Limoges : naissance du Collectif "coup pour coup 87"

Publié le par dan29000

 

Naissance du collectif Coup Pour Coup 87 à Limoges !
de : Coup Pour Coup 31

 

 

Un collectif Coup Pour Coup 87 vient de se créer à Limoges (87 - Haute Vienne). L’actualité de ce nouveau Coup Pour Coup sera relayé sur ce blog. Pour les contacter : couppourcoup87[at]gmail.com Tous militants ou groupes militants désirant travailler avec nous, ou créer un Coup Pour Coup sur leur ville, n’hésitez pas à nous contacter : couppourcoup31[at]gmail.com Nous reproduisons ci-dessous leur plate forme politique :

 

 


« Présentation

Coup Pour Coup 87 est un collectif qui regroupe des militant-e-s communistes révolutionnaires. Certain-e-s font partie de l’organisation communiste Voie Prolétarienne, d’autres ne sont pas membres d’organisations politiques, mais, nous sommes tous et toutes engagé-e-s dans la lutte des classes. Syndiqué-e-s ou non, nous nous battons en tant que travailleur-e-s pour la défense de nos intérêts et pour une autre perspective que celle proposée par les organisations dites « de gauche ». Nous sommes présent-e-s et actifs-ves dans les quartiers populaires limougeauds. En effet, militer dans et avec le prolétariat est à la base de notre militantisme. Coup Pour Coup 87 a vocation à organiser, de manière large, autour des axes développés par cette plateforme.

Nous sommes anti-impérialistes

L’impérialisme est le stade le plus avancé du capitalisme. Ici, à notre échelle, nous combattons l’impérialisme, et en particulier l’impérialisme français, comme principale source des maux des pays dominés et des travailleur-e-s d’ici et d’ailleurs. Nous dénonçons la France comme une puissance coloniale et nous défendons le droit à l’auto-détermination pour les peuples colonisés (Kanaky, Antilles, Guyane etc.). Nous refusons de défendre les intérêts « français » dans le monde, qui sont ceux de la bourgeoisie qui exploitent les travailleur-e-s ici et ailleurs. C’est pourquoi il est important de refuser toute forme d’intervention impérialiste, qu’elle soit économique (Areva, Total, Carrefour, Orange, etc.), militaire (Libye, Côte d’Ivoire, Afghanistan etc.) et culturelle (comme la Francophonie). En ce sens, la « communauté internationale » (ONU, OTAN, FMI...) ne sert qu’à préserver les intérêts des pays impérialistes, notamment en légitimant des gouvernements à leur botte. Dans les pays dominés, nous soutenons activement les militant-e-s et les organisations progressistes et révolutionnaires. Nous sommes du côté des travailleur-e-s, de la classe ouvrière et des paysan-ne-s pauvres qui luttent, y compris par la lutte armée, contre l’impérialisme et celles et ceux qui le servent et, pour leur émancipation. Afin de populariser et soutenir ces luttes, nous organisons des rencontres internationalistes avec les acteurs et actrices de ces combats et des campagnes politiques de soutien.

A bas l’impérialisme et ses complices réactionnaires ! Politique, économique ou militaire : l’impérialisme c’est la guerre !

Nous sommes pour la solidarité ouvrière

La concurrence entre les états, les entreprises et les travailleur-e-s est la base du capitalisme : fermeture d’usines, délocalisations... Cette concurrence favorise la montée du racisme, du chauvinisme et du nationalisme. Au contraire, nous affirmons la nécessité de construire l’unité internationale de tous les exploité-e-s. Nous combattons l’idée que l’ennemi soit l’immigré-e, le/la sans papiers. Idée qui divise la classe ouvrière et qui fait le jeu de la bourgeoisie de tous les pays. Nous prenons part aux différentes luttes des travailleur-e-s, qu’elles soient locales (fermetures d’usines, mouvement de grève...), nationales (mouvement des retraites...) ou internationales (participation au Conseil International des Travailleurs de l’Automobile...) en défendant nos intérêts de travailleur-e-s, et seulement ceux là.

Les prolétaires n’ont pas de patrie ! Français, immigré-e-s : même ennemi, même combat ! Vive la solidarité internationale !

Nous sommes contre la répression et la justice de classe

Partout à travers le monde, celles et ceux qui osent remettre en cause le système capitaliste sont violemment réprimé-e-s. La bourgeoisie a de nombreuses armes pour défendre ses intérêts et faire taire toute remise en cause de sa domination : répression contre les militant-e-s qui luttent lors de mouvements de grève, d’occupation d’usine, militant-e-s révolutionnaires emprisonné-e-s, assassinats politiques... Le combat contre la répression et la justice de classe est partie prenante de notre lutte contre celles et ceux qui nous exploitent : développer une solidarité active contre la répression, exiger la libération des prisonnier-e-s politiques progressistes c’est aussi faire avancer la cause révolutionnaire. Pour exemple, nous militons pour la libération de George Ibrahim Abdallah, militant communiste libanais pro-palestinien enfermé en France depuis 1984. Il représente le courant révolutionnaire qui se bat pour un seul État laïc, démocratique et multiculturel en Palestine. Exiger sa libération c’est renforcer la résistance progressiste palestinienne et combattre notre propre impérialisme.

Face à la répression et la justice de classe, faisons vivre la solidarité de classe ! Libération de tous les militant-e-s révolutionnaires incarcéré-e-s ! La solidarité est notre arme, utilisons la !

Travailleur-e-s en fixe ou précaires, français ou étranger-e-s, avec ou sans papiers, nos intérêts sont les mêmes face à nos exploiteur-e-s. C’est sur cette base claire que Coup Pour Coup 87 souhaite rassembler afin de construire l’unité et les solidarités pour la révolution !

Nous avons raison de nous révolter ! Osons nous organiser ! Osons lutter ! Osons vaincre ! »

JPEG - 176.1 ko

Source : Bella ciao

Publié dans actualités

Commenter cet article