La musique libre...Mais c'est quoi ?

Publié le par dan29000

La musique libre

Partitions

Il y a quelques jours, j’ai reçu un mail. Il émanait d’acteurs associatifs travaillant autour de l’éducation populaire. Ce mail prévenait de bien veiller à déclarer à la SACEM l’usage de la musique pendant toutes les manifestations.

Et l’un des destinataires, un peu excédait répondit fort à propos, mais il y aussi la musique libre !!!

Libriste dans l’âme, je ne peux approuver qu’à 2000%. Mais qu’est ce que la musique libre ? où se la procurer ? Comment les artistes vivent ? Je vais essayer d’y répondre, mais n’étant pas un expert, je vais être très approximatif. Aussi il ne faut pas hésiter à compléter en utilisant les commentaires

Définition de la musique libre

Il y a plusieurs définitions possibles à la musique libre. Si nous appliquons les trois libertés issue des logiciels libres qui sont

  • La liberté d’utiliser le logiciel pour tous les usages
  • La liberté d’étudier et de modifier le code source du logiciel pour l’adapter à ses besoins
  • La liberté de redistribuer un nombre illimité de copies du logiciel, modifié ou pas

À la musique, nous déclinerions ainsi ces trois libertés.

  • La liberté d’utiliser la musique pour tous les usages
  • La liberté d’étudier et de modifier la musique
  • La liberté de redistribuer un nombre illimité de copies la musique, qu’elle soit modifiée ou pas

guitard.jpg

Mais la musique n’est pas un logiciel. La modification de l’œuvre est à aborder avec précaution. Les auteurs donnent de leurs êtres pour créer leurs œuvres. Cette approche donne une relation particulière entre l’œuvre et son (ou ses) auteur(s).

Alors je comprends que la modification de l’œuvre soit difficile à accepter pour les auteurs. De plus, si une musique est modifiée, ce n’est plus la même musique. C’est pourquoi je considère comme musique libre la musique que l’on peut écouter, diffuser, exploiter gratuitement et cela sans restriction que la modification soit permise ou non

Définition de la musique propriétaire

Dans la musique que je qualifie de propriétaire, je mets toutes les musiques dont les conditions d’usage vous interdit de télécharger, de copier, de l’écouter à moins de payer une patente, soit en l’achetant (1€ sur internet , 15€ pour un cd, ou des droits à la SACEM) soit en farcissant des pubs avant ou après la chanson (modèle de la radio ou de la télé)... Et oui ça date du siècle dernier... Jusqu’à maintenant, nous l’acceptions car "Il faut bien que les créateurs vivent... " ouais mais voila ils touchent que dalle les créateurs . (Sur un CD, les artistes touchent au mieux 1€ à 2€ sur 15€.)

Entre le libre et le propriétaire...

Mais il existe un palier intermédiaire entre la musique propriétaire et la musique libre, c’est la musique à usage non commerciale. C’est à dire que les auteurs nous autorisent l’écoute , la diffusion et l’exploitation de la musique à condition qu’il n’y ai pas de rémunération (qu’on ne se fasse pas d’argent avec !!) Hélas beaucoup d’artistes privilégient ce mode de diffusion.

Alors je fais comment pour savoir ?

C’est pourquoi il faut faire attention quand on écoute/utilise la musique. Il faut bien regarder les conditions d’usages. Par défaut, si il n’y a rien d’indiqué, c’est de la musique propriétaire. Et dans ce cas, il n’y a pas de question à se poser, il faut acheter les droits d’usages (si ils sont en vente)... C’est valable aussi bien pour la musique que pour n’importe quelle création (texte, image ou vidéo).

mixage.jpg

Sinon Il faut regarder la licence sous laquelle le(s) auteur(s) l’ont placée. Heureusement, il existe des visuels pour identifier les types de licences. Par exemple, les créatives commons proposent une série de petits logos. Cela évite d’avoir des textes interminables à lire.

Et oui on peut télécharger de la musique légalement !

