison Usher). Il tourne son premier film, culte, en 1928, "Un chien andalou" écrit avec Dali. En 1930, ce duo réalise l'incroyable "L'âge d'or", film surréaliste unique qui est violemment attaqué par l'extrême-droite. Le film subit une interdiction de projection qui durera...jusqu'en 1980 !

Durant la guerre civile espagnole, il participe à un documentaire pro-républicain "Madrid 36", puis part  aux USA et travaille à dénoncer les dangers de la propagande des films nazis. Pourtant son marxisme et son anticatholicisme passent très mal dans ce pays.

Le cinéaste se retrouve au Mexique où il va tourner plusieurs films dont "La mort en ce jardin"et aussi le surprenant "Nazarin". De retour en Europe, cela sera "Viridiana" (Palme d'or à Cannes en 1961). Il multiplie alors les immenses réussites que furent "L'ange exterminateur" et "Journal d'une femme de chambre" d'après Mirbeau, avec Jeanne Moreau. Souvent en France, il collabore avec le scénariste inspiré qu'est Jean-Claude Carrière. Il donne à cette époque deux des meilleurs films de Deneuve, "Belle de jour" d'après le roman de Kessel et "Tristana. En 1972, il obtient l'Oscar du meilleur film étranger pour "Charme discret de la bourgeoisie".

Bunuel demeure un des plus grands cinéastes de l'histoire du cinéma et la plupart de ces films restent aussi "modernes" que ceux de Chaplin, Welles ou Kazan. Iconoclaste, libertaire, anticonformiste, l'homme fut hors norme, l'oeuvre, elle, est à voir et revoir, dans les cinémathèques ou en DVD depuis que la télévision ne fait plus vraiment son travail sur le cinéma.

 

Dan29000

 

Compléments
Un film américain de Luis Buñuel - Entretien avec Charles Tesson (12 min)

Critique, ancien rédacteur en chef des Cahiers du Cinéma et enseignant à l’université de la Sorbonne nouvelle, Charles Tesson est l’auteur d’un essai sur Luis Buñuel (Cahiers du Cinéma, « Auteurs », 1995) et d’un ouvrage sur le film El de Luis Buñuel (éd. Nathan, « Synopsis », 1996)
Charles Tesson analyse ici les thèmes récurrents de Buñuel, et met en avant le fait que La mort en ce Jardin est le film où il y a le concentré le plus fort de toutes les obsessions bunueliennes. Il compare aussi Buñuel aux grands maîtres du cinéma (Hitchcock, Huston, Fritz Lang…)


À sa main - Entretien avec Philippe Rouyer (22 min)
Philippe Rouyer est critique de cinéma à Positif et à Psychologies.
Philippe Rouyer remet le film dans son contexte, en parlant des relations entre Buñuel et ses acteurs, du livre de José-André Lacour, de l’écriture du scénario… Il livre également des analyses poussées de deux scènes du film.

 

PRESSE /  « C’est du meilleur Buñuel (…). Nous sommes effleurés du souffle de cette tragédie que Buñuel, empressé de prouver, manquait chaque fois au passage. Au plaisir trop facile de prendre le contre-pied de l’auteur, fait place celui, plus noble, d’être touché et d’admirer. » Arts, Eric Rohmer, 26/09/1956


 A noter aussi, chez le même éditeur : UN CHIEN ANDALOU (1929, nb, master restauré, muet)

 

 

La Mort en ce jardin DVD
de Luis Buñuel
avec Simone Signoret, Michel Piccoli, Georges Marchal
1956, 104 min, couleurs
2010 / 15 euros / Sortie le 08 juin

Editions Montparnasse 
 

Publié dans écrans

Commenter cet article