Laval et Caen : solidarité avec les militants antiTHT poursuivis

Publié le par dan29000

22 MARS 2013 : A Laval comme à Caen, tou-te-s solidaires des militants antiTHT poursuivis.

 


 

Cette journée de procès du 22 mars 2013 est symptomatique de l’étendue de la lutte contre la construction de la ligne THT Cotentin-Maine, cette autoroute de l’électricité nécessaire pour éviter les bouchons à la sortie de la production centralisée dans le Nord-Cotentin, existante (centrale de Flamanville) et à venir (EPR, hydroliennes, etc).

 

 

 

 

Du déboulonnage de Saint Martin d’Aubigny (50) par Marais sous Tension, à
4 km du départ de la ligne, à Beaulieu sur Oudon (53) où est arrêté à son
domicile un militant de Mayenne Survolté, 160 kilomètres de lignes THT
séparent et relient tout à la fois les deux affaires en procès ce matin du
22 mars 2013.

Les kilomètres n’arrêteront pas la solidarité !

 

 

DEUX RASSEMBLEMENTS :

-> LAVAL, devant le Tribunal, 13 place Saint Tugal, à 8h30

-> CAEN, devant la cour d’appel, place Gambetta, à 8h.

- Il avait déjà fallu 6 jours pour que les forces du désordre préparent
l’assaut du domicile du dangereux militant de Mayenne Survolté, il aura
fallu près de 6 mois pour que ces mêmes forces versent au dossier la vidéo
qui, soi-disant, incriminerait ledit militant. Sur la commune de Saint
Pierre des Landes, le 4 juillet 2012, celui-ci était venu constater
l’entame frauduleuse d’un chantier de construction de la ligne THT par RTE
et leurs sbires, eux-mêmes protégés par des gendarmes obstruant la voie
publique d’accès au lieu dit où se déroulait le chantier. Une fois les
dégats constatés par un petit groupe de militant-e-s de Mayenne Survolté
et de riverain-e-s, en se rendant à pied sur place, notre ami était revenu
auprès du lieu de blocage gendarmesque déplacer sa voiture, de peur de
récupérer une contravention.
Faute du versement de la vidéo incriminante au dossier, et bien que
poursuivi pour violence avec armes (son véhicule), il n’avait pas pu être
jugé en novembre 2012.
** Ce sera normalement possible ce 22 mars 2013 à LAVAL avec une vidéo
montrant un véhicule faisant une manoeuvre pour se garer.**

- A l’autre bout de la ligne en construction, Marais sous Tension
entreprenait le 18 mars 2012 de déboulonner un pylône en construction afin
de faire respecter un arrêté municipal de la commune de Saint Martin
d’Aubigny auquel contrevenait la construction dudit pylône. Fort de sa
déclaration d’utilité publique, oubliant que celle-ci n’autorise rien
sinon qu’elle permet de demander des dérogations à l’application de lois
de protection de l’environnement, RTE, avec son bras armé préfectoral,
répliquait en faisant arrêter un des 8 déboulonneurs en action ce jour-là.
L’opportunité des poursuites étant ce qu’elle est, il sera prétendu que le
prévenu était le seul des huit à avoir une clé à molette dans les mains.
Il est d’ailleurs bien connu dans le marais cotentin, que les habitant-e-s
du coin boulonnent et déboulonnent de l’écrou de 46mm avec les dents. Jugé
le 19 juin 2013 à Coutances, il avait été condamné à 2 000 € d’amende dont
1 000 avec sursis et à payer 3 300 € de dommages et intérêt à RTE, dont 2
500 pour quelques boulons à revisser : “cela fait cher du boulon !”.
** C’est l’appel de cette condamnation qui sera jugé ce 22 mars 2013 à
CAEN **



antirep-tht@riseup.net
http://antitht.noblogs.org/747
http://antitht.noblogs.org/agenda-anti-tht


Publié dans environnement

Commenter cet article