Lyon : éducation sinistrée par Sarkozy et blues des profs

Publié le par dan29000

 

 

Blues des profs : "C'est la première rentrée que j'aborde sans plaisir"

 


 

RENTRÉE SCOLAIRE - Depuis 25 ans, Catherine Cotte et Michèle Vial, toutes deux profs d’histoire géo au lycée des Minimes à Lyon préparent leurs cours ensemble. Dans la joie et la bonne humeur. Mais cette année, le cœur n’y est pas. « C’est une rentrée morose » confient les deux enseignantes, accablées par un changement de programme qu’elles jugent « complètement à côté de la plaque ». Elles vont devoir préparer leurs élèves de 1ère S (scientifique) au bac d’histoire géo qui aura lieu en fin d’année, l’enseignement de cette matière étant devenu optionnel en terminale S. Surtout, elles s’inquiètent de l’ « abstraction thématique » du nouveau programme qu’elles ont bien du mal, en cette rentrée, à transformer en une série de cours cohérents.

Elles ont déjà bu des litres de café, assises autour de la table du salon couverte de manuels scolaires, de photocopies de circulaires officielles ou de consignes pédagogiques. Pourtant, elles peinent à tenir le rythme. Alors qu’on parle généralement d’une heure de préparation par heure de cours, elles en sont plutôt à deux, voire trois heures. Profs d’histoire géo depuis plus de trente ans, Catherine Cotte et Michèle Vial ont l’habitude de reprendre ou refaire ensemble leurs cours, au gré des réformes institutionnelles ou des rebonds de l’actualité. Mais cette année, leur moue dubitative semble indiquer que c’est plus difficile et bien moins stimulant que les autres années. « Tout changement de programme implique une excitation intellectuelle et un énorme boulot. Mais cette fois, c’est plus pesant car on doute. C’est la première rentrée que j’aborde sans plaisir » explique Catherine Cotte.

Première difficulté : l’épreuve du bac d’histoire géo est avancée en fin de classe de première scientifique, ce qui concerne près de la moitié des élèves en section générale. L’enseignement d’histoire géo en terminale S devient en effet optionnel.  Or en terminale, « les élèves abordent la philo et ont plus de maturité. Ils réagissent autrement, s’ouvrent au monde » souligne Catherine Cotte qui cite pour exemple le thème de la mémoire – lié à la seconde guerre mondiale ou à la guerre d’Algérie – qui entre en résonnance avec les cours de philo de terminale.

Dès cette fin d’année, les élèves de 1ère S passeront donc le bac d’histoire géo. Qui plus est sur la base d’un programme entièrement repensé.

« Tout a changé. On avait encore des programmes fortement appuyés sur le cadre chronologique, maintenant c’est thématique ; tout doit être problématisé » expliquent les enseignantes.

Un exemple : le deuxième thème du programme est celui de « la guerre au 20e siècle », des guerres mondiales à la guerre froide, jusqu’aux nouvelles conflictualités. « Intellectuellement, c’est très intéressant » reconnaît Catherine Cotte, mais « comment expliquer la seconde guerre mondiale sans avoir abordé le nazisme et les totalitarismes, dont l’étude n’intervient que plus tard dans l’année ? » s’interroge l’enseignante. « Ce n’est vraiment pas pertinent de lâcher le cadre chronologique pour des jeunes qui ne maîtrisent pas ce cadre et manquent généralement de connaissances et de vocabulaire » poursuit sa collègue.

Selon les textes officiels, le nouveau programme promeut « une approche plus problématisée, conceptuelle et synthétique » de l’histoire. De même, le choix de recourir à des « études », pour traiter une question (ex. Cuba 1962 pour la Guerre froide) répond à « la nécessité d’écarter toute tentation d’exhaustivité et tout risque d’enseignement désincarné ou trop général », tout en permettant au prof de « donner du sens ». « OK, mais comment on passe de Cuba ou Berlin à la Corée du nord ? » s’interroge Michèle Vial, perplexe devenant ces incessantes discontinuités.

Les deux enseignantes reconnaissent que certains de leurs collègues, « quelques pédagos enthousiastes » y trouvent leur compte, se disent ravis que « les élèves reviennent au centre du système », qu’on les mette « en activité ».

Mais elles sont franchement dubitatives, voire « un peu désemparées » par ce grand chambardement. Elles ne sont pas encore dans « la profonde démotivation et le grand épuisement moral » dans lesquels la réforme a précipité de nombreux enseignants de cette matière, selon l’association des professeurs d’histoire géographie (APGH).  Mais elles se sont demandées si, après plus de trente ans d’enseignement, elles n’étaient pas devenues « ringardes ». Une réunion avec de jeunes collègues les a rassurées. « Ils se posent les mêmes questions que nous ; ce n’est donc pas forcément moi qui suis complètement déphasée » s’amuse Catherine Cotte.

Dans l’enseignement, le programme a force de loi : les profs ont le devoir de l’appliquer, même s’ils le critiquent. « On est très consciencieuses et légalistes alors on fait le programme, avec beaucoup d’incertitude et le sentiment qu’on est complètement à côté de la plaque par rapport aux élèves » résume Michèle Vial. « Ce qui nous pose le plus de difficulté, c’est la construction d’un cours cohérent, adapté au niveau des élèves et qui les intéresse. Jusqu’à présent, on a des élèves intéressés, même si certains ne travaillent pas. Mais là, je suis inquiète car ils risquent de décrocher » poursuit Catherine Cotte.

Les deux enseignantes abordent la rentrée en ayant conçu la progression des cours sur l’année, et le contenu des deux premières séquences thématiques d’histoire. Une de leurs collègues travaille de son côté sur le programme de géographie. Elles vont désormais devoir se voir toutes les semaines pour avancer dans la suite du programme. Mais aussi se soutenir le moral.

 

 


Anne-Caroline Jambaud

 

 

Source : libération

Publié dans actualités

Commenter cet article

Mitsuko 07/09/2011 08:25



Et il a même réussi à faire que l'éducation soit sinistrée ...


C'est quand même ahurissant ...


Que veulent-t-ils donc au jurste, que la France soit une France d'illétrés pour être sûr d'avoir toujours le pouvoir ???


J'avoue ne plus rien y comprendre ... et ça me rend chagrine ...



dan29000 07/09/2011 09:43



ben si tu as tout compris, moins il y a d'éducation à tous le sniveaux, moins les futurs adultes seront à même de réfléchir et donc de critiquer, et donc de lutter et résister (en simplifiant
bien entendu), l'illettrisme, le chômage, le racisme, la tv, sont d epuis toujours des armes politiques de perpétuation des dominations...