Le climat change...et la société ? de Florence Rudolf

Publié le par dan29000

11553_190395666454_190380981454_3338664_1082754_n.jpgAprès l'échec du sommet de Copenhague en décembre 2009, la montée irrésistible des écologistes aux dernières élections et l'offensive planétaire des "climato-sceptiques, sans oublier la récente réunion internationale des peuples à Cochabamba, il est indispensable de faire le point sur ce phénomène qui fait couler tant d'encre : le réchauffement climatique.

Beaucoup de livres existent, nous vous avons présenté le mois dernier "Le réchauffement climatique à la portée de tous", aujourd'hui, assez différent, voici :

LE CLIMAT CHANGE...et la société ?

Très rare d'avoir un titre de livre en forme de question !

Avouons-le, la question est particulièremnt judicieuse. Relire nos derniers articles sur la conférence des peuples et les discours de Morales, par exemple. Ce n'est pas vraiment le climat qu'il faudrait changer, mais si l'on veut en finir avec les dégradations climatiques, la société.

Donc ce livre, dès son titre, nous oriente vers une fructeuse interrogation.

Son auteur, Florence Rudolf, est sociologue de l'environnement et du risque, spécialiste des mobilisations écologiques en Allemagne et France. Elle a enseigné à l'Université de Marne-la-vallée et à l'Université de Strasbourg. Aujourd'hui, elle est professeur des universités au département d'architecture de l'INSA à Strasbourg.

 

En quatre chapitres, elle nous fait partager une pensée aussi claire que concise.

 

Le premier est intitulé : Une question sociale, un risque global. Dans le second, elle propose une définition du fameux changement climatique et examine le rôle important de la communauté scientifique. Puis sont examinés les médias, les porte-voix, les relais d'opinion, les contres-pouvoirs, internet, le rapport Stern et l'impact des campagnes de communication.

Enfin, le chapitre le plus long est consacré aux engagements et responsabilités. Les Etats vertueux, les mobilisations nationales ou régionales, les politiques de réduction, les acteurs économiques et bien entendu la dimension éthique du changement climatique.

 

En conclusion du livre, la nécessité de résister à fatalité, échapper à notre sentiment d'impuissance qui parfois nous submerge, et hélas pas seulement sur la question environnementale !

Il est encore plus clair après avoir lu ce livre que la question du climat, comme d'autres d'ailleurs, est aussi une question de justice sociale. Voir le réseau "Climate justice now !".

Un livre abordable par chacun et qui, pour tous, rend un peu plus clair les enjeux futurs de la question climatique.,

En fin de volume, une bibliographie assez utile, et, plus rare, une sitographie sélective, sans doute un des très rares éditeurs  à pratiquer cela en 2009, un signe de dynamisme certain.

 

Ce livre fait partie d'une collection dirigée par Marianne Zuzula, elle est bien nommée :

Engagé-e-s

Dans cette même collection, un livre de Roger Martelli, Communistes, et un d'Irène Pereira intitulé : Anarchistes, dont nous vous parlons ci-dessous...

 

Dan29000

 

Le climat change...et la société ?

Florence Rudolf

La ville brûle, collection Engagé-e-s

126 p / 13 euros / 2009 

 

Le tout est publié par une jeune maison d'éditions "La ville brûle", laissons-les se présenter :

 

Les éditions la ville brûle ont été créées en janvier 2009 par Raphaël Tomas, qui en est le gérant, et Marianne Zuzula (associée et directrice de la collection engagé-e-s).

Cette création répond à un sentiment d'urgence... La ville brûle, c'est incontestable, et cet incendie n'est pas près de s'éteindre. En ces temps incandescents, les citoyens ont besoin d'outils. Le savoir, la curiosité, la compréhension sont des outils. Ils peuvent aussi être des armes.

À travers nos collections, nous souhaitons donner à nos lecteurs l'envie de s'interroger et l'envie de comprendre, l'envie de prendre parti et l'envie de lutter, afin de favoriser l'émergence citoyenne d'un esprit éclairé et critique.

