Les tupamaros, des armes aux urnes, un livre d'Alain Labrousse

Publié le par dan29000

tupa.jpgCe livre est paru à l'automne dernier alors que se déroulaient des élections présidentielles en Uruguay. L'Union de la gauche "Front large", avec à sa tête Pepe Mujica les remportait afin de conduire le pays vers une nouvelle phase de son histoire. A 74 ans un ancien "tupamaro" devenait président de la république.

Comment une chose aussi surprenante est-elle arrivée ?

Comment un ex-guérillero passait des armes aux urnes ?

 

L'histoire fut longue. Elle tient dans 450 pages du livre d'Alain Labrousse.

 

Labrousse est sociologue, journaliste et spécialiste en géopolitique des drogues. Ajoutons à cela une très profonde connaissance de l'Amérique latine. De 1965 à 1970 il vécut en Uruguay en pleine montée du mouvement des Tupamaros où il était professeur de lettres au lycée français de Montevideo. Ce qui donna un livre intitulé Les Tupamaros, guérilla urbaine en Uruguay, qui fut traduit en six langues. Plus tard, après la chute de la dictature, en 1985, il y retourna, puis en 2007,2008 et 2009, interviewant une cinquantaine de Tupamaros afin d'écrire ce livre très documenté.

C'est véritablement quarante ans de l'histoire du mouvement révolutionnaire que retrace ce livre qui se lit comme un roman.

Ce petit pays divisé en 19 départements compte 3 300 000 habitants, habitant à 92% dans les villes. Un taux d'alphabétisation de 96%, une population catholique à 66% et une République.

 

Cet essai débute en 1962 avec un tract d'appui aux luttes paysannes signé TNT par un groupe d'étudiants. Le nom de Tupamaros étant formé sur celui de Tupac Amaru, le leader indien rebelle qui avait affronté les Espagnols dans les Andes. Le grand nom de cette histoire fut bien entendu celui de Raul Sendic, membre du PS qui aida des ouvriers agricoles à former des syndicats en 1961, en particulier l'UTAA, organisation qui sera une des matrices du MLN (Mouvement de libération nationale-Tupamaros).

L'organisation ne sortit réellement de l'ombre qu'en 1965-1966 menant diverses opérations de vol  d'armes, d'attaques de banques, d'attentats contre des policiers et militaires. En décembre 1966 tomba le premier Tupamaro, l'étudiant Carlos Flores, abattu par la police.

 

Le second chapitre nous renseigne en détails sur la pensée politique et la stratégie des "Tupas", puis ce furent les années d'action en 1971-1973 et par la suite l'exil et la prison après le coup d'Etat de 1973.

Tout ayant une fin, surtout les dictatures, les militaires tombèrent en 1984 et la lutte des révolutionnaires continua en démocratie avec la création d'un pôle révolutionnaire, le MPP.

Dans les années 90 les luttes étaient politiques et le MLN adoptaient de nouvelles alliances, en glissant vers le centre, non sans luttes d'individus comme dans tous partis approchant du pouvoir.

L'ultime chapitre est consacré aux années récentes avant l'arrivée au pouvoir de Mujica. Le socialisme réel, Cuba, la place des femmes (pas terrible), la lutte contre une corruption endémique, le front de la jeunesse du MLN et la forte personnalité du futur président de la république...

Le parcours de la "famille" tupamara est exceptionnel : lutte armée contre les militaires, écrasement par ces militaires, puis transformation en mouvement politique légal. Pratiquement aucune des guérillas des années 60 n'avait survécu à la déroute...

Alors que Mujica est au pouvoir depuis six mois aujourd'hui, il est indispensable de lire ce livre afin de mieux comprendre la réalité actuelle de l'Uruguay.

 

A signaler une bibliographie fournie en fin de volume.

 

Dan29000

 

Les Tupamaros

Des armes aux urnes

Alain Labrousse

Editions du rocher

446 p/ 2009 / 24,50 euros 

Publié dans lectures

Commenter cet article