Montréal : résistance contre les intimidations à grande échelle

Publié le par dan29000

 

 

 

Risque d’intimidation à grande échelle

 

Réseau québécois des groupes écologistes & Ligue des droits et libertés

 

(Montréal 1er février 2011) Le Réseau québécois des groupes écologistes (RQGE) et la Ligue des droits et libertés jugent abusive la poursuite judiciaire de la compagnie Pétrolia contre Ugo Lapointe, porte-parole de la Coalition pour que le Québec ait meilleure Mine !, et le journal Le Soleil.  Cette poursuite-bâillon est particulièrement préoccupante à l'heure où les débats publics, notamment sur la gestion des ressources naturelles, s’annoncent animés dans les mois à venir : les citoyen-ne-s doivent être en mesure de s'informer adéquatement et exercer sans entrave leur liberté d'expression.



« Que ce soit dans le dossier des gaz de schiste, de la refonte de la Loi sur les Mines et du régime forestier, de la réfection potentielle de la centrale nucléaire de Gentilly 2, de l’exploration et l’exploitation d’uranium, l’exploration pétrolière dans l’estuaire du Saint-Laurent ou encore de la construction de barrages hydro-électriques dans le nord du Québec, les mois à venir seront propices à de vifs débats. C’est donc dans ce contexte tendu que la poursuite actuelle contre Ugo Lapointe et Le Soleil vient jeter un froid. » s’inquiète André Bélisle, délégué du RQGE dans le dossier des poursuites-bâillons. L'intimidation judiciaire a un impact non seulement sur les personnes poursuivies mais aussi sur la liberté de presse, le droit du public à l'information et sur la démocratie participative. «Si monsieur Lucien Bouchard président de l’Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ) est un homme d’honneur, il devrait faire retirer cette poursuite par Pétrolia, groupe membre de l’APGQ car le message envoyé par une telle poursuite indique une intention évidente de faire taire et de faire peur et cela s’ajoutera au dossier de l’APGQ dans l’opinion publique » a indiqué André Bélisle.

« Comme la Ligue des droits et libertés l’a souligné dans son mémoire sur les gaz de schiste dernièrement, les citoyen-ne-s ont le droit de disposer librement de leurs richesses et de leurs ressources naturelles et de décider du modèle de développement économique à privilégier. Il est donc essentiel que les citoyen-ne-s puissent participer aux débats publics sans intimidation. C’est d’ailleurs grâce aux idées et questionnements librement exprimés que la population est de plus en plus sensible aux questions environnementales et qu’elle veut prendre part aux débats publics. C’est donc inacceptable dans ce contexte qu’une grande entreprise pétrolière tente d’imposer le silence à un citoyen et à un média », souligne Lucie Lemonde, porte-parole de la Ligue des droits et libertés.

Le Réseau québécois des groupes écologistes et la Ligue des droits et libertés, qui ont été parties prenantes dans la mobilisation en vue de l’obtention de la loi 9, suivent ce dossier avec attention. Par ailleurs, une tournée d’éducation populaire est en cours d’organisation afin de de faire connaître la nouvelle loi contre les poursuites-bâillons et les enjeux juridiques et politiques qu’elle implique.

 

Pour informations :

André Bélisle, responsable du dossier des poursuites-bâillons, RQGE : 418-386-6992

Marie-Josée Béliveau, chargée des communications, Ligue des droits et libertés: 514-715-7727

Caucus SLAPP du Réseau québécois des groupes écologistes

Publié dans actualités

Commenter cet article