Le secret bancaire est mort, vive l'évasion fiscale, de Myret Zaki

Publié le par dan29000

evasion.jpgS'il est un livre vraiment d'actualité en cet été chaud de 2010, c'est ce livre de Myret Zaki aux Editions Favre. Chaque jour nous amène son lot de rebondissements dans l'affaire Bettencourt, devenue l'affaire Woerth-Bettencourt. Au départ une affaire de gros sous entre une fille et sa mère, et un ami photographe...A l'arrivée une affaire qui devient d'Etat, avec un ministre, une femme de ministre, conseillère financière de la plus grosse fortune de France, et un fort soupçon d'évasion fiscale...

 

Et l'évasion fiscale, c'est le sujet de ce livre de Myret Zaki, journaliste pour le magazine économique Bilan et auteur du best-seller "UBS, les dessous d'un scandale". On se souvient  de la remise en cause du sacro-saint secret bancaire de la Suisse l'an passé. La crise financière mondiale issue de la crise des "subprimes" faisait que presque toutes les nations riches souhaitaient mettre un peu d'ordre dans tout cela, Obama le premier.

Il fallait donc tout changer...pour que rien ne change vraiment, une des devises des régimes capitalistes.

Certains parlaient même de s'attaquer aux paradis fiscaux, sans rire !

 

La Suisse était dans le collimateur. Le secret bancaire était mis en question. Alors il fallait bien trouver autre chose. Ceci pour faire bref, bien entendu.

Avec un sens bienvenu de la clarté pour expliquer des méandres peu clairs, l'auteur nous explique avec brio comment il y a maintenant, et déjà avant d'ailleurs, mais maintenant encore plus, mieux que le secret bancaire.

 

En cinq chapitres bien découpés, l'auteur nous donne de bonnes et solides bases pour comprendre comment les plus riches peuvent l'être encore un peu plus. D'abord l'explication de base : l'évasion fiscale est un produit de luxe, car être dispensé d'impôts, cela s'achète, si si... Et en prime, si vous êtes assez riche pour cela, vous aurez droit à la légalité ! Pour expliquer cela il faut revenir sur la petite guerre passée contre la Suisse et contre le vilain secret bancaire, avec ses belles listes noires qui circulaient sous la loi de Washington. Une vraie guerre commerciale, qui comme d'habitude, renforce les plus forts.

On apprend ensuite que cette fameuse évasion fiscale, qui est le sujet de ce livre, n'a pas besoin de secret bancaire. D'où la belle idée de focaliser sur lui et de vouloir l'abolir. Sans doute, ce chapitre deux est le plus éclairant. On se familiarise avec les paradis fiscaux américains, ceux dont on parle assez peu souvent, Delaware, Nevada, Wyoming...Et aussi les comptes bancaires masqués, les cartes de crédits  anonymes, avec numéros de téléphones anonymes, et en prime adresses postales anonymes.

Mais la cerise sur le gâteau de l'évasion fiscale organisée de mains de maîtres, c'est le TRUST, mais qu'est-ce qu'un trust ? Faudra lire la page 132, mais cela est clair, c'est l'arme absolue, un vrai produit de luxe pour milliardaires internationaux, bon c'est certes un peu cher, cela ne s'adresse donc qu'aux fortunes supérieures à un million ! Donc c'est bien tout un marché organisé de l'évitement qui existe. On peut dès lors parler de millefeuilles de secrets dans un océan d'anonymat.

Bref un vrai paradis pour les évadés fiscaux des grandes fortunes.

Pour expliciter un peu mieux tout cela, l'auteur consacre un chapitre à l'affaire Wildenstein, du nom d'un marchand d'art français décédé en octobre 2001, marchand d'art et grand collectionneur de renom, avec un héritage estimé par les professionnels de l'art entre 10 et 20 milliards de dollars. A la mort de leur père, les fils déclarent au fisc que la fraction visible de la fortune : 43 millions d'actifs sur lesquels ils paient des droits de succession tandis qu'ils gardent sous contrôle l'essentiel, invisible. Fin 2006, une estimation d'un commissaire-priseur aboutit à un montant réel de 8,5 milliards d'euros ! Passons sur les histoires de famille qui durent depuis, cela n'est pas sans nous faire songer aux rapports difficiles entre la pauvre madame Bettencourt et sa pauvre fille...

Les gens riches ont bien des soucis...

En conclusion de ce livre fort utile, à donner  à lire à ceux qui pensent encore que les réformes du système financier vont vraiment changer les choses, des milliards de dollars se déterritorialisent pour mieux prospérer dans une zone de non-droit invisible. Les USA et la Grande-Bretagne ont vite récupéré la part de marché perdu par la Suisse dans la gestion discrète des fortunes non déclarées.

 

 

Dan29000

 

Le secret bancaire est mort, vive l'évasion fiscale

Myret Zaki

Editions Favre

2010 / 213 p / 17 euros 

 

Publié dans lectures

Commenter cet article