 

=======================================================================

 

Anarchistes

 

 

Dans la même collection donc, Irène Pereira, docteur en sociologie et militante à SUD-Culture Solidaires et à Alternative libertaire, nous propose une sorte de paysage des forces anarchistes qui semblent regagner de la force depuis quelques années.

 

Une sorte de "Tout ce que vous vouliez savoir sur l'anarchie, sans oser le demander".

En une douzaine de courts chapitres, vous aurez la réponse à la question souvent posée, mais qu'est-ce donc que l'anarchie ?. Puis sont examinés, Proudhon,  le communisme libertaire (courant classiste de l'anarchie), l'anarcho-communisme, courant humaniste, l'individualisme, l'éducation libertaire, le mouvement altemondialiste, les organisations, de la CNT dont nous vous parlons ici assez souvent, la FA, AL, l'OCL, No pasaran et les non organisés.

Un chapitre, peut-être le plus intéressant, est consacré aux pratiques actuelles, syndicalisme, mouvements sociaux, squats, internet et luttes internationales ou actions directes.

Enfin l'auteur achève ce tableau aussi rapide que dense, par les penseurs actuels aux USA et en France et le devenir de l'anarchisme aujourd'hui.

En annexes, les symboles de l'anarchisme, (miaou !), une bibliographie, une sitographie (devenu dans ce livre, sites Web !) et de brefs éléments de culture anarchiste, de Dario Fo aux Béruriers noirs en passant par notre ami Ken Loach...

A noter, l'oubli (?) d'un des meilleurs sites : Jura libertaire

Voici leur site :

http://juralibertaire.over-blog.com/ 

 

Signalons enfin la  réussite de la maquette intérieure et des couvertures dues à Jean-Luc Chamroux, sobriété, élégance, et esthétisme à la Godard...

 

Enfin vous pouvez découvrir leur site :

http://www.lavillebrule.com/fr/accueil 

 

Dan29000 

 

Anarchistes

Irène Pereira

La ville brûle, collection Engagé-e-s

143 p / 13 euros / 2009 

Publié dans lectures

Commenter cet article

Mauve Vercellone 02/10/2010 17:35



Grâce à vous, réfléchir, partager, confronter ses idées, re-penser : devient une jubilation, et une prise de tête, salutaire. La condition humaine dans tous ses états est ma question de
toujours. Dans mon petit village breton j'ai grandi dans la foi et la religion catholique. Je me suis élevée contre ses dogmes, ses aberrations et ceux qui pensaient BIEN, dans une solitude
totale. Je pensais trop et n'apprenais pas assez. La violence des hommes m'était insupportable. La soumission des femmes tout autant. Considérée comme arriérée mentale par certains et
cancre pour d'autres, j'ai poussé de travers, au regard des miens(?), alors évidemment la suite n'a pas été simple ; je vous en ferai grâce. En vous entendant sur
France Culture, puis en vous lisant, je me suis sentie transportée. Le traité d'athéologie, (références littéraires et philosophiques en moins), c'était un peu ma pensée portée par un
intellectuel vivant et généreux. Souvent critiquée, voire stigmatisée parce que tellement  enthousiaste à votre endroit, j'ai un peu crains d'avoir cédé à une nouvelle forme de fanatisme.
Alors quand vous vous êtes attaqué à Freud, j'ai cru que j'aurais là l'occasion de montrer ma capacitée à m'opposer et prouver que mon sens critique n'avait pas été ébranlé : j'ai suivi une
analyse plus de 20 ans ; mais là encore vous me sidérez. D'ici le mois de novembre j'aimerais trouver quelque désaccord à l'occasion de votre venue à Torigné Fouillard. C'est pas
gagné. De toute façon de dois vous rencontrer ce jour là : pourvu qu'il reste des places.....Je vous salue bien cordialement et vous prie de croire à mon très sincère respect