Montignac, Dordogne : Isabelle enseignante en grève de la faim depuis 4 semaines

Publié le par dan29000

Dordogne. “En grève de la faim pour ma classe”.

D’après La Dépêche.fr, 5 mai 2012 :


Isabelle Capmas-Faure, 41 ans, maîtresse et directrice de l’école maternelle de Montignac, en Dordogne, est en grève de la faim depuis le 10 avril.


Une action spectaculaire pour « dénoncer les mesures aberrantes » de la carte scolaire qui conduisent à la suppression d’une classe dans son établissement. Rencontre.

L'enseignante souhaite dénoncer la logique « comptable de l'éducation nationale »./ Photo DR

L’enseignante souhaite dénoncer la logique « comptable de l’éducation nationale »./ Photo DR

 

 

La grève de la faim n’est pas un mode d’action courant chez les enseignants en colère. Qu’est-ce qui vous a conduit à en engager une ?

« Si j’en suis arrivée là, c’est que toutes les actions collectives que nous avons menées avec mes collègues, les parents d’élèves et la mairie pour obtenir le maintien de cette quatrième classe ont échoué. Pourtant, selon les prévisions de la mairie, il y aura au moins 90 élèves à la rentrée prochaine. Soit une dizaine de plus que cette année. Malgré cet état des lieux, l’académie maintient sa position. Elle a aussi décidé de supprimer un poste d’aide administratif et celui d’un enseignant en charge du soutien des élèves en difficultés.

Pourtant, l’inspection académique assure qu’il ne devrait y avoir que 79 élèves à la rentrée prochaine.

Oui, c’est ce qu’elle dit alors que tout le monde constate que c’est faux. Si le nombre d’élèves était réellement en baisse, nous comprendrions cette suppression de classe et je ne serais pas en grève de la faim.   

Mettre votre vie en danger, n’est-ce pas un peu disproportionné par rapport à la situation ?

Non. Il y a le problème de notre école, mais plus largement celui de toutes les autres frappées comme la nôtre par des mesures uniquement comptables qui ne font que dégrader les conditions d’éducation. C’est pour sensibiliser l’opinion aux dangers qui menacent l’école et dénoncer toute cette politique qui fait beaucoup de dégâts un peu partout que j’ai entrepris cette grève de la faim tout en continuant à travailler. Avoir des classes de 20 élèves permet de faire un bon travail, d’apporter une aide personnalisée à tous les enfants. Avec 30 élèves par classe, cela devient quasiment impossible de faire du bon travail. Il en va de l’avenir de tous ces enfants.

Êtes-vous soutenue dans votre action ?

Beaucoup de parents d’élèves et d’enseignants me manifestent leur soutien. Des élus aussi. Le conseil général de la Dordogne est à fond avec moi. Des inspecteurs de mon académie ont également dit comprendre mon action (lire encadré). François Hollande, de passage à Périgueux a aussi salué mon action lors d’une interview qu’il a donnée à France Bleue.

Hier, le recteur d’académie vous a rendu visite. Que vous a-t-il dit ?

J’appréhendais un peu cette entrevue. Je pensais, à tort, qu’il venait pour me dissuader de poursuivre mon combat. Étonnamment, il s’est juste intéressé à mon état de santé. Il s’est montré très humain.

Depuis le 10 avril, vous avez perdu 10 kg, pensez-vous pouvoir tenir encore longtemps ?

Je ne bois que des tisanes sucrées et des bouillons de légumes salés. Je sens que je suis très affaiblie. Je vois que j’atteins le bout. Ma limite sera mon éventuelle hospitalisation. J’espère, en tout cas, que mon action contribuera à faire évoluer positivement les choses ».

Le soutien d’inspecteurs

Alors que l’Inspection d’académie fait savoir qu’elle « maintiendra cette quatrième classe à l’école de Montignac si les effectifs le nécessitent », deux inspecteurs d’académie ont manifesté leur soutien à l’enseignante en grève de la faim.

Hier, l’un d’eux, sous le couvert de l’anonymat, a déclaré « je comprends la situation et votre action . La situation est représentative de l’état général dans lequel se trouve aujourd’hui le dialogue social ».

Cet inspecteur souligne qu’« il n’est pas, loin s’en faut, un cas isolé ». Dans de nombreuses académies du pays, des inspecteurs et des cadres administratifs, lassés de « l’approche uniquement comptable de l’éducation » approuveraient la « fronde » menée par Isabelle Faure.

Un évènement de soutien sur facebook :

Soutenons isabelle en greve de la faim depuis 28 jours pour sauver une classe de son ecole , le poste de RASED …

https://www.facebook.com/events/348007285260921/350835741644742/?ref=notif¬if_t=plan_mall_activity

 

Source : ICO

Publié dans actualités

Commenter cet article

yvon34 08/05/2012 16:59


quel courage, quelle force, soutien à elle, et honte à ceux qui suppriment ces classes partout dans le pays, l'éducation doit être prioritaire partout. Merci pour un tel geste de générosité et
encore bravo à vous....

dan29000 08/05/2012 17:01



bien d'accord avec vous, une grande force au service d'une belle cause face aux minables du rectorat qui font semblant de ne rien voir ni entendre...