Marseille : les facteurs toujours en grève dans le 2e arrondissement

Publié le par dan29000

 

 

134ème jour de grève pour les facteurs du 2ème arrondissement de Marseille



Pour voir le diaporama du jour : http://www.dailymotion.com/video/xh...

 

Hier les grévistes du 2e recevaient les leaders du Front de Gauche Pierre Dharréville, Jean-Luc Mélenchon, Christian Picquet .

 

A l’issue de la 134e journée de conflit, le blocage des négociations entre les salariés du centre de distribution du 2e arrondissement et la direction reste malheureusement d’actualité. Faute d’avancées sur les questions centrales du conflit.

 

Pour mémoire, ce qui a mis « le feu aux poudres » et qui a suscité dès le 7 octobre un mouvement de grève suivi à 100% par les salariés, cadres compris, c’est le problème du statut des nouveaux embauchés qui reste toujours entier.

 

La direction persiste à avoir recours aux travailleurs intérimaires dans le centre. « Ce qui pose le double problème de la baisse de la qualité du service public et de l’intérêt même des employés précaires dont nous réclamons qu’ils puissent avoir la garantie d’emplois stables. Si quelques avancées avaient pu être enregistrées, le syndicat et les salariés, comme le comité des usagers et les associations qui nous soutiennent souhaitent que la direction, pour trouver une issue rapide au conflit, s’engage clairement pour mettre fin à la précarité. »

 

Pure provocation

Mettre des salariés précaires à la place de permanents, c’est un délit et c’est de la pure provocation. Alors que l’on a besoin d’embauches sérieuses, c’est le chômage qui est organisé.

 

Les salariés sont révoltés par un communiqué de la direction prétendant que le conflit se poursuivait sur la question du paiement des jours de grève. Tout à fait faux. Ce qui est en jeu dans ces négociations, c’est de mettre en lumière la responsabilité de la direction dans la durée de ce conflit. 134 jours que l’on leur colle sur le dos, alors que cette même direction a attendu 100 jours avant de s’asseoir autour d’une table de négociations.

 

900 emplois supprimés dans les services courrier des BDR entre le 1/1/2007 et le 31/12/2011

Par Richard Garro, jeudi 17 février 2011, 18:18

 

5545 emplois [1] au 1/1/2007 dans les services courrier des BDR contre 4657 au 31/12/2011. 888 emplois supprimés au total, dont 250 annoncés pour 2011. Avec une multiplication par 5 de l’intérim (0,8% d’intérim début 2007 contre environ 5% en 2011. Moins d’emplois et plus de précarité pour plus de souffrance au travail et moins de qualité de service, c’est l’équation destructrice de La Poste. L’avenir de celle-ci ? C’est les postiers, (fonctionnaires, CDI, CDD, intérimaires), et les populations, et leur combat commun, pour l’emploi stable, les conditions de travail, le service public, qui le préserveront. Personne d’autre.

 

Détournement de courrier dans le 16ème : la responsabilité de la direction et la pertinence de la lutte à Marseille 02

Un facteur intérimaire du 16ème arrondissement marseillais a été interpellé le 14/2 par les services de police. Dans son véhicule ont été retrouvées plusieurs centaines de lettres détournées au cours du 1er semestre 2010.

 

70 usagers auraient été lésés. Un fait divers qui met en lumière le conflit des facteurs et cadres de Marseille 02. Ceux-ci en grève depuis 133 jours réclament la relance de l’emploi stable, la titularisation en CDI des intérimaires et CDD.

 

Contre le développement de la précarité et pour la préservation de la qualité du service public

 

Et le détournement de courrier intervenu dans le 16ème, antithèse de la qualité du service, peut n’être considéré que comme la conséquence ultime du recours massif à l’intérim par la direction du courrier.

 

On notera également le recours massif à l’intérim pour assurer ladite « continuité de service » dans le cadre du conflit du 2ème. Etat de fait inquiétant pour les usagers qui, pour une fin de conflit et le retour de leurs facteurs, réclament une réelle négociation et la satisfaction des revendications d’intérêt général des grévistes. « Facteur c’est un métier » assurent ces derniers. Un métier à adosser à un statut pérenne et protecteur, qui intègre la déontologie professionnelle (dont le respect des correspondances et de leur confidentialité), pour un service public pérenne et protégé. On remarquera, de ce point de vue, que le statut de fonctionnaire, assermenté, offre toutes les qualités nécessaires, d’où la revendication CGT de titularisation sous statut de fonctionnaire des contractuels et la réouverture de concours.

 

Statut de l’emploi à La Poste et qualité du service public postal sont indissociables, c’est le message des facteurs et cadres du 2ème arrondissement marseillais. Le combat continue. (17/2/2011)

Notes

[1] En équivalent /agent/année, comprenant la force globale de travail (fonctionnaires, CDI) + la force de travail variable (CDD, heures supplémentaires, intérimaires).

 

Publié dans actualités

Commenter cet article

Mitsuko 24/02/2011 05:51



Bonjour Dan,


134 jours de  grève ce n'est pas anodin, ce n'est pas rien ... Il faut avoir du courage pour continuer, il faut aussi vraiment y croire ... Car nous l'aimons, notre belle et vieille
Poste qui nous amène à domicile les lettres les plus attendues et celles que l'on n'aime pas recevoir ...


La restructuration de la Poste n'est pas vraiment réussie ... comment passer du public au privé ... pas simple ... très ennuyeux à faire, les politiques n'ont pas trop voulu bousculer la
vieille dame et maintenant tout le monde s'en mord les doigts ... car il est trop tard pour se mettre en lice et nous risquons de perdre beaucoup ...


Bon jeudi à toi, Dan. A bientôt. Bizzzzzzzzzzz ...


Mitsuko