Lyon : répression syndicale : solidarité avec Pierre Joanny

Publié le par dan29000

 

 

 

 

Pour la liberté d’expression syndicale

Le syndicat Sud Travail traîné devant la justice !

par Solidaires et SUD Travail


 

 

 

 

 

Le 31 mars 2010, Pierre Joanny, secrétaire national du syndicat SUD Travail Affaires sociales, était renvoyé devant le tribunal correctionnel de Lyon pour « injures publiques envers une administration publique ». Le procès aura lieu le 1er février 2011.


Ce procès fait suite à une plainte déposée par l’Institut national du travail (INTEFP), l’institut de formation du ministère du Travail qui forme notamment les contrôleurs et les inspecteurs du travail. En cause : un tract pamphlétaire paru en mai 2009 mettant en cause les méthodes de formation des inspecteurs du travail et dénonçant les non-titularisations d’inspecteurs-élèves et les sanctions envers certains autres au bout de 18 mois de formation.

En déposant cette plainte, la direction de l’INT, et derrière elle le ministère du Travail, ont fait le choix d’attaquer frontalement la liberté syndicale et la liberté d’expression.

Les poursuites engagées suite à la plainte du ministère du Travail visent à faire taire un syndicat critique à l’égard de la vision patronale et partenariale de l’inspection du travail défendue par le ministère du Travail. Le syndicat SUD Travail défend au contraire la nécessité de former des inspecteurs du travail dont la fonction est de défendre les droits des salariés soumis à l’arbitraire patronal, pas des petits soldats zélés de la politique du chiffre.


Notre syndicalisme restera intransigeant avec le modèle néolibéral qui casse le Code du travail, l’emploi et le service public.


L’Union syndicale Solidaires apporte son total soutien à Pierre Joanny et dénonce fermement cette tentative de mettre au pas, par la voie judiciaire, le syndicat SUD Travail. Elle invite ses militant-e-s à venir soutenir Pierre Joanny lors du rassemblement qui aura lieu le 1er février 2011 devant le tribunal correctionnel de Lyon, de 12 à 14 heures

 

++++++++++++++++++++++++++

 

 

Le syndicat Sud-travail poursuivi en justice : défendons la liberté d’expression syndicale

Rassemblement à Lyon le 1er février 2011 à 12h devant le tribunal correctionnel 67, rue Servient.

Le 4 décem­bre 2009, Pierre Joanny, secré­taire natio­nal de SUD Travail Affaires socia­les, était mis en examen par un juge d’ins­truc­tion de Lyon pour « injure publi­que envers une admi­nis­tra­tion publi­que ». Le procès aura lieu devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Lyon le 1er février 2011.

Ce procès fait suite à une plainte dépo­sée par l’INT (Institut natio­nal du tra­vail) à l’encontre d’un texte, inti­tulé « Brûler l’INT », paru dans Tout Va Mieux n°50 en mai 2009. En dépo­sant cette plainte, la direc­tion de l’INT et der­rière elle, le minis­tère du Travail ont fait le choix d’atta­quer fron­ta­le­ment la liberté syn­di­cale et la liberté d’expres­sion.

Car de quoi s’agit-il au fond ? D’un billet irré­vé­ren­cieux, pam­phlé­taire, pro­vo­ca­teur met­tant en cause l’INT dans un contexte de mobi­li­sa­tions suc­ces­si­ves contre les rétro­gra­da­tions d’ins­pec­teurs-élèves du tra­vail en 2008 et 2009. Tendance qui s’est pour­sui­vie en 2010 avec une nou­velle rétro­gra­da­tion, comme les pré­cé­den­tes, arbi­traire, incom­pré­hen­si­ble et odieuse.

Les pour­sui­tes enga­gées suite à la plainte de l’INT et du minis­tère du Travail visent à faire taire un syn­di­cat cri­ti­que à l’égard de la vision patro­nale et par­te­na­riale de l’ins­pec­tion du tra­vail défen­due par l’INT et le minis­tère du Travail. Car le syn­di­cat SUD Travail affirme la néces­sité de former des ins­pec­teurs du tra­vail dont la fonc­tion est de défen­dre les droits des sala­riés soumis à l’arbi­traire patro­nal, pas des petits sol­dats zélés de la poli­ti­que du chif­fre.

Nous conti­nue­rons à porter des cri­ti­ques fortes sur la poli­ti­que de for­ma­tion mise en oeuvre par l’INT qui ne répond pas aux besoins des agents et qui exclut même la majo­rité des agents - a priori les moins qua­li­fiés (les C). Nous dénon­ce­rons encore les métho­des l’infan­ti­li­sa­tion pour les sta­giai­res et les IET. Nous conti­nue­rons à défen­dre l’amé­lio­ra­tion des condi­tions de tra­vail au sens large des agents de l’INT.

Nous devons col­lec­ti­ve­ment être vigi­lants sur ce type de mise en cause d’un syn­di­cat. Les atta­ques contre SUD Travail pour­raient pré­sa­ger de mau­vais jours pour toutes les orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les qui n’auront bien­tôt plus qu’une alter­na­tive : se taire ou ris­quer des suites judi­ciai­res à la moin­dre expres­sion ou action syn­di­cale.

Notre syn­di­ca­lisme res­tera intran­si­geant avec le modèle néo­li­bé­ral qui casse le Code du tra­vail, l’emploi et le ser­vice public. Indépendamment de ce que les unes et les autres pen­sent de notre démar­che syn­di­cale, il y va de la liberté d’expres­sion de chacun dans ce minis­tère.

Ce qui appelle l’unité la plus large.

Nous invi­tons les agents et les mili­tants syn­di­caux à sou­te­nir Pierre Joanny le 1er février 2011 à partir de 12 heures au Tribunal cor­rec­tion­nel de Lyon, 67 rue Servient (Métro B sta­tion Place Guichard Bourse du tra­vail, ou tram­way T1 arrêt Palais de jus­tice Mairie du 3e).

Plus d’infos : http://www.sud-tra­vail-affai­res-soc…

Publié dans actualités

Commenter cet article