Mieux qu'un bankrun, et si on changeait de banques ?

Publié le par dan29000

 

 

 

 

logo-cochon-manchester-united-1-300x238.jpgL'idée de Cantona était à moitié bonne, ou à moitié mauvaise. Déjà pas facile de tout retirer, techniquement pas vraiment réalisable avec les prélèvements habituels...Alors on pourrait, sans vraiment de difficultés, tout retirer pour tout placer dans une autre banque, car les trous dans le jardin, pour ceux qui en ont, c'est pas terrible. On pourrait étudier un peu ce que font ces banques pourries (pardon du pléonasme) avec notre fric. L'économie-casino se portait bien, très bien même, jusqu'au jour où...

Quand tout  va bien les banques gagnent...

Quand tout va mal, nous perdons, logique, c'est le système capitaliste, alors en attendant les petits matins radieux du grand soir ou le sauvetage de la fée du Poitou en 2012, on peut sans doute faire une petite action.

Voilà ce qui est dans l'air depuis quelques jours, alors vous connaissez peut-être déjà la NEF ou le CREDIT COOPERATIF, ou dans une moindre mesure LA BANQUE POSTALE, mais ce n'est pas vraiment le cas de tout le monde.

Alors voici un petit site, tout nouveau, assez intéressant, extraits et lien :

 

dan29000

 

===================================================

 

Quelques chiffres édifiants pour vous motiver (si nécessaire…)

Selon les calculs d’Alternatives Economiques, BNP Paribas est l’entreprise française la plus présente dans les paradis fiscaux. Depuis l’enquête du magazine, BNP Paribas a racheté Fortis. Son nombre de filiale dans les paradis fiscaux a dépassé les 200, dont plus de 20 aux Iles Caymans par exemple.

 

paradis-fiscaux.jpg 

 Source : Alternatives Economiques, documents de référence des entreprises concernées 2007 ou 2008

La rentabilité des activités de marchés de BNP Paribas a été de 45 % en 2009. Sur les trois premiers trimestres de l’année 2010, la rentabilité est proche de 50 %, pour la BNP comme pour la Société Générale (sources : rapport annuel 2009 et site internet de ces banques pour 2010). Une activité qui affiche 50 % de rentabilité devient prédatrice pour le reste de l’économie.

3600 milliards : c’est le montant des actifs gérés par BNP Paribas. Presque deux fois le PIB de la France ! Voilà pourquoi les Etats sont obligés de sauver les banques en cas de problème. Mais cette garantie publique devrait avoir comme contrepartie des règles beaucoup plus strictes pour limiter les risques par les banques, et pour limiter leur taille.

1,2 millions d’euros : C’est la rémunération de François Perol le dirigeant du groupe BPCE, fixe et variable compris. Soit un siècle de Smic ! Rappelons que BPCE n’a pas encore remboursé l’argent que le contribuable a prété à Natixis, filiale de BPCE, pour la sauver de la faillite pendant la crise financière. Lorsque le Parlement européen a adopté avant l’été une directive encadrant les rémunération des dirigeants des banques, François Perol a fait appelé l’ensemble des députés européens français de la commission des Affaires économiques et monétaires du Parlement pour leur demander de ne pas plafonner la rémunération à 500 000 euros. Le Parlement a tenu bon mais les Etats se sont chargés de faire sauter cette disposition dans le texte final…

 ________________________________

 


L’appel d’Eric Cantona a le mérite de rappeler une vérité oubliée : la puissance des banques, des « marchés financiers » n’existe que parce que nous leur faisons confiance. Parce que nous leur déléguons la gestion de notre épargne. Or, la crise financière a montré que les grandes banques ne méritent plus notre confiance.

Ce n’est pas l’utilité du service bancaire qui est en question mais le fait que la quasi-totalité des banques fassent du profit non redistribué, de l’évasion fiscale généralisée, pour finalement déposséder les citoyens de leurs force économique.

Autrement dit, toutes les banques ne se valent pas et le fait que notre argent soit placé dans des institutions financières n’est pas un mal en soi. Au contraire, les banques sont utiles au financement de l’économie. Mais la majorité d’entre elles ont aujourd’hui détourné leur fonction et se servent de l’économie au lieu de la servir.

Sur le site JeChangedeBanque.org, nous organisons pour la première fois collectivement le transfert de notre argent des banques les plus nuisibles vers celles les plus recommandables. Nous préférons que nos économies soient gérées par des banques qui investissent l’épargne localement, ne participent pas au casino financier, refusent d’être présentes dans les paradis fiscaux et de verser des bonus indécents.

 

Lire la suite, sur leur site : ICI

Source : jechangedebanque.org

Publié dans actualités

Commenter cet article

blaisecompa 08/12/2010 15:38



en voila une id quelle est bonne, on va s'y coller, on a vraiment marre de ces banques de merde, organisons-nous...



dan29000 09/12/2010 12:10



oui on trouve aussi et cela se répand bien en ce moment