Lyon Vaise : Pire que LOPPSI 2, Collomb, maire socialiste fait expulser des Rroms sous la neige !

Publié le par dan29000

 

 

 

ExpulsionRomsVaise1-dd726.jpg

                      photo de Simona Iacob

 

 

La honte ! Collomb expulse sous la neige les Roms de Vaise


 
Inimaginable ! Très peu de personnes ne pensait qu’il allait le faire. Et bien l’actuel maire PS de Lyon l’a fait. Il a fait expulser en plein hiver une soixantaine de personnes qui avait pris domicile dans un bâtiment situé sur le parking de l’ancien Grand Bazar de Vaise. Il a fait expulser par la police ce vendredi 17 décembre 2010 des familles avec des bébés, des enfants en bas âges, des personnes malades alors que dehors il neigeait ! 
Collomb voulait être le premier, c’est sûr, à utiliser les nouvelles possibilités répressives de la loi LOPPSI 2, avant qu’elle soit votée, en prenant un arrêté pour permettre l’expulsion sans tenir compte de la justice...
Un arrêté du Maire pour une expulsion inacceptable !

 

 



Qu’importe s’il fait - 5°, qu’importe si il y a de la neige , qu’importe s’il y a des bébés, qu’importe s’il y a de jeunes enfants, qu’importe s’il y a des personnes avec de graves problèmes de santé, qu’importe que des enfants scolarisés soient interdits d’aller à l’école, qu’importe que la vie de per­sonnes soient mises en danger par ceux qui, au contraire, ont la mission de les protéger !

Et pourtant..., ce vendredi matin, sous la neige, ce sont une soixantaine de personnes européen­nes, originaires de Roumanie, qui ont été jetées à la rue par Gérard Collomb, merdelyon. En effet Collomb venait de prendre un arrêté pour « menaces à la salubrité publique ». Pour le maire de Lyon actuel, les Roms sont une menace à la salubrité publique !

L’argument c’est qu’ils utilisent des cheminées existantes dans le bâtiment qu’ils occupent depuis octobre au 19, rue Laure Diébold dans le 9ème arrondissement. Ce bâtiment, sans électricité, est abandonné depuis plusieurs années et est voué à la démolition. Les cheminées fonctionnent norma­lement, de plus il y a de grandes fenêtres et de grands couloirs donc pas de risques d’asphyxie. Nos grands-parents se chauffaient avec des cheminées, s’éclairaient à la bougie et on ne les expul­saient pas pour autant. Collomb va-t-il interdire les lampions que l’on met sur les fenêtres le 8 décembre pour menace à la salubrité publique ? Ou est-ce seulement parce que ce sont des Roms qu’il a pris cet arrêté pour les expulser une nouvelle fois ! Or ces personnes sont vraiment harce­lées sans cesse, ces enfants sont vraiment traumatisés...

Il n’y avait aucune raison valable pour prendre un arrêté pareil...

D’ailleurs, Collomb n’était même pas présent sur place pour cette expulsion, ni aucuns services sociaux de la mairie centrale. Lorsqu’on appelait au téléphone pour avoir des renseignements sur cette décision horrible et sans fondement, le maire et les adjoints de la mairie centrale étaient aux abonnés absents.

En fait c’est... par la police nationale et les services du préfet que Collomb a fait exécuter sa déci­sion.

N’est-ce pas un des pires maires de Lyon depuis les grands répressifs qu’étaient l’échevin Imbert-Colomès et le prévôt des marchands Tolozan ? Et qui plus est, qui se dit socialiste... Collomb est à la botte du préfet, à la botte de Sarkozy. Collomb veut toujours être le premier dans la répression. La loi LOPPSI 2 n’était pas encore votée qu’il prend, le 14 décembre, un arrêté qui peut être enté­riné par cette loi et se moque des décisions de la justice !
les flics bloquent l’entrée de la maison des Roms de Vaise en attendant l’entreprise de maçonnerie
photo de Simona Iacob

Il n’y avait aucune raison valable pour prendre une décision aussi inhumaine !

