Législatives Languedoc : le Parti Pirate présente James Climent et Romain Mauger

Publié le par dan29000

Législatives : Le Parti Pirate s’attaque au Languedoc.

Législatives : Le Parti Pirate s’attaque au Languedoc.

Le Parti Pirate est une toute jeune formation politique française née de la révolution numérique et de l’omniprésence d’internet.  Pour les prochaines élections de juin, loin du clivage gauche droite, James Climent dans le Gard et Romain Mauger dans l’Hérault souhaitent commencer à faire connaitre le mouvement ici. En Europe, l’Allemagne et la Suède – grâce à une dose de proportionnelle - ont déjà des élus dans des parlements régionaux. Les pirates du Languedoc savent qu’ils ne seront pas élus, mais ils se préparent à l’abordage.

 

James Climent a un peu moins de 40 ans. Il est connu dans les médias pour ses soucis judiciaires liés au téléchargement illégal, terme qu’il refuse d’ailleurs. Candidat dans le Gard pour la deuxième circonscription qu’il habite, il est attablé à la table d’un bar Nîmois alternatif avec son homologue Montpelliérain, Romain Mauger.
Veste de costume et chemise, le garçon a 23 ans et se présente à la députation de la 2ème circonscription de l’Hérault avec le sourire.
En 2005, la gendarmerie débarque chez James Climent et saisi son disque dur sur lequel sont stockés plus de dix mille titres de musique téléchargée. Attaqué par la SACEM et la SDRM, il est condamné à leur verser 20 000 euros de dommages et intérêts. «  A cette époque-là le parti pirate, né en 2006 en France, m’a beaucoup soutenu.  Pour ces prochaines élections, ils m’ont demandé si je voulais me présenter, j’ai voulu renvoyer l’ascenseur » explique-t-il.
En France actuellement, 50 candidats sont lancés dans la campagne avec trois thèmes majeurs. Le Parti Pirate souhaite instaurer ce qu’il appelle le revenu de vie, ou l’allocation universelle. « Une allocation qui serait attribuée à tous, dès sa naissance et jusqu’à sa mort. Elle serait calculée sur le seuil de pauvreté pour que chacun puisse subvenir à ses besoins » commence le gardois, «  Pour le chiffrer, et bien si on retire l’allocation chômage et qu’on rajoute une taxe Tobin ou Carbone, le compte devrait y être ». Tous les pirates ne sont pas d’accord et l’idée, bien que généreuse, ne semble pas encore aboutie. «  On n’est pas là pour proposer, lancer le débat, on n’a pas dit on vous donne un truc clef en main » conclut Romain Mauger, le Montpelliérain.


Paul Ferrier

 

Source, suite et fin de l'article, mlactu.fr

 

 

 

 

 

Publié dans écrans

Commenter cet article