Il existe des sites spécialisés proposant d’écouter/télécharger de la musique (libre ou d’usage non commercial). Ils travaillent pour la rémunération des auteurs. J’en ai repéré trois, il y en a sûrement d’autres...

  • dogmazic . C’est une association qui gère le site. Je ne l’utilise pas trop car j’ai du mal avec l’ergonomie du site. Mais ils vendent des bornes d’écoute de musique. Cela permet de financer un peu tout ça.
  • Museopen Celui-là, il me plaît. C’est un portail communautaire où l’idée est de lever des dons pour financer un orchestre afin qu’il joue de la musique du domaine publique. L’enregistrement est mis sous licence libre. C’est comme ça que l’on peut écouter/utiliser des morceaux de mozart, chopin ou autre. C’est pas beautiful ça ?
  • jamendo Il est beaucoup plus esthétique que dogmazic. il fournit pas mal de services comme les radio, les playlist, un top 50 etc .... J’aime bien son ergonomie. c’est sur ce site que j’ai découvert quelques artistes comme le groupe FOOL DADAZ FIRE ou le groupe tante adèle . Il est possible d’acheter des kits de chansons libres de droits pour vos manifestations. C’est la partie pro du site.

Et donc ils vivent comment les artistes ?

C’est une bonne question, en fait je ne sais pas. J’imagine qu’il y a les concerts, la vente de cd, les produits dérivés, mais aussi les donations. C’est une vrai difficulté, pour les artistes, de vivre de leurs créations. Qu’ils fassent de la musique libre ou pas ! C’est donc un problème plus global. Le financement de la création n’est pas aujourd’hui résolu. Pour l’instant les politiques s’évertuent à financer les producteurs plutôt que les auteurs. Ce sont les grands groupes comme Universal (et leurs actionnaires) qui récoltent l’argent des pouvoirs publiques.

Pour autant des solutions existent, le mécénat global est une des pistes possibles. Elle est proposée entre autres par Mr Richard Stallman . Il s’agit de prélever un impôt sur les FAI (c’est un exemple) et de le redistribuer aux créateurs en fonction de l’appréciation du publique (un genre de sondage, ou d’Audimat). Mais l’auteur serait rémunéré à la racine cubique. Si il est écouté (téléchargé) 1000 fois plus qu’un autre, il ne gagnerait que 10 fois plus. De plus, les auteurs auraient le choix entre bénéficier de cette rémunération ou rester dans le système actuel. Si il accepte la rémunération alors leurs créations seraient disponibles (sous une licence libre ou à usage non-commercial).

Cette proposition ne se restreint pas à la musique mais peut être étendu à toute la création numérique (photo, vidéo, texte, blog, logiciel... etc). Pour compléter mes propos je vous propose de lire le livre internet et création de Philippe Aigrain ou bien encore de lire la proposition de Richard stallman.

enfant_piano.jpg

Conclusion

Pour revenir au point de départ, oui il existe de la musique libre que nous pouvons utiliser/écouter sans contrainte. Avec celle ci on peut sans risque la diffuser pendant une manifestation, ou l’utiliser lors d’un montage vidéo... etc. Cela offre une souplesse d’usage.

Mais en attendant que le problème de la rémunération de la création soit résolu, il faut jouer le jeu, si vous faites des bénéfices avec, versez une partie de vos bénéfices aux auteurs sous formes de dons. Cela les aidera. . Si vous économisez les frais SACEM, alors reversez une partie de cette économie sous forme de dons aux artistes que vous venez de diffuser. N’oubliez pas de les citer lors de la diffusion car ils ont besoin d’être connu (et souvent la licence d’usage l’oblige). Et enfin si vous devez choisir de faire venir un groupe de musique, choisissez un groupe qui joue de la musique libre plutôt qu’un autre....

Arnaud Yonnet

URL: http://arnaud.yonnet.mdl29.net
Posté le 19 février 2012 par Arnaud Yonnet
©© a-brest, article sous licence creative common info

Publié dans musiques

Commenter cet article