Alors que l’habitation de ce bâtiment ne gênait pas du tout le voisinage, par conséquent ce n’était pas une menace pour la salubrité publique du quartier. Le bâtiment est abandonné depuis de nombreuses années et doit être démoli. Un projet de cité HLM sur le parking de l’ancien Grand Bazar de Vaise est en gestation, mais n’étant pas encore à l’ordre du jour, ce projet est encore loin­tain...

Alors que des élus de la mairie du 9ème arrondissement envisageaient de faire enlever les détri­tus jonchant l’extérieur du bâtiment, de faire installer l’eau et des toilettes. Pour eux il n’y avait pas vraiment de problèmes pour qu’ils puissent rester jusqu’en mars. Mais il n’y a eu aucune concertation entre la mairie centrale et la mairie d’arrondissement, Collomb ayant proprement squeezer le 9ème arrondissement. C’est par la Croix-Rouge que certains élus de l’arrondissement ont eu connaissance de cet arrêté de salubrité publique et seulement la veille de l’expulsion !

Alors qu’un groupe de travail a été mis en place par des élues de la mairie du 9ème où sont pré­sents le Collectif de soutien aux Roms de Vaise, le CCAS du 9ème arrondissement, la responsable Santé et la responsable Sociale du Conseil Général, l’ALPIL, Médecins du Monde, le Collectif Lyonnais pour l’Accès à la Scolarisation et le Soutien aux Enfants des Squats (CLASSES), RESF.

Le Collectif de soutien aux Roms de Vaise, où se trouvent surtout des gens du quartier et qui se mobilisent auprès des familles, a pris contact avec les Resto du Coeur et désormais pratiquement toutes les personnes habitant dans ce bâtiment avaient la possibilité d’aller chercher des colis ali­mentaires soit à Gorge de Loup soit à la Duchère. Des habits et des couvertures devaient être four­nies gratuitement ce vendredi-même par l’association vaisoise « les Vêtements du Coeur ».

 ExpulsionRomsVaise4-9397e--50--.jpg

Cette coordination qui est une première au sein d’une mairie, a favorisé la scolarisation de 4 enfants dans une école du quartier, 4 autres continuent à aller dans une école du 1er arrondisse­ment, 4 autres devraient être scolarisés en janvier. Cela a permis également un lien pour un suivi sur le plan de la santé par Médecins du Monde et les Assistantes Sociales du Conseil Général. Le problème d’hygiène était pris en compte dans ce groupe de travail pour le résoudre avec les famil­les : poubelles, problèmes des toilettes, problème de l’eau...

Ces démarches devaient permettre aux familles de vivre dans des conditions meilleures jusqu’à la fin de la trêve hivernale soit fin mars.

Alors qu’un jugement en référé était prévu au Palais de justice de Lyon le jour-même de l’expul­sion, demandé par le propriétaire du bâtiment, une filiale de Monoprix, et qu’un report de ce juge­ment avait été obtenu par l’avocate des familles, Maître Péquignot.

Alors que la ville de Lyon est citée par l’UNICEF comme ville « amie des enfants » ???

Alors que mettre à la rue ces familles, c’est les mettre cent fois plus en danger que dans le bâti­ment où ils habitaient !

Alors que personne des services sociaux de la mairie centrale n’était présent sur place pour pro­poser aussitôt des relogements !
Les familles sont dans la rue avec toutes leurs affaires alors qu’il neige
photo de Simona Iacob

Une expulsion hivernale, mais l’amitié d’habitants du quartier de Vaise

Dans ce bâtiment il y a au moins 8 familles et quelques jeunes célibataires. Ce sont 35 adultes qui sont assignés devant le tribunal, dont une femme enceinte de 8 mois. Deux jeunes femmes de 18 et 15 ans ont accouché récemment. Une femme est gravement malade. On a compté 23 personnes mineures, dont 7 enfants de moins de 6 ans et 12 enfants de plus de 6 ans.

Si dès 7h du matin plusieurs personnes de différents collectifs et organismes sont venues en sou­tien, parmi celles qui étaient au courant de la décision de l’expulsion ce jour-même (pendant que d’autres étaient au Palais de justice), c’est vers 9h45 qu’une dizaine de policiers pénètrent dans le bâtiment, ouvert à quiconque, au 19 de la rue Laure Diébold. Un homme en civil, arrivé avec les policiers, d’une manière très agressive, se met à gueuler sans arrêt : « Dégagez d’ici, la France s’occupe de vous ! Sortez tout de suite, dehors on s’occupera de vous ! ».

