Les marchands de doute, un essai signé Oreskes et Conway

Publié le par dan29000

 

 

marchands-doute g

 

 

 

 

 

 

 

 

De prime abord, le titre de cet essai intrigue, un titre en forme de thriller, et d'ailleurs ce livre peut être lu comme un thriller, avec ses manipulations, ses menaces, ses gagnants et ses perdants. Souvent dans l'ombre, et parfois sur la place publique, les lobbies s'agitent, à coups de milliards de dollars. Sur de nombreux sujets ils tentent de discréditer les scientifiques, et même la science en général, en générant le doute, le doute laissant toujours dans les populations touchées, une trace. Et c'est le but d'ailleurs. L'auteur Naomi Oreskes est professeur des sciences de la terre à l'Université de Californie à San Diego. Elle est spécialiste des questions environnementales, dont le réchauffement climatique, et l'histoire des sciences. Erik Conway est historien des sciences à la Nasa. Nos deux auteurs livrent ici un brillant réquisitoire contre ces marchands de doute, pourtant peu nombreux, qui parfois arrivent à masquer la vérité sur de vastes dangers pour la santé publique du monde entier.

 

  Plusieurs exemples sont détaillés dans cet essai surprenant qui en dit long sur le fonctionnement de notre société de consommation où l'argent permet parfois de supplanter la réalité des faits. Il s'agit alors de trouver un ou deux scientifiques, de créer un Institut, de publier quelques articles scientifiques dans d'obscures revues, et la dynamique est alors lancée. Il s'agit à bas bruit, par la multiplication de petites touches diverses de créer une stratégie qui par la suite aura sa dynamique propre afin que les multinationales puissent poursuivre leurs bénéfices, malgré les dangers avérés.

 

  Parmi les exemples proposés par les auteurs, d 'abord les pluies acides, puis la bataille sur le fameux trou de la couche d'ozone, ou encore les méfaits du tabagisme passif et, surtout, le pire, le déni du réchauffement climatique. La quasi totalité des spécialistes sont d'accord entre eux sur ce fait majeur du 20e siècle, la littérature scientifique est abondante, et last but not least, les faits, eux, sont têtus, le réchauffement climatique est bien une réalité. Nous ne pouvons dans le cadre de cet article détaillé la stratégie, mais les auteurs y consacrent soixante-dix pages, c'est dire si leur description est précise, et surtout convaincante. Nier les réalités, il y a des spécialistes pour cela, et même si parfois leurs manœuvres sont bien visibles, le doute alors s'insinue dans certains esprits...et le mal est fait.

  Le réchauffement climatique existe-t-il ?

  Le tabac est-il vraiment dangereux à la santé ?

  Les pluies acides sont-elles réelles ?

  Parfois les marchands de doute inventent de toute pièce un véritable contre-récit. C'est le cas sur la bataille autour du trou dans la couche d'ozone. Ou bien il s'agit, plus directement, de dire que la science n'est pas réellement une science, qu'il y aurait une bonne et une mauvaise science.

  Et ainsi de suite. Comme l'on peut s'en douter, assez souvent, l'industrie de l'énergie est impliquée, relayée par quelques grands médias complaisants.


  Et quand tout ceci n'est pas encore suffisant, l'on met en place une campagne de discrédit sur une personne célèbre pour ses recherches, surtout quand elles ont fait bouger les lignes au détriment de l'industrie chimique, par exemple. Ce fut le cas pour Rachel Carson qui au début des années 60 mit en évidence le danger des pesticides, et du DDT en particulier, dans son livre célèbre "Silent Spring". Les pesticides s'accumulent dans la chaîne alimentaire endommageant l'environnement. Son livre eut un énorme retentissement aboutissant à l'interdiction du DDT en Amérique. Une vaste campagne fut alors dirigée contre elle, avec violence et avec le secours de puissants médias dominants comme le Wall Street Journal ou le New York Times. Certains la comparèrent à Staline ou Hitler ! Curieusement les assauts négationnistes contre Rachel Carson se poursuivirent bien après son décès et bien après la régulation. Il s'agissait tout simplement de déconsidérer les mouvements environnementalistes américains. Ils tentèrent d'accréditer l'idée que si Rachel Carson s'était trompée dans les sixties, cela devait être la même problématique aujourd'hui pour tout le mouvement, et donc le gouvernement ne devait pas intervenir sur les marchés. Instituts créés de toute pièce et storytelling vinrent parachever ces campagnes.

 

  Un livre important pour bien comprendre les enjeux de santé publique, et bien comprendre aussi comment sévissent ces lobbies et certains médias.

 

Dan29000

 

 

Les marchands de doute

Naomi Oreskes et Erik M. Conway

Traduction Jacques Treiner

Editions LE POMMIER

2012 / 528 p / 29 euros

 

 

A signaler que l'auteur sera à Paris les 27, 28, 29 Mars 2012

Article aussi publié sur le site qui se mobilise pour les livres peu médiatisés : Les agents littéraires

 

=================================

SEMINAIRE NAOMI ORESKES


Son séminaire aura lieu le jeudi 29 mars de 11h à 13h dans l'amphithéâtre 15, sur le campus universitaire de Jussieu, 4 place Jussieu, Paris 5e (métro Jussieu).

  • Ce séminaire sera donné en Anglais, sans traduction.
  • Entrée libre et sans réservation.

 

  Source : http://www.ipsl.fr/Actualites/Evenements/Semi

Publié dans lectures

Commenter cet article

Piyou 21/03/2012 20:56


C'est d'autant plus facile qu'un chercheur honnête doute toujours un peu et que par contre ces lobbies eux ne doutent pas du tout de leur volonté de puissance.

dan29000 21/03/2012 22:58



bien d'accord, c'est tout à fait cela et cela rend donc les choses encore plus difficiles...