Manuel Valls tente de faire taire un site web "Urgence notre police assassine"

Publié le par dan29000

Manuel Valls porte plainte contre le site “Urgence notre police assassine”

20/02/2013 |
Capture d'écran du site Urgence notre police assassine

Le ministre de l’Intérieur a porté plainte, le 31 janvier, pour “diffamation envers une administration” contre un site qui répertorie les bavures policières supposées ayant entrainé la mort. L’audition de la webmaster du site, dont le frère Amine Bentounsi a été tué par un policier, avait lieu ce mercredi.

 

 


Aujourd’hui, à 14h30, Amal Bentounsi répond à sa convocation pour être auditionnée “dans le cadre d’une plainte du ministre de l’Intérieur“, Manuel Valls, pour “diffamation publique envers une administration“. Son nom a été communiqué aux forces de l’ordre par l’hébergeur de son site Urgence-notre-police-assassine.fr. Le site répertorie des bavures et s’insurge contre l’impunité dont bénéficient les policiers assermentés par rapport à un citoyen lambda.

Une dame à l’accueil précise que nous nous trouvons dans une antenne de la police judiciaire (PJ). Amal Bentounsi monte.

Policier mis en examen

Amal.jpgAmal est la sœur d’Amine Bentounsi, mort le 21 avril 2012, vers 20h15, à Noisy-le-Sec en Seine-Saint-Denis. Recherché pour s’être mis en cavale lors d’une permission de sortie de prison, Amine Bentounsi est abattu par le policier Damien S. qui assure avoir été braqué par Amine. Rapidement, l’enquête a levé des doutes sur cette version, notamment parce que le jeune homme a été tué d’une balle dans le dos. Le policier a donc été mis en examen pour “homicide volontaire”. En pleine campagne présidentielle, les syndicats de police avaient manifesté contre cette décision judiciaire. Sarkozy avait alors rebondi en proposant d’établir “une présomption de légitime défense” pour les policiers.

Dans la salle d’attente du 122 rue du château des rentiers, l’homme aux cheveux gris mi-long nous tend un tract “de son réseau” intitulé : “RÉSISTONS contre les violences policières et sécuritaires ENSEMBLE”. Autour de la machine à café, des policiers vannent un collègue sur sa procédure de divorce. Ils disparaissent ensuite derrière une porte où trône un insigne avec une caméra et des menottes dessinées, il s’agit de l’unité de surveillance et d’assistance de la direction régionale de la police judiciaire de Paris.

Quatre autres personnes, dont deux membre de la Cause du peuple, journal d’inspiration maoïste, se sont installées entre temps à nos côtés. Au bout d’une heure, Amal Bentounsi sort. Les policiers lui on signifié que le ministre de l’Intérieur portait plainte essentiellement pour une vidéo et certains propos postés sur le site. Elle a préféré prendre conseil auprès de son avocat avant d’assumer, ou non, quoi que ce soit.

“Au moins, on va parler de nous”

Contacté, le parquet de Paris a confirmé qu’une enquête préliminaire avait été ouverte concernant ce site depuis fin janvier, après une plainte pour diffamation de la place Beauvau.

“Ils tendent le bâton pour se faire battre, nous dit posément Amal Bentounsi. Car ce que nous, les familles de victimes, on dénonce, c’est que ça n’intéresse personne que les victimes de bavures policières soient des jeunes issus de quartiers populaires et dont les noms sont à consonance maghrébine ou africaine. Est-ce une coïncidence depuis les années 80 ? Au moins, on va parler de nous.”

En créant ce site, Amal Bentounsi et d’autres familles souhaitaient obtenir “une prise de position du gouvernement sur le fait que des familles disent : ‘Urgence, notre police assassine’.” Pour le moment, Manuel Valls a répondu à cette interpellation en choisissant la voie judiciaire.

le 20 février 2013 à 18h23
SOURCE / LESINROCKS.COM

Publié dans actualités

Commenter cet article

Michelle 21/02/2013 19:25


Je ne suis vraiment pas d'accord !


Les flics qui se font flinguer, c'est normal ?

dan29000 21/02/2013 20:32



Michelle, je crois que tu n'as pas vraiment lu l'article, il s'agit issu de faire interdire, via la justice un site qui répertorie les nombreuses victimes de la police française de ces dernières
années. Il ne s'agit bien évidemment pas du tout de dire ou même sous-entendre qu'il est normal que des flics se fassent flinguer...Mais par contre cela semble TOUJOURS normal à la justice (qui
bien entendu ne peut être impartiale, travaillant chaque jour avec les services de police) que des jeunes, souvent issus des quartiers en difficulté, se fassent tuer sous diverses
formes...L'impunité policière existe bien et tous les gouv. de droite ou de gauche se plient à cette coutume mortifère...Donc il ne faut pas mélanger...Le seul résultat de Valls avec sa plainte,
est de mettre en pleine lumière ce nouveau site totalement inconnu, car depuis 2 jours, l'article est repris par pleins de gens, et sur le web cela va vite. Tant mieux pour la famille qui créa ce
site alors que l'homme impliqué, certes était évadé de prison, mais c'est fait "descendre" d'une balle dans le dos, étrange légitime défense...D'ailleurs nous publions régulièrement le bulletion
dont parle l'article : RESISTONS ENSEMBLE, du réseau contre les violences policières...en tous genres, comme cet intérmaire à Strasbourg il ya deux semaines qui a perdu un œil dans une manif des
ouvriers d'Arcelor Mittal...