Lille : Mouloud Bouzidi, passager de la flottille, en interview

Publié le par dan29000

mouloud_bouzidi_palestine_inside.JPGUn passager de la flottille : « Ils se sont montrés très violents »
Par Hugues Serraf

Mouloud Bouzidi, un Lillois membre d'une ONG « proche du Hamas » selon les services américains, était à bord de l'un des navires arraisonnés par Tsahal. Pour lui comme pour Mohamed Salem, responsable du CBSP dans le Nord, la flottille était bien une opération humanitaire « et en aucun cas une provocation politique ». 

Lille, vendredi 4 juin, 16h30. Les cadres en costume qui rentrent de Paris pour le week-end n'ont sans doute pas l'habitude d'un comité d'accueil de ce genre : à leur droite, sur le quai n°7, une poignée de policiers débonnaires mais vigilants ; à leur gauche, des fillettes chargées de fleurs, des jeunes femmes coiffées d'un foulard, des ados portant keffieh et, surtout, tout ce que la capitale nordiste compte de sympathisants de la cause palestinienne.

On se croirait dans l'un des ces mélos américains, lorsque l'enfant du pays fait son grand retour une médaille sur la poitrine et qu'une foule en liesse vient le remercier d'avoir remporté une victoire au nom de l'équipe municipale. Le héros du jour : Mouloud Bouzidi, un presque trentenaire fraîchement expulsé d'Israël, un T-shirt sale sur le dos et une casquette de baseball vissée sur la tête (« C'est tout ce qu'ils m'ont laissé. Même mes papiers d'identité sont encore là-bas »).
« Nous étions là pour aider les gens de Gaza, un point c'est tout »

Mouloud est membre du comité de bienfaisance et de secours aux Palestiniens (CBSP), une organisation dont le projet est assez obscur pour qu'elle se soit retrouvée inscrite sur la liste américaine des « entités terroristes ». Mais pour ce militant humanitaire convaincu, il s'agit d'une accusation ridicule :

« Nous étions là pour aider les gens de Gaza, un point c'est tout. Moi-même, j'étais sur un navire grec, le Sfendoni, pas un cargo mais un bateau rempli de passagers, tous des médicaux ou des militants d'ONG. Certainement pas des gens agressifs ».


Lorsqu'il raconte la manière dont les soldats israéliens ont pris le contrôle du bateau, Mouloud Bouzidi ne cache d'ailleurs pas son indignation :

« Il était 4 heures du matin et tout le monde dormait. Il y avait eu des avertissements de leur part, bien sûr, mais nous étions dans les eaux internationales et personne ne pensaient qu'ils agiraient si tôt.

Ils se sont tout de suite montrés très menaçants, très violents. Ils ont fait usage de la force alors que ce n'était pas nécessaire et se sont servis de leurs grenades lacrymogènes. Il est vrai que nous leur avons nous-mêmes opposé une résistance pacifique, car nous voulions éviter qu'ils parviennent jusqu'au poste de pilotage où se trouvait le capitaine. Mais des gens ont été battus, tout le monde gens pleurait, c'était horrible… »

« Les interrogatoires se sont poursuivis pendant des heures »

Mouloud Bouzidi l'admet, il n'a pas été frappé lui-même, « juste repoussé violemment » avant d'être interrogé, toujours « avec brutalité » :

« Les questions étaient étranges, comme s'ils voulaient établir que nous cherchions à immigrer clandestinement à Gaza ou en Israël, ce qui était tout de même assez bizarre. Pour un Français digne et libre, vivre dans ce pays-là, ce serait un drôle de projet… Mais les interrogatoires se sont poursuivis pendant des heures et c'était très stressant.

On nous changeait régulièrement de cellule, on nous envoyait des types différents, parfois des militaires, parfois des civils… Lorsqu'ils frappaient, ils frappaient tout le monde sans se poser de questions : Français, Américains, Allemands… »


Se dirigeant vers l'entrée du métro, via lequel il doit se rendre à la conférence de presse bricolée dans l'urgence pour les médias locaux, Mouloud Bouzidi lâche encore :

« Mais j'étais pourtant parti dans un but clairement humanitaire et je suis écœuré par ce qui est arrivé. Je compte d'ailleurs porter plainte car il ne faut pas laisser passer ça… »


Mohamed Salem, le médecin palestinien installé à Lille qui s'est occupé d'organiser le comité d'accueil et la rencontre avec les journalistes, est du même avis : « Cette agression est très grave, car elle n'était pas dirigée contre des terroristes mais bien contre des gens de bonne volonté tentant de porter secours à des populations en difficulté ». Car le responsable lillois du CBSP le proclame sur tous les tons, son organisation « n'a rien à voir » avec le portrait qu'en font « les sionistes et les Américains ».
« Il y avait beaucoup de Turcs, mais entre autres nationalités »

« Nous travaillons depuis vingt ans pour les gens de Gaza et nous avons simplement saisi l'occasion de ce convoi pour acheminer une centaine de maisons en préfabriqué, achetées avec le million de dollars réuni dans le cadre de souscriptions », explique le militant qui affirme ne pas accorder d'importance particulière à la forte dimension turque de la flottille, pourtant significative d'un changement d'attitude d'Ankara à l'égard d'Israël :

« Les Turcs sont très mobilisés pour la Palestine, ça n'a rien de remarquable. Il y avait beaucoup de Turcs, c'est vrai, mais entre autres nationalités… »


Mohamed Salem refuse par ailleurs toute « interprétation politique » de l'action de son association et récuse formellement l'accusation « de proximité avec des organisations terroristes », Hamas en tête :

« C'est un faux procès qui permet de nous disqualifier. Nous ne sommes pas proches du Hamas, mais proches de tous les Palestiniens, Fatah compris. »


Une position quelque peu surprenante, compte tenu de la sanglante hostilité dont fait preuve le mouvement qui contrôle Gaza depuis les élections législatives de 2006à l'égard de l'Autorité conduite par Mahmoud Abbas.

En tout état de cause, ce responsable lillois du CBSP refuse de se prononcer sur ces questions, et encore moins sur sa vision d'une solution durable au problème israélo-palestinien :

« Nous sommes des humanitaires, pas des politiques. Nous sommes évidemment partisans d'un Etat palestinien, mais nous nous contentons de faire notre boulot associatif. »


Seule entorse à cette volonté de ne pas s'égarer sur le terrain politique : la critique d'une Egypte qui, en participant au blocus de Gaza par crainte du Hamas et de son impact sur sa propre situation intérieure, « fait le jeu des Américains et des Israéliens ».


Source : RUE 89 

Publié dans Monde arabe - Israël

Commenter cet article