Muret : rassemblement et concert pour la libération de J-M Rouillan

Publié le par dan29000

ROUILLANRASSEMBLEMENT NATIONAL SAMEDI 5 JUIN 

POUR MANIFESTER NOTRE SOLIDARITE A JEAN-MARC ROUILLAN

ET DEMANDER SA LIBERATION

DEVANT LE CENTRE DE DETENTION DE MURET OU IL EST INCARCERE


Rendez-vous au parking de l’ Intermarché de Seysses à 15 heures 

(20kms au sud de Toulouse)

Il sera suivi d’un CONCERT DE SOUTIEN à partir de 18 heures à Terre Blanque (aux Aujoulets, 6 kms à l’ouest de Seysses en allant vers Saint Lys) avec les groupes - Renato Cortisone, Modest lovers, Abuzcomsa, Les fleurs du mâle 

23 ANS TOUJOURS 

Depuis 23 ans, Jean-Marc Rouillan est en prison à Muret Membre d’Action Directe, arrêté en 87, il fut condamné avec ses camarades Joëlle, Nathalie et Georges, à perpétuité avec 18 ans de sûreté par une cour d’exception, antiterroriste, toute nouvellement créée. 

Il y a 5 ans s’achevait leur peine de sûreté.

Depuis 5 ans, ils connaissent le parcours du combattant des prisonniers dits « libérables ». Pour eux – ce sont de nouvelles lois – les libérations conditionnelles sont précédées d’un stage CNO sur la dangerosité éventuelle, puis d’une période de semi-liberté.

Joëlle fut libérée pour raison de santé. Quelques mois plus tard, sa maladie l’emportait. 

Nathalie, que deux accidents vasculaires cérébraux survenus en prison avaient notablement handicapée, s’est vue refusée toutes ses demandes de libération pour raison de santé. Elle a finalement obtenu un régime de semi-liberté en août 2007 qui s’est conclu par une libération conditionnelle assortie de drastiques restrictions. Elle ne peut pas se déplacer et quitter le département où elle réside.

Georges Cipriani a passé plus de 23 années en prison. Il a décrit lui-même la longueur de la dernière procédure de libération conditionnelle et il est important de souligner que son jugement en appel souligne les abus de pouvoir de la commission pluridisciplinaire du CNO qui a servi au Parquet pour asseoir ses refus successifs. En semi-liberté, il se voit comme ses camarades interdit de parler et soumis à des mesures particulièrement rigoureuses.

Jean-Marc est toujours incarcéré. Il s’est vu supprimer, un régime de semi-liberté accordée en 2008, après avoir répondu à une interview.

Un petit coin de ciel bleu arraché de nouveau.

Depuis, il a appris qu’il était atteint d’une grave maladie orpheline. Une crise aiguë l’avait laissé très affaibli plusieurs mois. Les soins de cette maladie étant expérimentaux, il a dû attendre plusieurs mois avant que des analyses et un bilan médical sérieux ne soit effectué. Aujourd’hui, une demande de libération conditionnelle est à nouveau sur le bureau des juges.

Incarcération, semi-liberté, réincarcération : 23 ans.

Semi-liberté de nouveau : 1 an ? Puis conditionnelle : 5 ans ?

Quelles nouvelles mesures encore leur seront applicables pour parfaire le contrôle ? Combien de décennies, combien de temps d’incertitude et d’épée de Damoclès avant de pouvoir disposer de leur temps sans avoir de compte à rendre à un magistrat ?

C’est leur combat et leur force mais c’est aussi parce qu’un mouvement de soutien n’a cessé de réclamer leur libération - la présence à leur côté de personnes d’horizons très divers - qui auront permis que le silence et l’oubli ne les ensevelissent pas et auront contraint l’Etat à entrouvrir la porte. 

Elle doit s’ouvrir aussi pour Jean-Marc !

Venez nombreux lui manifester votre solidarité et demander sa libération au 

RASSEMBLEMENT NATIONAL SAMEDI 5 JUIN

DEVANT LE CENTRE DE DETENTION DE MURET OU IL EST INCARCERE 

Rendez-vous au parking de l’ Intermarché de Seysses à 15 heures 

(20kms au sud de Toulouse)

Il sera suivi d’un CONCERT DE SOUTIEN à partir de 18 heures à Terre Blanque (aux Aujoulets, 6 kms à l’ouest de Seysses en allant vers Saint Lys) avec les groupes - Renato Cortisone, Modest lovers, Abuzcomsa, Les fleurs du mâle 


Publié dans actualités

Commenter cet article