La sérénade d'Ibrahim Santos, un roman de Yamen Manai, éditions Elyzad

Publié le par dan29000

 

 

 

 

 

 

sérénade

 

 

 

 

 

 

 

Depuis quelques mois notre site vous tient au courant de la révolution tunisienne, et va continuer cet automne avec les prochaines élections. Fidèle au projet initial de "Danactu", mettre en relation politique et culture, nous avons récemment entamé un cycle sur les écrivains tunisiens. Cela a commencé fin juillet avec le petit livre dynamique de Lina, la "Tunisian girl", célèbre blogueuse qui participa au processus révolutionnaire. Cela continue aujourd'hui avec un jeune écrivain tunisien qui publie son second livre particulièrement réussi.


 

 

 

 

Yamen Manai est né en Tunisie en 1980, et vit actuellement à Paris où il est ingénieur. Il a déjà publié un premier roman l'an passé, intitulé "La marche de l'incertitude" qui obtint le prix Comar en Tunisie.

 

Au départ, il y a une ville, une ville nommée Santa Clara.

On pourrait par exemple la situer dans les Caraïbes.

Une ville qui a une belle particularité, elle produit le meilleur rhum du pays.

Et dans ce pays, il y a un dictateur.

Bien entendu un écrivain tunisien ne peut que s'y connaître en dictateur après la longue série d'années de corruption de Ben Ali et de la régente de Carthage, que notre auteur nomme dans sa courte préface "Bonnie and Clyde". Ce qui pourrait presque sembler désobligeant pour ce sympathique couple américain qui lui s'attaquait aux banques, pas au peuple.

 

Dans cette bonne petite ville où l'on vit bien et produit donc un rhum exceptionnel, personne n'est au courant de la révolution menée par le dictateur Alvaro Benitez, il y a de cela une vingtaine d'années.

 

Cette entrée en matière donne le ton du roman, et l'envie furieuse de le lire en entier avant la fin de la journée.

 

A Santa Clara où le rhum est si savoureux et où les habitants ignorent la dictature, l'on vit et travaille au rythme des sérénades d'un étrange musicien météorologue, nommé, vous l'avez deviné, Ibrahim Santos.

 

Mais cet étrange et merveilleux rhum ( qui à trois ans d'âge avait un goût d'un rhum de sept ans d'âge) vint au palais (dans les deux sens du terme) du dictateur qui voulut en savoir plus sur cette ville inconnue sur les cartes...

 

Vous l'aurez sans doute compris, nous sommes dans un cadre de conte, un conte comme nous les aimons, un conte dans la tradition du fameux réalisme magique, lorgnant du côté de Garcia-Marquez ou Alvaro Mutis. Ou pour prendre une autre tradition littéraire du conte ironique édifiant, du côté de l'excellent Arto Paasilinna.

 

Hélas nous n'avons pas encore lu le premier roman de Yamen Manai, mais sur la base du deuxième, on peut lui prédire une belle carrière, vu le talent imaginatif offert dans ce texte, et la qualité de l' écriture où les dialogues sont particulièrement réussis. Et souvent les dialogues sont un peu faibles dans les premiers ou seconds romans.

 

Il y a quelque chose de réellement jubilatoire dans l'avancée de cette histoire. Et dans le même temps l'on voit facilement poindre le propos très politique de l'auteur.

 

On peut donc affirmer que ce roman tombe particulièrement bien dans le processus révolutionnaire tunisien. Il nous réjouit donc fortement, sur le plan politique, et bien entendu sur le plan littéraire.

 

Comme le rhum de l'attachante Santa Clara et de ses clairvoyants habitants, "La sérénade d'Ibrahim Santos" est à déguster sans modération.

 

Et quand vous l'aurez acheté et lu, gageons que vous aurez envie de l'offrir à vos amis.


Et ainsi de suite.


Souhaitons surtout que ce roman attachant réussisse à surnager dans le flot des 600 romans publiés en ce moment, en cette rentrée littéraire 2011.

 

Dan2900

 

La sérénade d'Ibrahim Santos

Yamen Manai

Editions Elyzad

Graphisme (très réussi) Héla Chelli

2011 / 274 p / 18,90 euros, 15 DT

Sortie depuis le 22/08 en France, 20/06 en Tunisie

Yamen-Manai_2868.png

 

 

==========================================================

 

Pour découvrir le site de l'éditeur, c'est ICI

 

En complément, un entretien avec l'auteur sur "Arabian people", en faisant abstraction de la notion ridicule "d'écriture française"  affublée à l'auteur par le journaliste poseur de questions.

 

Entretiens :


http://arabianpeople.blogspot.com/2011/04/yamen-manai-litterature-et-sciences.html

Publié dans lectures

Commenter cet article

Piyou 26/04/2012 22:09


oui très joli conte, qui donne envie d'oublier la ville, et de se retirer dans un petit coiin tranquille

dan29000 26/04/2012 22:28



oui, un roman très réussi...



Cartes de visite 29/08/2011 23:46



Merci pour le temps que vous passer sur ce blog et les informations que vous faites figurer. En tout cas c’est un blog utile de plus il est facile à consulter. Bonne continuation pour ce
merveilleux travail.



dan29000 30/08/2011 06:51



Un grand merci pour ces encouragements bien agréables...



Mitsuko 29/08/2011 21:48



J'avoue avoir envie de le lire car tu le racontes tellement bien, je subodore que c'est un très beau livre ...


Je vais prendre le titre et l'acheter car tu m'as mis l'eau à la bouche ...



dan29000 29/08/2011 22:20



oui tu peux y aller en confiance, espérons sur le bouche à oreille, car pas de presse nationale pour le moment hélas...



Keruzien 29/08/2011 21:44



"Fidèle au projet initial de "Danactu", mettre en relation politique et culture"

C'est d'ailleurs un des points forts du site, ce mélange permanent de politique et de culture, film, livre, que ce soit des documentaires, des fictions, des essais ou des romans, la variété des
supports, des styles, mais toujours ce fil conducteur de lutter contre les injustices, de donner la parole à ceux qu'on n'entend pas.

J'ai lu des livres, vu des films que je n'aurai pas connus autrement.

Un grand merci et longue vie à Danactu.



dan29000 29/08/2011 22:19



merci pour tous ces compliments...!!!!