Législatives : Première passe d'arme réussie pour le Parti Pirate

Publié le par dan29000

pp9Première passe d’arme réussie pour le Parti Pirate

12 juin 2012
By

Ce ne fut pas le raz-de-marée, auquel aucun d’entre nous ne croyait.
Ce ne fut pas la tempête, que certains nous prédisaient.
Ce fut une sacrée étape, le début d’une aventure.

 



Hier, dans une bonne partie des circonscriptions où il s’est présenté, le Parti Pirate a fini premier parmi les partis réputés « petits ». Premier devant Lutte Ouvrière et ses légions de militants. Premier devant le NPA et ses têtes d’affiche. Premier devant les troupes de Nicolas Dupont-Aignan. Premier, parfois, devant le Modem.

À peine une embarcation de moins de 200 personnes en mars dernier, le Parti Pirate a pris la mer avec 101 candidats et autant de suppléants. Près de 400 adhérents l’ont depuis rejoint. Rien que ça, c’est une victoire. Et que dire de l’expérience commune acquise à la vitesse Grand V ? Pour le Parti Pirate, cette campagne a été un propulseur interne inimaginable il y a quelques semaines encore.

Maintenant, si de bois nous avons peut-être la jambe, nous n’avons pas la langue. Le Parti Pirate n’a pas atteint l’objectif dont il a tant rêvé et qui lui aurait ouvert la voie du financement public : faire 1% dans 50 circonscriptions. Pourtant, 24 de ces candidats ont réussi à dépasser ce seuil symbolique ; pour les autres, ce n’est que partie remise.

Si l’on examine de près les résultats, on peut retenir que :

  • La moyenne du Parti Pirate sur ses circonscriptions se situe dans les 0,80%
  • Deux candidats ont obtenu plus de 2%
  • Vingt-deux ont obtenu entre 1% et 2%, dont certains dans des circonscriptions où se présentaient des ministres ou ex-ministres
  • Une trentaine oscillent entre 0,7 et 1 %, dont un certain nombre juste en dessous de la barre fatidique
  • Dix candidats sont à moins de 0,10%

Plusieurs explications s’imposent d’ores et déjà:

  • La médiatisation hors Internet et la mobilisation sur le terrain ont évidemment joué en faveur de ceux qui ont pu les travailler.
  • La campagne à «zéro euro», qui était l’un de nos chevaux de bataille, a montré ses limites : sans affiches ni bulletin, voire sans blog de campagne — ce qui était le cas de nos candidats les plus malheureux — aucune chance de faire un bon score. Même parmi ceux qui avaient imprimé des bulletins, certains bureaux de vote n’ont pas été suffisamment approvisionnés et la pile « Pirate » était épuisée dès le début d’après-midi.
  • Dans plusieurs bureaux de vote, des assesseurs zélés ou ignorants ont retoqué les bulletins «imprimés maison» ou manuscrits au motif qu’ils ne répondaient pas au «code électoral».
  • Dans plus d’une circonscription, d’autres irrégularités ont été relevées : perte mystérieuse des circulaires imprimées, déficit d’information des électeurs… Sans parler du mépris des acteurs médiatiques et institutionnels légitimés : absence totale dans certains médias locaux, là où d’autres (y compris le ministère de l’Intérieur) ont carrément refusé de nous dénommer comme « Pirates » !

Concernant les consignes de vote du Parti Pirate pour le second tour, rien n’a changé. Tout est toujours ici.
Aux milliers de moussaillons qui ont voté Pirate, un immense merci.
Grâce à vous, le pavillon est hissé pour de bon.
La suite est à écrire, un programme plus étayé est à établir. Une assemblée générale est prévue pour un avenir proche. Rejoignez nous. Adhérez au Parti Pirate qui, plus que jamais, a montré sa légitimité.

Publié dans écrans

Commenter cet article