Les médicamenteurs, un livre de Stéphane Horel

Publié le par dan29000

medicamenteurs.jpgLa France est un pays peuplé de goinfres sur le plan des médicaments, rengaine connue. Un record mondial de quarante boîtes de médicaments par personne et par an. Mais pourquoi donc ? Serions-nous vraiment plus, vraiment beaucoup plus malades que les autres populations voisines ? La première réponse que trouvent les autorités : la faute des patients !

Tous ces malades qui ne font aucun effort ! Qui se laissent aller à trop consommer !

 

Pourtant il semble évident que d'autres responsabilités demeurent tapies dans l'ombre.

 

C'est ce travail salutaire d'enquête que vient de mener une journaliste indépendante, Stéphane Horel, qui est aussi documentariste. Elle avait déjà enquêté sur tous ces produits qui intoxiquent notre vie quotidienne en 2008, "La grande invasion". En 2009, elle avait aussi réalisé un documentaire particulièrement réussi avec Annick Redolfi et Brigitte Rossigneux, "Les médicamenteurs". Peut-être l'avez-vous vu d'ailleurs sur France 5 en juin 2009.

 

En réalité, ce sont les pouvoirs publics qui supervisent le fameux marché des médicaments. Vous savez, si vous suivez notre site depuis plus d'un an, ces formidables pouvoirs publics qui commandèrent 94 millions de doses de vaccins contre la grippe  A. Edifiante saga que nous avions particulièrement suivi en 2009. 

 

Mais, hélas, ils ne sont pas seuls. Les médecins souvent ont aussi la main lourde, très lourde lors de la rédaction de leurs ordonnances. Et puis derrière tous ces gens qui aiment bien les médicaments, bien planquer existent les laboratoires pharmaceutiques, véritable puissance fonctionnant souvent en lobby afin d'imposer leurs vues et de développer leurs profits fantastiques que rien ne vient limiter.

 

L'industrie, car c'est vraiment le terme à employer, l'industrie pharmaceutique est partout, installée à tous les étages de l'Etat, depuis les instances qui décident des autoristations de mise sur le marché jusqu'aux alcoves des ministres et aux cabinets des médecins, plus ou moins obligés de recevoir les fameux représentants des labos venant leur proposer les nouvelles molécules toujours plus performantes, voire miraculeuses par rapport aux précédentes. D'ailleurs ce fut longtemps le job de notre glorieuse combattante de la grippe H1N1, Roselyne Bachelot...

Sans doute un hasard...

 

Le livre s'ouvre avec un singulier et passionnant personnage politique, François Autain. Il fut maire, conseiller régional, député, ministre et sénateur. D'abord socialiste, dans les gouvernements Mauroy, et aujourd'hui sénateur dans le Groupe communiste républicain au Sénat. Il s'est spécialisé dans la surveillance des évolutions de notre système de santé. En 2005 il a obtenu l'ouverture d'une mission d'information sur "les conditions de mise sur le marché et de suivi des médicaments".

 

Ecoutons ses paroles :

"On a appris malheureusement ce que je craignais. Que l'industrie pharmaceutique exerce sur la communauté médicale au sens large du terme et les autorités sanitaires de notre pays une emprise qui, évidemment, porte atteinte à leur indépendance. Au plus grand préjudice des malades et aussi à la Sécurité sociale."

 

Difficile de faire plus clair !

 

Une belle illustration de ses propos, un médicament mortel, le Vioxx...

 

Dès le chapitre suivant, l'auteur nous propose un bien utile schéma, celui du parcours administratif d'un médicament : en partant des labos jusqu'à la commercialisation. Enquête difficile car c'est le monde du silence. Et puis il y a aussi le LEEM, le syndicat de l'industrie pharmaceutique. Il y a encore les fameux missionnaires de la visite médicale qui aurait, sans rire, "un rôle d'information, d'éducation du médecin sur le produit lui-même". La gentille industrie en question paie 20 000 personnes juste pour "éclairer" nos amis les médecins, de manière totalement désintéressée.

En France 90% des consultations se soldent par une ordonnance, contre 72% en Allemagne ou 43% en Hollande !

Etrange !

Sans doute le chapitre le plus "savoureux" est-il "In bed with Big pharma".

Mais aussi ce passage sur les médicaments qui ne servent pas vraiment à grand chose, comme le "Plavix" à 56 euros la boîte qui a le même effet qu'une boîte d'aspirine Protect 300 mg à un euro ou un verre de vin, permettant de fluidifier le sang et d'empêcher la formation de caillots.

Beaucoup à dire aussi sur les membres du conseil d'administration de l'AFSSAPS, l'agence française de sécurité sanitaire...Avec toujours un humour qui fait mouche, l'auteur intitule son chapitre : L'indépendance est un gage d'incompétence.

 

Tout un programme...

 

Enfin, en dernière partie de l'ouvrage, Stéphane Horel revient, à juste titre, sur la fameuse pandémie de grippe A H1N1, celle qui devait tous nous tuer en quelques semaines...On part de Mexico, avec le Tamiflu, on passe par l'OMS et ses experts pas vraiment indépendants, en passant par Paris, Londres et Silver Spring. Le "must" du chapitre étant un édifiant tableau des déclarations publiques d'intérêts des membres du Comité de lutte contre la grippe, avec entre autres le comique involontaire que l'on subissait dans tous les médias, Bruno Lina.

Petit rappel : En France, la grippe H1N1 a fait 263 morts alors que chaque année l'habituelle grippe saisonnière provoque entre 4000 et 6000 décès. Un autre grand humoriste Antoine Flahaut en prédisait 30 000 !

Mais la meilleure évaluation revenait surtout  à la banque JP Morgan en 2009 qui prévoyait que les ventes de vaccins rapporteraient entre 7 et 10 milliards de dollars aux labos fabricants de vaccins.

Tout va donc bien, presque pas de morts, et surtout une très très bonne santé pour la Bourse !

 

En conclusion de ce livre qu'il vous faut lire, quelques annexes pas tristes non plus, comme le menu du dîner de gala de la 13e université d'été de Pharmaceutiques où l'industrie régale près de 200 hôtes chaque année, hauts fonctionnaires, ministres et anciens ministres. Et aussi, très instructive, la liste des associations de patients financées par Pfizer, Glaxo, Sanofi-Aventis ou Astrazeneca...

Un livre que la sécurité sociale devrait rembourser, elle y gagnerait, nous aussi. Bon peut-être pas les labos...

 

Dan29000

 

Les médicamenteurs

Labos, médecins, pouvoirs publics :

enquête sur des liaisons dangereuses

Stéphane Horel

Editions du moment

2010 / 317 p /19,95 euros 

 

 

Publié dans lectures

Commenter cet article