Moigny-sur-Ecole, une mairie UMP entre "Big brother" et Vichy

Publié le par dan29000

 

 

Une mairie UMP "surveille" les gens du voyage

 

 

La mairie de Moigny-sur-Ecole a publié, dans son bulletin de janvier, les photographies des plaques d'immatriculations de gens du voyage qui se sont installées en juillet dernier sur un terrain de sport. La Ligue des Droits de l'homme a porté plainte vendredi.



"A ce jour, 70% des 741 campements illicites recensés au 31 juillet sur le territoire ont été évacués, dont 118 des 190 d'Ile-de-France", déclare Brice Hortefeux dans Le Parisien de vendredi. Voilà une déclaration qui devrait réjouir le maire UMP de Moigny-sur-Ecole. La municipalité de cette petite commune de l'Essonne a fait preuve d'un zèle plutôt inattendu: dans son bulletin municipal de janvier, un billet d'humeur, non signé mais validé par le maire Pascal Simonnot, évoque "un envahissement sans précédent de 70 caravanes" de gens du voyage, en juillet dernier. Et d'ajouter, au côté de l'article, les photographies non-floutées des 40 plaques d'immatriculation des véhicules fautifs.

L'auteur du billet explique, pour justifier la publication des photographies: "Sans racisme primaire, nous avons adopté la politique du 'surveillant-surveillé'". Et d'évoquer un "nomadisme fiscal" – "ces 'déplacements' leur permettent d'éviter de payer un certain nombre d'impôts et de s'adresser à plusieurs caisses d'allocations familiales" – et une justice "beaucoup trop souvent du mauvais côté". En guise de bouquet final, il propose "un moratoire où les gens du voyage seraient centralisés administrativement aux Saintes-Maries-de-la-Mer, puisque officiellement, c'est leur point de convergence".

Lire le billet d'humeur visé sur leJDD.fr

Un "maire impérialiste"

Le dossier a été rapidement saisi par la Ligue des Droits de l'homme. L'ONG a annoncé vendredi avoir déposé plainte contre le maire, directeur de la publication et donc responsable juridique, pour "provocation à la discrimination", " diffamation à caractère raciale" et "atteinte au droit à l'image" et donc "à la vie privée". "Nous n'avons aucun commentaire à faire", déclare au JDD.fr la municipalité qui indique, par ailleurs, que Pascal Simonnot est "injoignable". Pour cause, de nombreux électeurs ont peu goûté la teneur du billet d'humeur.

"Les gens sont choqués par l'horreur de cet article et plusieurs d'entre s'en sont indignés dans des courriers destinés à la mairie", assure au JDD.fr Bernard Hainsselin, président de l'association "Moigny et vous". Cet opposant dénonce l'attitude "impérialiste" de son maire qui "abuse grandement de son pouvoir". A l'en croire, Moigny-sur-Ecole est "la seule commune pour laquelle il est nécessaire d'écrire au maire pour obtenir le compte-rendu municipal ou le Plan d'occupation des sols (POS)".

Un ami de NKM?

Sur le fond, Moigny-sur-Ecole pouvait en théorie refuser l'implantation des 70 caravanes que sa municipalité a comptées et photographiées. La commune d'environ 1.300 habitants est trop petite pour entrer dans le cadre de la législation, qui impose de prévoir des aires d'accueil. "Mais dans ces cas, on peut faire des efforts", regrette Bernard Hainsselin qui pointe le silence de son député, l'UMP Frank Marlin, mais aussi de Nathalie Kosciusko-Morizet, "une soi-disante grande amie de Pascal Simonnot".

Pour la Ligue des Droits de l'homme, le billet d'humeur est plus que la production d'un élu aux idées trop tranchées. "Nous observons depuis plusieurs années déjà une radicalisation de certains élus locaux au sujet des gens du voyage", explique au JDD.fr le service juridique de l'ONG, qui précise que: "Même s'il s'agit d'un phénomène étalé dans le temps, il paraît évident que le virage sécuritaire de l'été dernier l'a amplifié." Plusieurs procédures avaient déjà été intentées à l'encontre de journalistes ou de responsables publics. Mais, à en croire la Ligue, c'est la première fois qu'un élu est visé pour un "tel" discours sur les gens du voyage. Mais pourquoi Pascal Simonnot changerait son propos alors qu'il est à demi-mot validé par le ministre de l'Intérieur? "Que l'on soit français ou étranger, on ne peut s'installer de force dans un espace appartenant à autrui", a encore lancé Brice Hortefeux dans Le Parisien.

Gaël Vaillant - leJDD.fr

Vendredi 18 Février 2011

Publié dans actualités

Commenter cet article

Mitsuko 21/02/2011 02:18



Bonjour Dan,


Je suis toujours aussi révoltée quand je lis ce genre d'injustice ... en France, il y a toujours eu des endroits où les gens du voyage peuvent s'installer pour, je vais dire "souffler un
peu"  en ayant, l'eau, les sanitaires, et d'autres commodités ... Dans ma région, ça se passait bien et puis on a commencé à chahuter les gens qui vivaient dans les caravanes ... puis on a
supprimé ces endroits et construit un peu de maison en dure ou presque ...


Cette année pour la première fois, j'ai vu ces endroits là être fermés à clés sans pouvoir faire quoique ce soit pour ouvrir ... et il y a quelques temps, les roms sont arrivés et le
portail est resté fermé ... ils ne se sont pas dégonflés, ils se sont installés devant le portail ... et ils ont connectés leur caravane comme ils pouvaient et ça a duré un bon mois et puis un
jour, plus de caravanes ... mais ils reviendront et c'est tout à fait normal ... d'autant qu'ils font le ménage avant de partir ... et empilent tout correctement ... Sans heurt, tranquillement
...


Bon lundi à toi. A bientôt. Bizzzzzzzzzzz ...


SuperNana



dan29000 21/02/2011 09:36



Merci pour ces précisions, effectivement cela fait honte d'être "français" comme ce maire, élu, espérons que ses électeurs ne le confirmeront pas la prochaine fois, mais hélas j'en doute, l'état
d'esprit des habitants de ce pays est plutot vers le repli, la peur et la méfiance face aux étrangers, comme dans pas mal d'endroits en europe d'"ailleurs. Bises et bon lundi...