Mondial : la fronde contre les pratiques pourries de la FIFA

Publié le par dan29000

no-football-large.2Afrique du Sud : "Fick Fufa", le slogan de la fronde anti-Fifa 
Par Sabine Cessou



Les règles draconiennes de la Fédération internationale de Football (Fifa) sur la publicité et le marketing commencent à irriter en Afrique du Sud. L'interdiction formelle de toute utilisation des mots «Fifa», «Coupe du monde» et même «2010» suscite une multitude de réactions rebelles. Un T-shirt vendu à prix coûtant par un artiste du Cap, qui tient à rester anonyme, affiche ce jeu de mots sans ambiguité : «Fick Fufa». Quant au site d'informations satiriques Hayibo.com, il chatouille aussi la Fifa avec un T-shirt où figure cette inscription difficilement traduisible : «Feefa 2.010 Whirld Cup Sowth Africa» (sic).

De son côté, la compagnie aérienne low-cost Kulula.com, concurrente du partenaire officiel de la Fifa, South African Airways (SAA), sur les vols intérieurs en Afrique du Sud, avait lancé avant le début du tournoi une campagne de pub qui se jouait des restrictions imposées par la Fifa. Kulula.com, qui se présentait comme «le transporteur national non officiel de vous savez quoi», a été contrainte de retirer ses spots publicitaires, la Fifa ayant menacé d'un procès. D'autres ont eu maille à partir avec la toute-puissante fédération pour moins que ça : le groupe d'alimentation Metcash a été traîné en justice pour avoir osé mettre en vente des «sucettes 2010».

Selon l'hebdomadaire The Mail & Guardian, une militante indignée par l'expulsion d'un stade de 36 femmes vêtues de petites robes orange, pendant le match Pays-Bas/Danemark, a elle-même été expulsée d'un «parc à supporteurs» à Durban, le week-end dernier, pour avoir distribué des tracts appelant à manifester contre la Fifa. La Fédération, sans doute consciente de l'effet désastreux de cette affaire de jupettes pour sa propre image, a renoncé hier à sa plainte contre deux Néerlandaises, arrêtées à leur hôtel et interrogées par la police, poussant le ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas à intervenir. Les deux femmes étaient soupçonnées d'avoir organisé une «publicité par embuscade» pour la bière Bavaria, qui offre les fameuses petites robes orange (la couleur de l'équipe des Pays-Bas) avec ses packs de bière. Or, la bière officielle de la Coupe du monde est la Budweiser, un gros sponsor. «La Fifa a transformé ce pays en un petit fief privé et nous sommes heureux de mettre de côté les libertés constitutionnelles qui font notre réputation, pour satisfaire ces Européens avides d'argent», a écrit Brendan Seery, un éditorialiste du quotidien The Saturday Star. «Big Brother est là et son nom est Fifa», a aussitôt réagi un lecteur, sur le site Internet du journal.

Source : Libération

Publié dans actualités

Commenter cet article