Miguel Benasayag : Différence entre légalité et légitimité

Publié le par dan29000

Ancien guérillero guévariste, Miguel Benasayag a connu les prisons de la dictature argentine. Une fois libéré, il a terminé ses études en France avant de publier plus de 25 ouvrages sur la psychanalyse, la philosophie et les mathématiques fondamentales.

Né le 4 juin 1953 en Argentine, Miguel Benasayag a étudié la médecine en même temps qu'il militait pour la guérilla guévariste. Arrêté à plusieurs reprises, il passe plus de trois ans en prison et ne doit sa libération qu’au programme de libération des prisonniers français en 1978 (grâce à sa double nationalité franco-argentine). Il débarque en France en 1978 où il poursuit quelque temps son activité militante de la guérilla puis devient ensuite chercheur. Il se penche ensuite sur la critique de la psychiatrie, les mouvements internes de la médecine, sur l’anthropologie, la philosophie. Dans ce contexte, Miguel Benasayag crée le collectif « Malgré Tout » pour penser le monde, la liberté, le système. Il participe à l'Université populaire de la Cité des 4000, à la Courneuve. Il coordonne l'université populaire de Ris Orangis. le programme de "de-psychiatrisation" à Fortaleza (Brésil). Miguel Benasayag dirige depuis 2008 le laboratoire de « biologie théorique », Campo Biologico, à Buenos Aires.

Philosophe et psychanalyste, il est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont, aux Editions La Découverte : Utopie et liberté (1986), Penser la liberté (1991), Pour une nouvelle radicalité (avec Dardo Scavino, 1997), Le mythe de l'individu (1998), Du contre-pouvoir (avec Diego Sztulwark, 2000), Résister, c'est créer (avec Florence Aubenas, 2002) et La fragilité (2004).

 

Il est intervenu lors des conférences TEDx, samedi 30 janvier à Paris, sur la différence entre légalité et légitimité. 
"Notre culture occidentale a voulu être une culture de la 'vérité vraie'. Fonder une légalité, une morale, une façon d'agir par rapport à ce qui était vrai. Et le vrai fondait la légalité."


Extrait : 16'52



 

 


Publié dans actualités

Commenter cet article