Ce RG, qui mentait honteusement, voulait sûrement dire « il y aura bien des bonnes volontés pour s’occuper de vous dans ce quartier ainsi que des associations », car en fait de services sociaux publics il n’y a absolument personne sur place pour les aider !

Évidemment, tout le monde a peur de se retrouver à la rue et reste encore un long moment à l’intérieur du bâtiment, même si chacun a préparé dèjà son balluchon. Mais personne ne veut aller dans le Gymnase Bellecombe du train de nuit, du Samu social dont parle les policiers, car ils savent bien qu’il faut en partir à 7h du matin avec les bébés sur les bras et toutes les affaires, et errer dans la ville jusqu’au soir par le froid qu’il fait... Ils veulent des garanties quant à un nouvel héber­gement avant de sortir de leur maison.

Les policiers, qui sont venus sans interprètes, ont beaucoup de mal à prendre les identités de toutes les personnes, d’autant que les rares personnes qui connaissent le français ainsi que le rou­main ont refusé de faire le boulot de la police.

Des personnes de Médecins du Monde, qui eux ont une interprète, s’occupent de recenser les enfants malades et, pendues à leur téléphone portable, tentent de trouver des solutions d’urgence pour ces personnes et cela permet de retarder l’expulsion. D’ailleurs il y a un très jeune enfant qui a une otite et quarante de fièvre. Et ce sont des gens du quartier qui s’organisent eux-mêmes pour emmener en voiture dans un service médical une personne qui vient d’être opérée et a besoin de soins immédiats.

Plusieurs personnes du Collectif de soutien aux Roms de Vaise, de CLASSES, de RESF, de la Croix-Rouge... viennent grossir les rangs des personnes qui sont là pour soutenir ces familles et s’opposer à leur expulsion.

Puis des personnes de l’ALPIL, du Collectif Rroms de Lyon, de la Fondation Abbé Pierre arrivent et c’est dans le calme que les occupants sortent dans la rue avec les quelques affaires qu’ils ont pu rassembler, alors qu’il se met à tomber de la neige, puis de la grêle et du grésil. Chaque famille redonnent leur nom pour que ces associations essayent de leur trouver un hébergement provi­soire.

Aussitôt la police fait venir une entreprise pour sceller des moellons afin de boucher l’entrée du bâtiment.

Pendant que la moitié du groupe de familles restent dans la rue devant le bâtiment à garder les enfants ainsi que les affaires de tout le monde, un groupe important de personnes se dirige vers la mairie du 9ème arrondissement. Là, on leur met à disposition une salle où chacun peut s’asseoir et discuter de leurs revendications quant à l’hébergement. C’est la mairie du 9ème arrondissement qui prend sur elle de réquisitionner jusqu’à 17h le gymnase de l’école Audrey Hepburn pour que toutes les personnes expulsées par la mairie centrale puissent être à l’abri, les instituteurs ayant accepté de ne pas y faire d’activités ce dernier après-midi avant les vacances scolaires.

Les enfants sont heureux de nous montrer leurs cahiers d’école
photo de Simona Iacob

D’ailleurs une institutrice de l’école Audrey Hepburn vient dès 11h30 discuter avec ses quatre élèves qui n’ont pu être présents en classe ce matin-là et leur remettre leur travail. Elle est très contente de ces quatre garçons et filles qui apprennent très vîte selon elle. Elle nous dit que ses autres élèves étaient terrassés de voir de leur classe qu’il y avait des policiers près de la maison de leurs copains et copines. Elle trouve vraiment que ce serait dom­mage s’ils ne peuvent revenir dans sa classe en janvier prochain.

Un journaliste du Progrès-menteur arrive et pose des questions aux personnes présentes tout en donnant lui-même les réponses. Ce n’est pas la peine de venir s’il n’écoute pas les vrais témoins ; mais on sait depuis longtemps que dans le Progrès, c’est seule la version policière qui est publiée.

