Mémoire : 17 octobre 1961, 50 ans depuis les crimes de la police parisienne

Publié le par dan29000

 

OCTOBRE MRAP17 octobre 1961 : Tous à la manifestation lundi prochain à Paris !

 

 


 

Une très grande manifestation aura lieu à Paris lundi prochain, à l’occasion de la commémoration des 50 ans du 17 octobre 1961, pour la reconnaissance par l’Etat français des crimes commis par la police parisienne contre des milliers d’Algériens, ce jour-là.

De très nombreux événements se déroulent cette année dans toute la France à la mémoire des centaines d’Algériens qui furent jetés à la Seine ce jour là, et des centaines d’autres qui furent pendant plusieurs jours arrêtés, torturés, exécutés, sur ordre de Maurice Papon, préfet de Paris.

Le 17 octobre 1961, des dizaines de milliers d’Algériens manifestaient pacifiquement contre un couvre-feu raciste et réclamaient le droit à la dignité, à l’indépendance et l’abolition du régime colonial.

Et soudainement, à la sortie des métros, des hommes et des femmes furent systématiquement matraqués sur le boulevard Bonne Nouvelle, du Pont de Neuilly au Pont Neuf. Une chasse à l’homme terrifiante s’engagea, la police poursuivant les Algériens dans les immeubles où ils allaient se réfugiés, tirant à bout portant et en noyant un grand nombre (toujours inconnu),en les précipitant dans la Seine, par-dessus le Pont Saint-Michel.

Plus de 10 000 Algériens seront arrêtés au faciès et internés, au Palais des Sports, au Parc des Expositions, et au Stade de Pierre de Coubertin. À leur arrivée, les manifestants sont systématiquement battus. Dans l’enceinte de ces lieux d’internement, on assiste à des exécutions et de nombreux hommes décèderont des suites de leurs blessures.

La répression dura plusieurs jours, avec des exécutions sommaires, des tortures et des déportations, sans que personne n’intervienne.

Aujourd’hui de très nombreuses associations et personnalités, qui appellent à la manifestation de lundi prochain, demandent :

- La reconnaissance officielle du 17 Octobre 61 comme crime d’État
- son inscription dans les manuels d’histoire
- L’ouverture et l’accessibilité des archives.

 

 


TOUS LE LUNDI 17 OCTOBRE A 18 H

DEVANT LE CINEMA REX (BOULEVARD BONNE NOUVELLE. M° BONNE NOUVELLE)

POUR ALLER AU PONT SAINT-MICHEL


A signaler également à propos du 17 octobre 1961 :

La compagnie ’la tête dans les étoiles ’ vous invite à la représentation de la pièce ’c’était un 17 octobre ...’

le samedi 15 octobre à 20 h 30 ou le dimanche 16 octobre à 16 h

à la salle Max Jacob - 3 rue de Vienne. 93000 Bobigny - Réservations au 01 41 60 97 16 ou 01 41 60 94 24

La pièce de théâtre a été écrite par Marie-Christine Prati-Belmokhtar à partir de récits familiaux. C’était un octobre… évoque la nécessité de retrouver la mémoire de ces événements afin de pouvoir reconstuire collectivement.

CAPJPO_EuroPalestine

Publié dans actualités

Commenter cet article

Vaduz 29/12/2011 10:36


Version:1.0 StartHTML:0000000179 EndHTML:0000005177 StartFragment:0000002592 EndFragment:0000005141 SourceURL:file://localhost/Users/levine/Desktop/Argumentaire%20-%20copie


Je  vous signale la réédition de l'ouvrage  : " Les ratonnades d'octobre". Par Michel Levine


Editions Jean-Claude Gawsewitch  2011.


 


En octobre 1961. A Paris, en pleine guerre d'Algérie, Maurice Papon, préfet de police et chef de la répression, instaure un couvre-feu pour les Algériens, citoyens français de seconde zone :
chasse au faciès, interpellations systématiques, bouclages de quartiers, etc. Les conditions de vie deviennent infernales pour des milliers d'hommes et de femmes.


En protestation contre ces mesures qui rappellent l'occupation nazie, le F.L.N. organise le 17 octobre une manifestation pacifique. Aussitôt, Papon "chauffe ses troupes". La machine à tuer est en
marche…On retrouvera des centaines de cadavres dans la Seine.


Le crime commis, c'est le grand silence de la part des autorités et des médias, un mutisme absolu qui durera longtemps. Pour la première fois, on dévoile ce qui était ignoré de l'historiographie
officielle ou soigneusement refoulé. L'auteur s'est livré à une véritable enquête, interrogeant victimes, avocats, témoins.


Michel Levine revient sur cette période tragique de l'Histoire à l'occasion du 50e anniversaire des évènements d'octobre 1961.


 


Michel Levine est historien des Droits de l'Homme. Il a notamment publié chez Fayard Affaires non classées (Archives inédites de la Ligue des Droits de l'Homme).


 

dan29000 29/12/2011 11:10



Merci pour cette info, un éditeur toujours intéressant...