Loudéac : soutien à Natacha, militante CGT, pour la liberté syndicale

Publié le par dan29000

 

 

Soutien à Natacha pour la liberté syndicale !

BREIZHISTANCE-IS s’associe aux soutiens de Natacha Aussibal, militante CGT du pays de Loudeac, qui l’ont sollicité dans le cadre de la manifestation qui aura lieu pour sa réintégration à la CIDERAL (Communauté de commune de Loudeac), le mardi 22 novembre à Loudeac à 17h au 36 rue Moncontour. En effet il y a plus d’un an le maire de Gausson et président de la CIDERAL, a décidé de révoquer (sans indemnités, droit au chômage et possibilité de réembauche dans la fonction publique) l’agent territoriale et représentante syndicale, pour une distribution de tract !


En effet le mardi 6 juillet 2010, date du dernier conseil communautaire, quatre représentants de la CGT Cidéral territoriaux, syndicat minoritaire, distribuent des tracts aux élus. Un document sur lequel le syndicat dénonce un manque de concertation.

Ce soir-là, Natacha Aussibal, déléguée du personnel et assistante à la pépinière d’entreprise, assiste également au conseil communautaire. Pendant lequel elle tente de prendre la parole. Guy Le Helloco, président de la Cidéral, la reprend vertement : « Vous n’avez pas droit à la parole ou alors c’est à moi de décider de vous la donner. Et j’estime que les perturbations de distributions de tracts sont largement suffisantes. Les contre-vérités n’ont pas de place dans notre assemblée. »

Ce même jour, Natacha Aussibal reçoit un courrier du président de la Cidéral lui signifiant sa révocation de la fonction publique avec effet immédiat. La raison : la distribution d’un tract (NDLR. : pas le même que celui distribué le jour du conseil communautaire) où apparaissent des éléments qui auraient dû rester confidentiels.
Rapidement, la CGT Cidéral territoriaux lance une pétition en ligne pour soutenir Natacha Aussibal. Guy Le Helloco n’a pas respecté « la procédure réglementaire : le conseil de discipline n’a été saisi, ni dans les temps, ni dans les formes prescrites ».

Malgré l’opposition du conseil de discipline et du tribunal au licenciement, Natacha n’a toujours pas été réintégré.


L’attitude de certains élus en Bretagne, comme Guy Le Helloco atteste d’un comportement autoritaire et despotique en contradiction total avec les droits des travailleuses et des travailleurs. Soutenir Natacha, c’est dénoncer la politique antidémocratique de certains notables encore trop nombreux en Bretagne et militer pour un véritable contrôle démocratique des intercommunalités.

Source : Breizhistance

Publié dans actualités

Commenter cet article