A midi, toutes les personnes expulsées entrent dans le gymnase chauffé de l’école située près de leur ancienne maison et peuvent y mettre à l’abri toutes leurs affaires.

Le Collectif de soutien aux Roms de Vaise va chercher de la nourriture que le Resto du Coeur de la Duchère a eu l’amabilité de mettre de côté pour les Roms expulsés, ce qui permet, de retour au gymnase, à chacun d’avoir quelque chose dans le ventre.


Une élue de l’arrondissement apporte du café chaud, du thé. Une personne de CLASSES fait en sorte, avec les autres associations, que chacun puisse être hébergé, ce qui n’est pas chose facile avec le 115. Les gardiennes du gymnase qui ont accepté de venir en plus de leurs horaires habituels, ne comprennent vraiment pas que le maire de Lyon ait pu prendre une telle décision et font tout pour que cela se passe bien. Des ballons sont prêtés pour les enfants qui sont utilisés aussi par de grands enfants...

Des habitants de Vaise acceptent de garder chez eux des affaires que les per­sonnes expulsées ne pourront pas emporter. On sent qu’une grande amitié est née entre les Roms et certains des habitants de ce quartier de Vaise. D’autres les accompagnent jusqu’à leur nouveau lieu d’hébergement provisoire (pour trois nuités seulement). A 17h, une camionnette du Samu social est venue chercher les quelques personnes qui n’avaient pas encore d’hébergement.
Exigeons un relogement immédiat et permanent pour toutes ces familles !
 


Source : Rebellyon.info

Publié dans actualités

Commenter cet article

salim 22/02/2011 18:52



colomb na pas expulser que les roms moi aussi jai ete expulser de la duchere dans le cadre relogement on me forcait a partir quand jacceptait une proposition lopac refusait et quand lopac voulait
me faire signer un protocole jai refuse daller dans le logement insalubres ma fille est tombe malade 2 mois apres bronchite depuis nov2009 ne en septembre ne guerris plus kine tous les jours
hopital tous les mois je le voulais pas ce logement humiditie ect  rappel des faits recu 2eme protocole mars 2009 ns avions lintention de s faire signer ce protocole jai refuser mon
employeur a ete avertit par lopac et my a emmene de force en me faisant des promesses tas un souci je te reloge nous on perd tous les ascenseur a cause du ex chef de service il sest mit a son
compte et pris tous les techniciens je travaillais en sous traitance il avait besoin de technicien fallait former la moitie du personnel  il a pris 49plus59 ascenseur contrat 3
ou 5 ans a voir favoriser sur appel offre il ma pose son doigt et tu signe jai signe sous pression le directeur de lopac ma dit que cest collomb qui veut en finir aec le projet barre 220 et
jetais le dernier locataire vu que je lui ai ecris a lui parlr le 27032009 pour lui dire que jetais sous pression boulot ect il ma ecris prenez contact a la mairie a la mairie on peut rien faire
maison des droits rien on ma meme pas renbourser les frais electrique gaz compteur abonnement comme tout le monde le seul qui na pas ete rembourse parce que derriere on a voulu me faire signer un
bail jai rien signe et on veut pas me renbourser ma fille est tombe malade bronchite je suis aller voir mon patron je lui ai dit tas pris les contrats et moi la maladie le travail ca se merite
faut satisfaire les clients nous tous le monde gueule jai reparer un ascenseur qui avait une panne intermittente depuis 1an et demi je lai reparer je me suis fais incendie motif on a perdu
les contrats opourkoi lavoir depanne batigere  ca en nov 2009 l jai ete licencie en juin 2010 jai pete les plombs je me suis suicide 6jours hosto e oui collomb voulait en finir
avec le gpv duchere barre 220 il voulait plus de retard coute que coute meme en niquant toute une famille le ps aujourdhui les votes approches et tout le monde gentil meme sarko il ny a pas que
la politique arabes qui ne va pas meme celle de la france on prend lallemagne tout le temps sarko on est loin derriere il veut nous appliquer les lois allemendes



dan29000 22/02/2011 18:56



merci pour votre commentaire...